Rechercher
Opinion

Pourquoi la COP 26 nous a fait faux bond

Si les pays riches ne s'engagent pas à éliminer progressivement les combustibles fossiles et si aucun financement n'est prévu pour aider ceux en développement, la planète vivra un avenir sombre

Des militants pour le climat défilent dans les rues de Glasgow, en Écosse, le 5 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Jon Super)
Des militants pour le climat défilent dans les rues de Glasgow, en Écosse, le 5 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Jon Super)

Pas la peine de tourner autour du pot : la conférence sur le climat de Glasgow qui s’est achevée samedi, a été un échec – retentissant.

La COP26 a mis en évidence le manque de vision, de leadership et de tripes de tant de politiciens, dont les intérêts étroits et l’étroitesse d’esprit vont nous coûter cher.

Ce sont les pays les plus émetteurs et l’industrie des combustibles fossiles, la plus grande délégation de la conférence, selon la BBC, qui ont finalement triomphé.

C’est une honte.

Le soi-disant Pacte de Glasgow pour le climat, qui n’est même pas juridiquement contraignant et qui a été arraché péniblement à la fin du sommet, n’engage en rien les signataires à se débarrasser des combustibles fossiles – la seule chose qui puisse arrêter le réchauffement de la planète et le changement climatique et peut-être nous sauver tous.

Il ne nous rapproche pas de l’objectif fixé par l’accord de Paris de 2015, à savoir maintenir l’augmentation de la température moyenne de la planète « bien en dessous » de 2 °C, et de préférence à 1,5 °C, d’ici la fin du siècle, par rapport à un niveau de référence fixé avant le début de l’industrialisation du monde.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies prévient depuis des années que pour stabiliser le climat à 1,5 °C, il faut réduire les émissions de 45 % d’ici à la fin de la décennie.

Mais cela n’arrivera pas, si l’on en croit les objectifs nationaux de réduction des émissions soumis à la COP26.

Même si ces objectifs sont pleinement mis en œuvre – et il y a de gros points d’interrogation à ce sujet – nous nous attendons à une augmentation de 2,4°C.

De jeunes militants pour le climat protestent contre le fait que des représentants de l’industrie des combustibles fossiles ont été autorisés à pénétrer dans l’enceinte du sommet sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse, le 11 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Alastair Grant)

Non seulement le pacte ne mentionne pas du tout le pétrole ou le soi-disant gaz « naturel » – un combustible fossile – mais les tentatives pour amener le monde à éliminer progressivement le charbon – le principal moteur du changement climatique – ont été fortement diluées.

À la suite de nombreuses querelles politiques, la version finale du pacte stipule que les efforts doivent être intensifiés non pas pour éliminer progressivement l’énergie du charbon, mais pour la « réduire », et encore sans aucune quantification, après un changement de dernière minute soumis par l’Inde et la Chine.

En outre, cette « réduction progressive » ne doit s’appliquer qu’à l’électricité produite à partir du charbon et aux subventions aux combustibles fossiles « inefficaces ».

« Toujours aussi intense » fait référence au charbon qui est brûlé sans ce que l’on appelle l’épuration du carbone CO₂, qui sépare le dioxyde de carbone du mélange de gaz émis par la combustion, avant qu’il ne puisse être libéré dans l’atmosphère.

Sur cette photo prise le 3 octobre 2018, de la fumée s’élève de la cheminée de la principale centrale électrique au charbon de Serbie, près de Kostolac, en Serbie. Les entreprises chinoises sont les plus grands investisseurs au monde dans les centrales à charbon à l’étranger. (Crédit : AP Photo/Darko Vojinovic)

Devons-nous comprendre que la poursuite de la combustion du charbon sans épuration du dioxyde de carbone est donc acceptable ? Ce processus n’est pas seulement coûteux, il nécessite également d’énormes quantités d’énergie. Ce n’est que dans les rêves les plus fous de l’industrie des combustibles fossiles que cela rend la combustion du charbon acceptable.

Et que sont les subventions efficaces aux combustibles fossiles, si nous ne devons nous préoccuper que des subventions « inefficaces » ? Selon le G20, les subventions inefficaces « encouragent le gaspillage de la consommation ».

Mais toute subvention à l’industrie des combustibles fossiles canalise l’argent des contribuables vers l’émission continue de gaz nocifs pour le réchauffement climatique. Cet argent serait bien mieux utilisé pour accélérer la diffusion rapide d’alternatives renouvelables telles que l’énergie solaire et à recycler les travailleurs de l’industrie des combustibles fossiles en emplois verts.

Des intérêts nationaux étroits et malavisés ont triomphé

Malgré tous les efforts déployés par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, le président de la COP26, Alok Sharma, l’envoyé américain pour le climat, John Kerry, et d’autres pour obtenir un meilleur accord, les intérêts nationaux étroits et malavisés ont triomphé.

Quelques jours avant le début de la COP26, la BBC a vu des documents montrant que l’Arabie saoudite, le Japon et l’Australie faisaient partie des nations qui faisaient pression sur l’ONU pour minimiser la nécessité de s’éloigner rapidement des combustibles fossiles.

Après le podcast du Times of Israel jeudi, un auditeur australien en colère a écrit au journal pour se plaindre du fait que la représentation de son pays comme « non embarqué » à la COP26 était grossièrement injuste.

Des militants pour le climat organisent une manifestation sur le thème du « jeu du calmar » en portant des masques de dirigeants mondiaux qu’ils considèrent comme des obstacles à la lutte contre le changement climatique, notamment, de gauche à droite, le président chinois Xi Jinping, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre australien Scott Morrison, le roi Salman d’Arabie saoudite, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président russe Vladimir Poutine, en marge du sommet des Nations unies sur le climat COP26, à Glasgow, en Écosse, le 2 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Scott Heppell)

Le Premier ministre Scott Morrison s’est rendu à Glasgow et a signé pour des émissions nettes nulles d’ici 2050, a-t-elle déclaré. « C’est un fait. Il l’a fait à un coût personnel et politique élevé. Lui et son parti doivent être réélus au début de l’année 2022 et ils vont probablement perdre beaucoup de voix à cause de cela de la part des électeurs qui dépendent de l’industrie des combustibles fossiles pour leurs emplois et leurs revenus. » L’auditeur a ajouté que l’Australie était « en bonne voie pour respecter sa promesse de réduction des émissions faite à Paris pour 2030. »

Climate Action Tracker a vu les choses très différemment lorsqu’il a fait un rapport sur le pays en septembre, en disant : « L’objectif de réduction des émissions nationales de l’Australie pour 2030 est compatible avec un réchauffement de 4°C si tous les autres pays suivaient un niveau d’ambition similaire. Avec les politiques actuelles de l’Australie, les émissions continueront d’augmenter et sont compatibles avec un réchauffement de plus de 3°C. »

Le rapport signale que la politique du gouvernement australien était « plutôt de soutenir la capture et le stockage du carbone (une technologie à un stade précoce, considérée par beaucoup comme le rêve humide des pays déterminés à continuer à émettre) et l’hydrogène dérivé des combustibles fossiles, (par opposition à l’hydrogène vert généré par les énergies renouvelables) qui prolonge la vie des parcs de combustibles fossiles vieillissants dans le système énergétique. »

Le Premier ministre Naftali Bennett (à droite) a rencontré le Premier ministre australien Scott Morrison lors du sommet climatique de l’ONU COP26 à Glasgow, en Ecosse, le 1er novembre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Morrison lui-même a couvert l’annonce du zéro net en soulignant que l’atteinte de cet objectif n’impliquerait pas la fin des secteurs des combustibles fossiles en Australie. « Nous voulons que nos industries lourdes, comme l’exploitation minière, restent ouvertes, compétitives et adaptées, afin qu’elles restent viables aussi longtemps que la demande mondiale le permettra », a déclaré M. Morrison, promettant que son plan n’impliquerait pas l’arrêt de la production ou des exportations de charbon et de gaz. Il n’a pas aisément expliqué comment cela s’articule avec l’objectif de zéro émission d’ici 2050.

Ce que l’auditeur du podcast et Scott Morrison et ses partisans n’ont apparemment pas compris, c’est que la reconversion aux technologies vertes aurait dû commencer il y a (très) longtemps, précisément pour que les emplois ne soient pas perdus lorsque les industries polluantes seront éliminées et que des industries vertes moins chères et plus saines les remplaceront. Là encore, il s’agit d’un manque de leadership.

L’ancien président américain Barack Obama et John Kerry, envoyé spécial du président des États-Unis pour le climat, posent avec les membres de la délégation américaine au centre américain lors du sommet sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse, le 9 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Alberto Pezzali)

Mais ce sont les États-Unis, deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre dans l’atmosphère après la Chine, et devant l’Inde, la Russie et le Japon, dans cet ordre, qui se distinguent par leur hypocrisie et leur politique de deux poids, deux mesures.

Alors que le président Joe Biden a mis sa réputation en jeu pour assainir le climat et persuader d’autres pays de faire de même, les délégués américains présents à la COP26 ont refusé de signer un accord qui prévoyait l’élimination progressive du charbon dans les années 2030 pour les grandes économies et une décennie plus tard pour les pays en développement.

Au lieu de cela, les États-Unis se sont associés à 20 nations, dont la Chine, pour promettre de mettre fin au financement public de projets de combustibles fossiles « non ralentis » à l’étranger d’ici à la fin de 2022.

Selon le dernier rapport sur le budget carbone mondial, si le monde continue à se comporter comme il le fait aujourd’hui, il y a de fortes chances qu’il atteigne l’objectif de 1,5°C dans 11 ans.

La délégation américaine a fait partie de ceux qui ont fait pression pour que ce point ne soit pas inclus dans le texte du pacte climatique.

Un ouvrier indien charge du charbon dans un camion à Dhanbad, une ville de l’est de l’Inde située dans l’État de Jharkhand, le 24 septembre 2021. L’Inde a demandé une modification cruciale de dernière minute de l’accord final lors des négociations sur le climat à Glasgow, en demandant la « réduction progressive » et non la « suppression progressive » de l’énergie au charbon. (Crédit : AP Photo/Altaf Qadri)

L’Inde et les autres pays en développement doivent être jugés différemment des États-Unis, de l’Australie, de l’Europe et des autres nations riches de l’Occident.

Il est moralisateur de leur reprocher aujourd’hui de vouloir gravir l’échelle du développement économique que les pays développés ont gravie il y a longtemps.

Ce sont ces pays qui subissent le plus gros du changement climatique, sans que ce soit de leur faute ou presque : catastrophes dues à l’élévation du niveau de la mer, inondations, sécheresses, vagues de chaleur, etc.

Et pourtant, comme on pouvait s’y attendre, les nations les plus riches, dans l’ensemble, ont refusé de mettre la main à la poche pour aider leurs frères plus pauvres à sauter l’étape des combustibles fossiles et à passer directement aux énergies renouvelables pour contribuer à atténuer le changement climatique.

Comme nous l’avons vu à Glasgow, ils ne tiennent pas non plus leurs promesses d’aider ces pays à s’adapter aux effets déjà dévastateurs du changement climatique.

FICHIER – Sur cette photo d’archives du 18 octobre 2015, une jeune fille patauge dans l’eau à l’extérieur de la maison de Fatou Faye sur l’île de Diamniadio, dans le delta du Saloum au Sénégal. L’endroit où se trouvait autrefois la cuisine de Faye est maintenant délimité par de courtes branches de palétuviers qui, espère-t-elle, ralentiront la mer toute proche et l’empêcheront de détruire le reste de sa maison. L’élévation du niveau de la mer dans les eaux du delta du Saloum au Sénégal menace déjà d’arracher le reste de sa maison en ciment gris de ses fondations, la laissant, elle et 30 autres membres de sa famille, sans abri sur cette île de faible altitude. (Crédit : AP Photo/Jane Hahn, Dossier)

Les pays en développement avaient espéré créer une « facilité » grâce à laquelle les nations riches les indemniseraient pour les pertes et les dommages – des dommages inévitables et irréversibles causés par le changement climatique.

Cette « facilité » a été diluée en un « dialogue » sur les compensations, les pays riches ayant refusé de rendre des comptes.

L’engagement de Glasgow sur le climat dit qu’il « reconnaît l’importance de la meilleure science disponible pour une action et une politique climatiques efficaces. »

La science est claire.

Mais les soi-disant dirigeants du monde n’écoutent toujours pas.

A LIRE – COP26 : Boris Johnson reconnaît une certaine « déception »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...