Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Pour Seinfeld, son séjour dans un Israël en guerre est « le moment le plus fort de toute ma vie »

Questionné sur son voyage de soutien, en décembre dernier, entre visite d’un kibboutz dévasté, entretiens avec des rescapés et d’ex-otages, le comédien est submergé par l’émotion

L'humoriste Jerry Seinfeld au siège du Forum des familles d'otages et de disparus à Tel Aviv, le 18 décembre 2023 (Crédit : Autorisation)
L'humoriste Jerry Seinfeld au siège du Forum des familles d'otages et de disparus à Tel Aviv, le 18 décembre 2023 (Crédit : Autorisation)

Le comédien Jerry Seinfeld a déclaré que son séjour en Israël, l’an dernier, suite au massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre, avait été le « le moment le plus fort » de toute sa vie.

Dans une interview récente donnée à Bari Weiss pour The Free Press, Seinfeld en a parlé comme du « moment le plus fort de toute ma vie, c’est certain ».

Pressé par Weiss d’en dire plus, Seinfeld, submergé par l’émotion, a eu du mal à parler.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait à quelqu’un en particulier, le comédien juif a hoché la tête, en signe d’approbation.

« Désolé », a-t-il dit ensuite, en sortant un mouchoir, avant de passer à un autre sujet.

Lors de cette visite de solidarité, en décembre dernier, Seinfeld et sa femme Jessica Sklar s’étaient rendus dans une des communautés frontalières dévastées – celle du kibboutz Beeri -. Il s’est par ailleurs entretenu avec d’ex-otages ainsi que des rescapés de la brutale attaque du 7 octobre, au cours de laquelle les terroristes ont tué près de 1 200 personnes et fait 252 otages.

https://x.com/NeriaKraus/status/1795527375478001989?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1795527375478001989%7Ctwgr%5E9d17298faa5b8c5750304e2d2f5a1106a4db9563%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.timesofisrael.com%2Femotional-seinfeld-says-wartime-trip-to-israel-the-most-powerful-experience-of-my-life%2F

À Beeri, le couple Seinfeld a parlé avec Yuval Haran, dont le père Avshalom a été assassiné lors de l’attaque terroriste du Hamas qui a coûté la vie à une centaine d’habitants de leur petite communauté et au cours de laquelle plusieurs proches de Haran ont été pris en otage et emmenés à Gaza.

Haran a accueilli Seinfeld et sa femme dans les ruines de sa maison du kibboutz : ils ont évoqué le goût du père de Haran pour la série « Seinfeld », dans laquelle le comédien interprétait un rôle à mi-chemin entre réalité et fiction.

« Quand j’ai appris que Seinfeld venait au kibboutz, j’ai été très ému », confie Haran. « C’était l’un des personnages préférés de mon père : je serais incapable de dire combien de fois nous avons regardé Seinfeld ensemble. »

Dans l’interview publiée mardi, Seinfeld a parlé des manifestants pro-palestiniens qui l’ont hué à plusieurs reprises, ces derniers mois, qualifiant les manifestations de « totalement stupides ».

« C’est totalement stupide. Quand il y a des manifestations, comme ça, de temps à autres, j’aime bien dire au public : ‘Cela me fait plaisir que ces jeunes s’engagent en politique : il faut juste corriger un peu leur objectif.’ »

« Manifestement, ils ne comprennent pas que nous sommes des comédiens, que nous ne contrôlons rien », a-t-il ajouté.

Weiss l’a interrogé sur un incident survenu après un événement organisé en février, à New York, au cours duquel des manifestants ont traité Seinfeld de « partisan du génocide » et de « racaille nazie ». Elle a rappelé que, dans les images de l’incident, on voyait le comédien en train de sourire et de saluer, imperturbable face aux attaques. Elle lui a demandé ce qu’il en pensait.

« Ouais », a-t-il dit. « C’est totalement idiot. Ils ont envie d’exprimer une colère sincère et intense, mais encore une fois, ils tapent un peu à côté de la cible. »

« Pour moi, c’en est drôle. »

Pressé de dire s’il avait pensé à « la judéité » de Seinfeld au moment du tournage et de la diffusion de la série, il a répondu « Jamais », ajoutant le faire aujourd’hui.

« La première fois que je suis allé en Israël, après la série, et que j’ai vu les réactions, j’ai réalisé que ce n’était pas la relation habituelle avec le public : c’était différent », se souvient-il.

« Je voulais dire des choses, dont je n’avais pas vraiment conscience : cela a été merveilleux, un peu comme de découvrir que ce que je faisais avait une autre portée, que j’ignorais. J’ai bien sûr adoré ça. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.