Israël en guerre - Jour 235

Rechercher
Reportage

Pour marcher contre l’antisémitisme, « il n’y a jamais assez de monde »

Le président Emmanuel Macron, qui a brillé par son absence, a été vivement critiqué par les manifestants et notamment par le président du Crif et du Consistoire israélite

  • Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt / AFP)
    Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt / AFP)
  • Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
    Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
  • Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
    Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
  • Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
    Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
  • Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
    Marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
  • Marine Le Pen et Jordan Bardella, du Rassemblement national, à la March contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
    Marine Le Pen et Jordan Bardella, du Rassemblement national, à la March contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Pour les manifestants juifs présents dimanche à Paris dans la marche civique, cela fait « chaud au cœur » de voir une foule compacte rassemblée pour dire non à l’antisémitisme, même si beaucoup soupirent, fatalistes: « il n’y a jamais assez de monde ».

Quelque 105 000 personnes ont défilé dans la capitale dans l’après-midi, selon la préfecture, outre des milliers ailleurs en France.

Un carré de personnalités politiques, au premier rang desquelles les deux têtes du Parlement, Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher, à l’initiative de cette marche, ainsi que la Première ministre Elisabeth Borne, les ex-présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande, et le président du Crif Yonathan Arfi.

La France compte la communauté juive la plus nombreuse d’Europe, avec environ 500.000 personnes, qui vivent côte-à-côte avec des millions de musulmans. L’augmentation des actes antisémites est un des signes d’une importation redoutée du conflit.

« On est heureux et rassurés que les Français aient répondu présents », a dit Yaël Braun-Pivet. « Notre ordre du jour, c’est la République », a résumé M. Larcher, prônant un « sursaut citoyen » face à l’explosion du nombre d’actes hostiles aux juifs depuis les massacres du Hamas en Israël le 7 octobre et la riposte militaire massive qui a suivi.

La France compte la communauté juive la plus nombreuse d’Europe, avec environ 500.000 personnes, qui vivent côte-à-côte avec des millions de musulmans. L’augmentation des actes antisémites est un des signes d’une importation redoutée du conflit.

C’est une cause pour laquelle « tout le monde devrait se sentir concerné », a jugé le grand rabbin de France Haïm Korsia, regrettant que le sujet ait tourné au pugilat politique, « une honte ».

Dans la foule, à Paris, beaucoup de drapeaux bleu-blanc-rouge, et quelques pancartes: « Juifs attaqués, République en danger », « libérez les otages », ou encore « l’antisémitisme n’a qu’un seul visage : la haine ».

Pour Jérôme, « juif laïcard » de 54 ans qui, comme beaucoup, ne souhaite pas donner son nom de famille, voir autant de monde « est rassurant pour mon pays ». « Je n’aurais jamais pensé dans ma vie participer » à ce genre de marche », « c’est comme si des cicatrices vieilles de 3 000 ans se rouvraient », lâche-t-il.

« C’est bien, ça fait chaud au cœur de voir ça. On est là pour se redonner espoir, pour ne pas partir » de France, témoigne Gary Cohen. Rejoindre Israël, il confie y penser « pour la première fois ». « Je ne suis pas religieux, je mange du porc… je suis très pessimiste pour l’avenir », ajoute-t-il.

Marche contre l’antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Sa femme, Laura Cohen, la trentaine, embraye : « On a des grands-parents sauvés de la déportation, heureusement qu’ils ne sont pas là pour voir que ça revient, avec un antisémitisme différent, d’extrême gauche ».

Elle s’inquiète aussi pour l’avenir: « On a retiré la mezouza (objet cultuel placé sur leur porte, ndlr), on veut retirer le nom de la sonnette. C’est pas normal en 2023 de se cacher ».

« Je ne pensais pas devoir manifester un jour contre l’antisémitisme », a témoigne auprès de l’AFP Johanna, 46 ans, secrétaire médicale en Seine-Saint-Denis, venue pour la seule raison qu’on ne doit pas « avoir peur d’être juif ». Comme beaucoup, elle a préféré ne donner que son prénom.

Lucas, 17 ans, Juif, en Terminale dans un lycée public de Seine-Saint-Denis, n’a, lui, « pas envie de se cacher pour pouvoir vivre tranquillement ». « Dans mon lycée, personne ne m’a agressé mais j’entends beaucoup de discours de jeunes qui relativisent ce qui s’est passé et viennent me poser des questions ».

« Malheureusement je vois beaucoup plus de jeunes dans les manifestations pro-palestiniennes où on entend des discours antisémites qui se banalisent », regrette-t-il.

Marche contre l’antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

« Un mur est tombé »

Malgré la foule, « il n’y a jamais assez de monde », estime Daniel, 60 ans, de confession juive. Il dénonce aussi l’absence de la France insoumise, qui a boycotté la manifestation du fait de la présence du Rassemblement national.

« A partir du moment où le mot d’ordre est de lutter contre l’antisémitisme, je ne m’afficherai pas avec l’extrême-droite mais ils ont le droit de manifester », juge-t-il. « On fait partie d’une communauté française. »

L’écrivain, artiste et militant des droits de l’homme français d’origine polonaise Marek Halter (4eD) et des représentants officiels défilent sous une banderole intitulée « Nous marchons contre l’antisémitisme », à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt / AFP)

Jean-Claude, 66 ans, se dit pour sa part « un peu déçu » par l’affluence : « il n’y a pas assez de monde », estime-t-il.

« Il faudrait des gens de toutes confessions, juifs, musulmans… » Ce n’est pas le cas, estime-t-il, car « les gens confondent lutte contre l’antisémitisme et soutien au Hamas ».

Abderrahim, 39 ans, fait partie des musulmans venus dénoncer l’antisémitisme sur le pavé parisien: « C’est rare que j’aime manifester » mais « si on est des vrais musulmans, on doit venir », déclare-t-il. Selon lui, « les musulmans ne viennent pas parce qu’ils ont peur d’être considérés comme des traîtres. Ça peut être difficile pour eux d’assumer ».

L’absence du président Emmanuel Macron est aussi pointée du doigt par certains manifestants, comme Gary Cohen : « Macron aurait dû venir. On s’en fout que Marine Le Pen soit là (…) On a promis à nos grands-parents de ne jamais voter RN et on ne le fera pas, mais force est de constater que c’est eux qui nous le rendent le mieux aujourd’hui ».

Marine Le Pen et Jordan Bardella, du Rassemblement national, à la March contre l’antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

« Nous sommes exactement là où nous devons être », a rétorqué Marine Le Pen quelques heures plus tard depuis les Invalides, fustigeant la « petite politique politicienne » de ses détracteurs qui soulignent depuis plusieurs jours le passé antisémite de son parti.

Mais pour ses électeurs comme Christine, retraitée de 71 ans rencontrée dans la manifestation, « on est en train de faire passer le RN pour un parti anti-juif à cause des mots maladroits » de son fondateur Jean-Marie Le Pen qui « n’est pas antisémite ».

La présence de l’extrême droite était cependant source de quelques tensions dans le défilé. Un groupe de militants de l’organisation juive de gauche Golem a ainsi brièvement essayé de s’opposer à sa participation au début de la manifestation.

Un groupe de contre-manifestants de l’organisation juive de gauche Golem tente d’empêcher leRassemblement national (RN) de participer à une manifestation contre l’antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt / AFP)

Les partis de gauche Europe Ecologie-Les Verts, PS et PCF ont eux choisi de s’afficher derrière une banderole commune « contre l’antisémitisme et tous les fauteurs de haine et de racisme » dans une démarche de « cordon républicain » face à l’extrême droite, qui a défilé en queue de cortège.

« On ne peut pas nier qu’on connaît des voisins juifs qui ont peur », dit à l’AFP Nathalie Cassard, 53 ans, parisienne, lectrice documentaliste et électrice de gauche.

Avant le début de la manifestation, Joël Mergui, président d’honneur du Consistoire central de France, faisait part sur BFMTV d’une « déception de la communauté juive » concernant « l’absence du chef de l’Etat ».

En fin de manifestation, le président du Crif Yonathan Arfi, reconnaissait aussi que « sa présence aurait rendu cet événement encore plus historique ». Mais « le pire pour les juifs c’est de se sentir seuls; ce mur là est tombé aujourd’hui », a-t-il jugé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.