Rechercher

Yesh Atid critiqué par le Likud pour un post de campagne russophone

Le parti a déclaré que la publication appelant le Likud "un parti sectoriel séfarade" a été écrite par un groupe extérieur, le supprimant après l'interpellation d'une députée

Le chef du parti Yesh Atid et Premier ministre israélien Yair Lapid lors d'un événement de campagne à Tel Aviv, le 13 septembre 2022. (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)
Le chef du parti Yesh Atid et Premier ministre israélien Yair Lapid lors d'un événement de campagne à Tel Aviv, le 13 septembre 2022. (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)

Le parti Yesh Atid du Premier ministre Yair Lapid a supprimé un post publié sur son site de campagne en russe en réponse aux critiques de ses adversaires. La publication affirmait que la formation du Likud du chef de l’opposition Benjamin Netanyahu devenait une faction « sectorielle » pour les Juifs israéliens d’origine séfarade.

Le texte – signalé pour la première fois par la députée du Likud Galit Distel Atbaryan dans la journée de jeudi – affirmait que le parti n’était plus représentatif de l’intégralité de la société israélienne.

« Il a abandonné son idéologie et il est devenu un parti sectoriel séfarade », disait le post, faisant référence aux Juifs d’origine d’Afrique du nord et du Moyen-Orient.

Atbaryan avait alors accusé Lapid et le ministre de la Défense Benny Gantz (qui fait partie de l’alliance HaMahane HaMamlahti) de « normaliser Garbuz, », une référence à l’artiste Yair Garbuz qui avait entraîné un tollé, avant les élections de 2015, quand il avait attribué le manque de popularité de la gauche israélienne à « une poignée d’adorateurs d’amulettes » et « d’adorateurs d’idoles ».

Des propos qui avaient été considérés comme une attaque contre les Juifs religieux traditionnels – les Juifs séfarades et la droite en général.

Dans une déclaration officielle, le Likud a dit que « Yair Lapid a appelé aujourd’hui en russe à ne pas voter en faveur du Likud parce que c’est un ‘parti de séfarades’. Le racisme de Lapid n’a aucune limite ».

Yesh Atid a riposté que le texte avait été écrit par un groupe extérieur et qu’il ne reflétait en rien les points de vue de la faction. Il a ajouté réexaminer d’autres contenus publiés sur le site.

La députée du Likud Galit Distal Atbaryan, à droite, et Shlomo Karai lors de la commission des arrangements de la Knesset, le 9 juin 2021. (Crédit :Olivier Fitoussi/Flash90)

« Il n’y aura aucune manifestation de racisme chez nous », a dit Lapid en réponse aux critiques. « Ceux qui disent des choses racistes ou qui les écrivent seront expulsés le jour même de Yesh Atid ».

Le Premier ministre a ensuite accusé Netanyahu de tenter d’exploiter politiquement l’incident.

« Il ne rate jamais une opportunité d’inciter ou de diviser », a expliqué Lapid qui a affirmé qu’il y avait un plus grand nombre de Juifs séfarades en tête de sa liste électorale qu’en tête de celle du Likud.

La division entre séfarades et ashkénazes israéliens joue un rôle dans la politique du pays depuis des décennies.

A LIRE : Des statistiques mesureront les inégalités entre Juifs mizrahis et Juifs ashkénazes

Le Likud avait obtenu sa première victoire électorale en 1977 partiellement en raison du soutien apporté au président de l’époque, Menachem Begin, par les Juifs israéliens d’origine d’Afrique du nord et du Moyen-Orient – un grand nombre d’entre eux tenant le parti Travailliste, à majorité ashkénaze, et ses prédécesseurs comme responsables des négligences et des discriminations qu’ils subissaient lorsque les factions avaient gouverné l’État lors de ses premières années d’existence.

Les Israéliens se rendront dans les bureaux de vote en date du 1er novembre pour la cinquième fois depuis 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...