Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Netanyahu : « Ceux qui soutiennent le Hamas, soutiennent le Mal absolu »

Interrogé à la télévision américaine, le Premier ministre refuse d'assumer la responsabilité du 7 octobre ; "l'a-t-on exigé de George Bush après le 11 septembre ?"

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participant à une interview sur CNN avec l'animatrice Dana Bash, le 12 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran CNN ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participant à une interview sur CNN avec l'animatrice Dana Bash, le 12 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran CNN ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a une fois de plus refusé de répondre à la question de sa part de responsabilité dans les échecs qui ont permis les massacres du Hamas du 7 octobre dernier, lors d’interviews à la télévision américaine dimanche.

Il a également critiqué les personnes qui ont participé à des rassemblements aux États-Unis et en Europe pour demander un cessez-le-feu immédiat dans la guerre qu’Israël mène actuellement contre le Hamas, et a déclaré : « À ceux qui manifestent pour le Hamas, vous manifestez pour le Mal absolu. »

Il a également réaffirmé que l’Autorité palestinienne (AP) de Mahmoud Abbas ne devait pas prendre le contrôle de Gaza après la guerre.

Interrogé sur CNN sur la question de sa propre responsabilité dans l’incapacité à empêcher l’assaut du Hamas du 7 octobre, au cours duquel les terroristes ont massacré 1 200 personnes dans le sud d’Israël, pour la plupart des civils, et en ont enlevé plus de 240 otages, Netanyahu a répondu : « A-t-on posé cette question à Franklin Roosevelt, après Pearl Harbor ? L’a-t-on posée à George Bush après l’attaque surprise du 11 novembre [sic] ? »

« C’est une question qu’il faut se poser (…). Et j’ai dit que nous répondrions à toutes ces questions, moi le premier » après la guerre, a-t-il répondu.

Bush avait fait l’objet de nombreuses critiques aux États-Unis pour sa conduite avant et après les attentats du 11 septembre 2001, bien qu’il ait été réélu en 2004 pour un second mandat présidentiel.

Lors de ses interviews sur CNN et NBC, Netanyahu a répété l’affirmation d’Israël selon laquelle Tsahal s’efforce de minimiser les pertes civiles à Gaza et a déclaré qu’il ne voyait pas comment l’AP pourrait gouverner la bande de Gaza après la guerre. Il a aussi évoqué la possibilité de parvenir à un accord pour libérer certains des otages détenus par des groupes terroristes à Gaza.

Netanyahu n’a pas accordé d’interview aux médias israéliens depuis le début des combats, le 7 octobre, mais il a répondu aux questions des journalistes lors de deux conférences de presse au cours de cette période.

S’adressant à l’animatrice de l’émission « Meet the Press », Kristen Welker, sur la chaîne NBC, Netanyahu a déclaré qu’il « pourrait y avoir » un accord potentiel pour libérer certains des 239 otages aux mains du Hamas et d’autres groupes terroristes de Gaza, sans donner plus de détails en raison de la sensibilité de la question.

« Je pense que moins j’en dirai, plus j’augmenterai les chances que cela se concrétise », a déclaré Netanyahu. « Nous avons entendu parler d’un accord imminent de telle ou telle nature, puis nous avons appris qu’il ne s’agissait que de balivernes. En revanche, à la minute où nous avons lancé l’incursion terrestre, les choses ont commencé à changer. »

Netanyahu a réitéré l’affirmation d’Israël selon laquelle la « pression militaire » continue d’être « la seule chose qui pourrait mener à un accord ».

« Si un accord est envisageable, eh bien, nous verrons ce qu’il en est à ce moment-là. Nous l’annoncerons si c’est réalisable. »

Interrogé sur le fait de savoir si Israël sait où les otages sont actuellement détenus, le Premier ministre a répondu : « Nous en savons beaucoup, mais je n’en dirai pas plus. »

S’adressant à Dana Bash de CNN, Netanyahu a rejeté les appels internationaux en faveur de longues pauses humanitaires dans les combats à Gaza, affirmant que l’arrêt des combats est « ce que veut le Hamas. »

Netanyahu a déclaré qu’Israël continuera à mettre en œuvre des cessations d’hostilités de plusieurs heures dans la partie nord de la bande, mais pas de pauses de plusieurs jours.

« Ce n’est pas une pause », a-t-il déclaré en réponse à une question sur un arrêt de plusieurs jours. « Si vous parlez d’arrêter les combats, c’est exactement ce que veut le Hamas. Le Hamas veut une série interminable de pauses ce qui, in fine, lui permettrait de se regrouper. »

Répondant à une question sur la façon dont Israël prévoit de minimiser les pertes civiles tout en attaquant l’infrastructure du Hamas à l’hôpital al-Shifa, Netanyahu a déclaré que Tsahal continue de faire pression pour les évacuations civiles et qu’Israël est en pourparlers bilatéraux pour des partenaires afin de mettre en place des hôpitaux flottants au large de la côte de Gaza.

« Nous demandons aux non-combattants de partir, mais il est évident que nous ne donnerions pas l’immunité aux terroristes », a-t-il déclaré, affirmant que le Hamas avait tiré sur des civils pour les empêcher de quitter les hôpitaux.

« Il n’y a aucune raison pour que nous ne sortions pas les patients de là, au lieu de laisser le Hamas s’en servir comme centre de commandement pour le terrorisme », a ajouté Netanyahu, précisant que la France, les Émirats arabes unis et d’autres pays envoyaient des centres médicaux basés sur des navires.

Netanyahu a déclaré à la chaîne NBC qu’Israël avait proposé d’envoyer du carburant directement à l’hôpital al-Shifa, mais que le Hamas a empêché le centre hospitalier de le réceptionner. Depuis le début de la guerre, Israël a refusé à maintes reprises d’envisager la possibilité d’autoriser l’entrée de carburant dans la bande de Gaza, prévenant qu’il serait détourné vers le Hamas à des fins de guerre et que le groupe terroriste disposait d’un stock de carburant qu’il refusait de remettre aux hôpitaux.

Dans les deux interviews, Netanyahu a rejeté l’idée que l’AP gouvernerait la bande de Gaza après l’élimination du Hamas, une position qui contraste avec la vision exposée par les responsables américains au cours des dernières semaines.

S’exprimant sur CNN, le Premier ministre a déclaré que la bande de Gaza d’après-guerre devait être démilitarisée et déradicalisée, et que « l’Autorité palestinienne a malheureusement échoué sur ces deux points. »

« Il faut reconstruire une autorité civile, il faut autre chose », a-t-il ajouté. « N’oubliez pas que l’Autorité palestinienne était déjà présente à Gaza. Lorsqu’Israël a quitté Gaza [en 2005], il a remis les clés à l’Autorité palestinienne. »

Le Hamas avait pris le contrôle de Gaza lors d’un coup d’État violent contre la principale faction de l’AP, le Fatah ,en 2007.

« Ils ne sont pas prêts à combattre le Hamas », a déclaré Netanyahu à propos de l’autorité basée à Ramallah.

Netanyahu a déclaré à la chaîne NBC qu’il était « trop tôt pour dire » qui gouvernerait la bande de Gaza à l’issue de la guerre actuelle. Les dirigeants de l’AP « apprennent à leurs enfants à haïr Israël ; ils paient pour tuer », a-t-il déclaré, en faisant référence aux allocations mensuelles qu’elle verse aux condamnés pour terrorisme emprisonnés et aux parents d’auteurs d’attentats tués. En outre, plus d’un mois après l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre qui a catalysé la guerre, Netanyahu a ajouté que « le président de l’Autorité palestinienne refuse de condamner cette sauvagerie ».

Netanyahu a déclaré qu’Israël prévoyait de conserver sa « responsabilité militaire » sur la bande de Gaza après la guerre, car Jérusalem ne fait confiance à aucune autre entité pour empêcher le terrorisme de créer un nouveau bastion à Gaza.

« Je pense que la seule force capable de garantir que le terrorisme du Hamas ne réapparaisse pas et ne prenne pas à nouveau le contrôle de Gaza est l’armée israélienne. La responsabilité militaire globale devra donc être assumée par Israël », a déclaré Netanyahu à la chaîne NBC. « Si nous voulons la paix, nous devons éradiquer le Hamas. »

Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a réagi au rejet apparent par Netanyahu du retour de l’AP à Gaza, en déclarant à CNN qu’il « devrait y avoir une direction politique unifiée à la fois en Cisjordanie et à Gaza. L’Autorité palestinienne est la direction politique en Cisjordanie. À long-terme, bien sûr, c’est au peuple palestinien qu’il appartiendra de déterminer comment la Cisjordanie et la bande de Gaza seront gouvernées. »

Le Premier ministre a également qualifié de « malavisés » ceux qui participent aux manifestations de masse aux États-Unis et en Europe et qui exigent qu’Israël décrète un cessez-le-feu immédiat.

« Vous qui manifestez pour le Hamas, sachez que vous soutenez le mal absolu », a déclaré Netanyahu à NBC News, ajoutant que certains manifestants sont « des gens mal informées qui ne connaissent pas la réalité des faits. »

Les manifestations pro-palestiniennes et les menaces contre les étudiants juifs se sont multipliées sur les campus américains, et Netanyahu a déclaré que l’acceptation du narratif du Hamas par le système éducatif était « un véritable chef d’accusation à l’encontre de l’enseignement supérieur dans certaines universités « .

Le Premier ministre a expliqué qu’Israël devait gagner la guerre contre le Hamas, reprenant de précédents propos sur la nécessité de rétablir la sécurité des habitants des zones proches de Gaza.

« Il n’y a pas de vie pour nous, il n’y a pas d’avenir pour nous si nous ne gagnons pas », a-t-il conclu.

L’équipe du Times of Israel a contribué à ce article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.