Rechercher
NETANYAHU DÉNONCE "LES COMMENTAIRES RACISTES DE LIBERMAN"

Pour Yisrael Beytenu, le Likud est un « parti pour les Juifs des nations arabes »

Le texte publié dans le bulletin en langue russe déplore que les dirigeants du parti rival "aient les normes culturelles et psychologiques de ces ethnies"

Avigdor Liberman, alors ministre de la Défense, et Benjamin Netanyahu, alors Premier ministre, à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Avigdor Liberman, alors ministre de la Défense, et Benjamin Netanyahu, alors Premier ministre, à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Yisrael Beytenu, parti d’Avigdor Liberman, a émis des critiques à l’encontre de la newsletter diffusée par son propre parti jeudi dans laquelle il est affirmé que le Likud, parti du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu, est devenu « un autre parti sectoriel pour les Juifs des pays arabes ».

La déclaration, faite dans un bulletin en langue russe, était de toute évidence une référence générale aux Juifs séfarades.

Il y est précisé que « le problème » est que les dirigeants du parti « ont les normes culturelles et psychologiques de ces ethnies ».

Yisrael Beytenu a publié une déclaration qui condamne ces propos.

« Nous considérons qu’il s’agit d’une déclaration très grave, inacceptable et qui ne reflète pas la position d’Yisrael Beytenu », a déclaré le parti, ajoutant qu’il mettrait fin à son accord avec l’auteur du texte.

Netanyahu n’a pas tardé à réagir à la newsletter, qualifiant les commentaires de « racistes » et accusant Liberman de promouvoir un discours incitatif à l’approche des élections.

« Je condamne les commentaires racistes de Liberman contre les électeurs du Likud », a déclaré l’ancien Premier ministre dans un tweet. « Je suis fier que le Likud représente tous les citoyens israéliens – séfarades, ashkénazes, Arabes et Juifs, laïques et religieux – et je suis fier d’eux tous. »

L’incident n’est pas sans rappeler une déclaration publiée le mois dernier par le parti Yesh Atid du Premier ministre Yair Lapid sur son site de campagne en langue russe.

Ce texte affirmait que le parti n’était plus représentatif de l’intégralité de la société israélienne.

« Il a abandonné son idéologie et il est devenu un parti sectoriel séfarade », disait le post, faisant référence aux Juifs d’origine d’Afrique du nord et du Moyen-Orient.

Ces remarques ont été perçues comme une attaque contre les Juifs religieux traditionnels, les Juifs séfarades et la droite en général.

Suite à une réaction négative, Yesh Atid a retiré la déclaration de son site, l’a vivement critiquée et a déclaré qu’elle avait été écrite par un tiers, sans autorisation.

En Israël, le clivage séfarades-ashkénazes joue un rôle dans la politique depuis des décennies.

Le Likud avait obtenu sa première victoire électorale en 1977 partiellement en raison du soutien apporté au président de l’époque, Menachem Begin, par les Juifs israéliens d’origine d’Afrique du nord et du Moyen-Orient – un grand nombre d’entre eux tenant le parti Travailliste, à majorité ashkénaze, et ses prédécesseurs comme responsables des négligences et des discriminations qu’ils subissaient lorsque les factions avaient gouverné l’État lors de ses premières années d’existence.

Les Israéliens se rendront dans les bureaux de vote en date du 1er novembre pour la cinquième fois depuis 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...