Pour Jibril Rajoub, la culpabilité de la Shoah a poussé la FIFA à ne pas sanctionner Israël
Rechercher

Pour Jibril Rajoub, la culpabilité de la Shoah a poussé la FIFA à ne pas sanctionner Israël

Le président de la Fédération palestinienne fustige les pays européens qui protègent l'Etat juif et affirme que les Palestiniens sont les “boucs émissaires” du génocide des Juifs du 20e siècle

Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football, en conférence de presse à Al-Ram, en Cisjordanie, le 29 octobre 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football, en conférence de presse à Al-Ram, en Cisjordanie, le 29 octobre 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Le président de la Fédération palestinienne de football a accusé la FIFA d’avoir céder sous la pression d’Israël après le refus de l’instance internationale d’intervenir dans le conflit entre Israël et l’Autorité palestinienne (AP) sur les clubs des implantations.

La FIFA avait en effet annoncé vendredi « devoir rester neutre dans les questions politiques », en accord avec les statuts de l’instance, et refusé d’appliquer les trois actions recommandées par une commission internationale qui a planché sur le sujet pendant plus de deux ans.

La Fédération palestinienne de football (PFA) avait demandé à la FIFA des sanctions à l’encontre de six équipes basées dans des implantations israéliennes en Cisjordanie et prenant part au championnat israélien. Les Palestiniens se sont également plaints que leurs joueurs sont victimes de harcèlement et parfois même arrêtés quand ils essaient de passer de la Cisjordanie à la bande de Gaza. Certains auraient également été empêchés de se rendre à des tournois internationaux.

« Le patron de la FIFA essaie de se cacher et de gagner du temps. Il a reçu des menaces [du Premier ministre Benjamin] Netanyahu », a affirmé Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football.

Jibril Rajoub et son carton rouge "contre le racisme" au congrès de la FIFA à Zurich, le 29 mai 2015. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Jibril Rajoub et son carton rouge « contre le racisme » au congrès de la FIFA à Zurich, le 29 mai 2015. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Rajoub a ajouté que les pays européens s’étaient eux aussi opposés à une prise de position de la FIFA, affirmant que les joueurs palestiniens étaient les « boucs émissaires » des crimes européens contre les Juifs pendant la Shoah.

Il n’a pas dit quels pays européens en particulier avaient demandé à la FIFA de ne pas sanctionner les équipes israéliennes, mais a suggéré qu’il s’agissait des pays qui ont été complices des crimes de la Shoah.

« Je ne pense pas que les joueurs palestiniens devraient être les boucs émissaires pour ce qu’ont fait certains pays européens contre les Juifs au siècle dernier », a-t-il dit.

Rajoub a également promis d’envoyer des preuves pour accompagner la plainte de la PFA auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS), qui devrait rendre son verdict en janvier et pourrait forcer la FIFA à tenir un vote, lors de son prochain congrès, sur les demandes de l’AP.

La PFA estime qu’Israël n’a pas respecté le règlement de la FIFA, qui veut qu’aucune équipe d’un état membre ne puisse jouer des matches sur le territoire d’un autre sans sa permission.

« Il y a une violation claire puisqu’ils organisent une championnat officiel sur des terres qui n’appartiennent pas à Israël. Même la ligue israélienne n’ose pas dire que ces terres sont les leurs, a expliqué Rajoub. Ceux qui politisent le sport travaillent selon le programme d’un gouvernement fasciste, comme un gouvernement nazi. »

Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, pendant la cérémonie de Yom HaAtsmaout de la police, à Jérusalem, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, pendant la cérémonie de Yom HaAtsmaout de la police, à Jérusalem, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Vendredi, le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a ainsi parlé d’ « une grande victoire » au sujet de la décision de la FIFA, parlant de Rajoub comme « un instigateur du terrorisme » qui « utilise le sport comme arme politique » contre l’Etat juif.

Infantino a affirmé que la FIFA suivrait la décision du TAS.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...