Israël en guerre - Jour 63

Rechercher

Pour 750 journalistes, les médias devraient qualifier les actions d’Israël de « génocide et d’apartheid »

Dans une pétition, d'anciens et d'actuels reporters critiquent Tsahal, affirment que la couverture mondiale du conflit ignore les voix palestiniennes et musulmanes

Des manifestants affichant les noms et les photos des journalistes qui ont été tués à Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, près de la place de la République, à Paris, le 11 novembre 2023. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)
Des manifestants affichant les noms et les photos des journalistes qui ont été tués à Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, près de la place de la République, à Paris, le 11 novembre 2023. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)

Plus de 750 journalistes, anciens et actuels, du monde entier ont signé une pétition appelant les médias à commencer à utiliser des termes tels que « génocide » et « apartheid » pour décrire les actions d’Israël dans le conflit avec les Palestiniens, tout en critiquant la couverture médiatique internationale de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

La pétition, mise en ligne jeudi, demande qu’il soit mis fin instamment à ce qu’elle prétend être le ciblage des journalistes par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, citant la mort de dizaines de Palestiniens travaillant pour des médias étrangers au cours de la guerre.

« Israël a bloqué l’entrée de la presse étrangère, a fortement restreint les télécommunications et a bombardé les bureaux de presse », peut-on lire dans la pétition. « Une cinquantaine de sièges de médias à Gaza ont été touchés au cours du mois dernier. Tsahal a explicitement averti les salles de presse qu’elles ne pouvaient pas garantir la sécurité de leurs employés en cas de frappes aériennes.

« Si l’on ajoute à cela le fait qu’Israël s’acharne depuis des décennies à prendre les journalistes pour cible mortelle, les actions d’Israël témoignent d’une suppression à grande échelle de la liberté d’expression », peut-on lire dans la pétition.

Israël a affirmé que son opération en cours, lancée à la suite du massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre dans les communautés du sud, visait l’infrastructure du groupe terroriste palestinien. Il a fourni des preuves que le Hamas utilise des sites civils, notamment des écoles, des maisons, des mosquées, des hôpitaux et des terrains de jeu, pour lancer des roquettes, stocker des armes et dissimuler son réseau de tunnels.

La pétition accuse les « salles de presse occidentales » d’ignorer le sort des citoyens de Gaza et de saper « les perspectives palestiniennes, arabes et musulmanes, en les rejetant comme non fiables », et affirme qu’elles « ont utilisé un langage incendiaire qui renforce les tropes islamophobes et racistes ».

Un nuage de fumée s’élevant au-dessus des immeubles de la bande de Gaza dans le cadre de la guerre opposant Israël et le Hamas, le 11 novembre 2023. (Crédit : Kenzo Tibouillard/AFP)

« Ils ont imprimé des informations erronées diffusées par des responsables israéliens et n’ont pas examiné les meurtres aveugles de civils à Gaza, commis avec le soutien du gouvernement américain », peut-on lire dans le rapport.

Citant des « experts de l’ONU » qui ont mis en garde les Palestiniens contre le risque de génocide, la pétition appelle les médias à « utiliser des termes précis qui sont bien définis par les organisations internationales de défense des droits de l’Homme, notamment « apartheid », « nettoyage ethnique » et « génocide », et à « reconnaître que le fait de déformer nos mots pour cacher des preuves de crimes de guerre ou de l’oppression des Palestiniens par Israël est une faute professionnelle journalistique et une abdication de la clarté morale ».

Des journalistes de Reuters, du Los Angeles Times, du Boston Globe, du Guardian et du Washington Post figurent parmi les signataires.

Abdallah Fayyad, ancien membre du comité éditorial du Boston Globe et finaliste du prix Pulitzer 2022, a déclaré au Washington Post qu’il espérait que la lettre « fasse reculer la culture de la peur autour de cette question […] et incite les décideurs, les journalistes et les rédacteurs en chef à réfléchir à deux fois au langage qu’ils utilisent ».

Il a souligné que de nombreux organes de presse notent que les États-Unis ont désigné le Hamas comme un groupe terroriste, mais ne notent pas que « d’importants groupes de défense des droits de l’Homme ont qualifié Israël de régime d’apartheid ».

« C’est le genre de double standard que j’espère que cette lettre dénoncera », a-t-il ajouté, soulignant qu’il ne pensait pas que les organes de presse devaient nécessairement adopter ces termes comme leur propre description.

Joe Rivano Baros, rédacteur au site d’information Mission Local, basé à San Francisco, a affirmé qu’il n’y avait pas eu de « condamnations généralisées [des assassinats de journalistes] de la part des rédactions occidentales » pendant la guerre.

« Ce conflit particulier semble donner lieu à beaucoup de tergiversations, contrairement à d’autres conflits », a-t-il déclaré au quotidien The Post.

Des journalistes étrangers et israéliens se tenant sur une colline surplombant la bande de Gaza dans la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

La couverture médiatique du conflit israélo-palestinien a souvent été critiquée par les militants pro-palestiniens et pro-Israël comme étant biaisée.

Des médias de premier plan ont subi les foudres de groupes pro-Israël pour avoir refusé de qualifier le Hamas de groupe terroriste dans leur couverture.

Selon le Comité pour la protection des journalistes, au moins 40 journalistes et professionnels des médias ont été tués dans la guerre entre Israël et le Hamas jusqu’à présent. Il s’agit de la période la plus meurtrière pour les journalistes depuis que le comité a commencé à en tenir le compte en 1992.

La guerre a éclaté à la suite de l’attaque sanglante menée par le Hamas le 7 octobre dans le sud du pays, au cours de laquelle des terroristes palestiniens ont brutalement massacré 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris plus de 240 otages.

Plusieurs journalistes israéliens ont été tués lors de l’assaut. Le photographe d’Ynet Roee Idan a été assassiné dans sa ville natale de Kfar Azza, le photographe d’Israel Hayom Yaniv Zohar a été assassiné à Nahal Oz avec sa femme et ses deux filles, et la rédactrice en chef de la chaîne publique israélienne Kan Ayelet Arnin et le reporter de Maariv Shaï Regev ont été assassinés au festival de musique Supernova près du kibboutz Reim.

L’incursion aérienne et terrestre menée ensuite par Israël contre les infrastructures du Hamas aurait fait plus de 11 000 morts, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Israël affirme qu’il cherche à minimiser les pertes civiles, mais qu’elles sont inévitables dans la mesure où il combat des terroristes infiltrés dans des zones civiles.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.