Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Portrait de Valentin Elie Ghnassia tué par le Hamas

Onze Français sont morts, et 18 portés disparus, à la suite de l’attaque du Hamas samedi. Soldat d'une unité combattante, ce jeune homme n'aura pas eu le temps de fêter ses 23 ans

Valentin Elie Ghnassia, tombé au combat pendant l'assaut terroriste du Hamas, le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook Valentin Ghnassia)
Valentin Elie Ghnassia, tombé au combat pendant l'assaut terroriste du Hamas, le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook Valentin Ghnassia)

Victime des balles du groupe terroriste palestinien du Hamas, le Français Valentin Elie Ghnassia, qui effectuait son service dans l’armée israélienne, n’était « pas religieux » mais sa « recherche identitaire » l’avait conduit en Israël, expliquent des personnes qui l’ont côtoyé à Montpellier, sa ville d’origine.

Le jeune homme, qui allait fêter ses 23 ans et devait achever dans quelques semaines son service militaire, a été inhumé jeudi au cimetière du mont Herzl à Jérusalem, en présence de ses parents, de ses grands-parents et de sa sœur, Chloé, venus de France, entourés de quelque 300 personnes, ont précisé ses proches.

Né en France dans une famille peu pratiquante, Ghnassia a fréquenté pendant ses études de droit à Montpellier l’association Olami (« Mon monde » en hébreu), qui accueille des jeunes Juifs de 18 à 30 ans pour des activités sociales, partager un Shabbat, ou participer à des débats, se souvient son président, Yann Arnoux.

C’est là qu’il avait pris quelques cours d’hébreu, avant de rejoindre Israël début 2022. Mercredi, un hommage, accompagné de prières, lui a été rendu par ses amis.

« Ce n’était pas quelqu’un de religieux, sa famille n’était pas active dans la communauté. Il allait parfois à la synagogue avec son grand-père maternel, mais il s’interrogeait beaucoup sur sa judaïté », a ajouté Arnoux.

« Valentin se posait beaucoup de questions, notamment sur l’impact qu’il pouvait avoir en tant que juif », confirme à l’AFP une amie d’université, Carla Mathiou, jointe par téléphone depuis Montréal, où elle habite à présent, mais qui était restée en contact régulier avec le jeune soldat.

« C’était quelqu’un de très joyeux, toujours avec le sourire. Il était aussi très sensible, mais il aimait bouger, faire la fête. »

Les deux jeunes gens ont travaillé ensemble à faire passer des tests Covid pendant la pandémie et faisaient partie de la même petite bande d’amis fréquentant le centre Olami. « À Montpellier, on est une petite communauté, alors quand il y en a un qui meurt dans notre groupe, on perd un frère », poursuit Carla.

« Côté aventurier » 

« Il avait fait du droit par souci de défendre [l’autre], mais il voulait être sur le terrain », a confié un autre de ses amis de Montpellier, qui a préféré conserver l’anonymat, en se souvenant d’un garçon « solaire ».

« En Israël, il a découvert un pays qui ‘diffusait’ son identité, sans crainte d’avoir des problèmes. Si l’on veut bien s’intégrer en Israël, l’armée est un passage », reprend Arnoux.

Après son service, il « voulait se lancer dans les affaires, gagner de l’argent » parce qu’il avait un « côté aventurier » et qu’il « bouillonnait sans cesse » de projets. « Et puis il avait atteint ce niveau de maturité qui le poussait à vouloir fonder une famille », ajoute-t-il.

Au moins 1 400 Israéliens, pour la plupart des civils, ont été tués depuis le massacre commis par le Hamas le 7 octobre, qui a traumatisé Israël où cette attaque est comparée aux attentats du 11 septembre 2001.

À LIRE – Attaque du Hamas : ce que l’on sait des victimes françaises

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.