Rechercher

Poutine : Moscou aide les Juifs syriens à restaurer leurs lieux saints

Bien qu'aucun Juif ne vive encore dans ce pays déchiré par la guerre, le président russe affirme que son gouvernement coopère avec les Juifs syriens de façon "constante"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des Juifs syriens célèbrent la fête de Pessah à la synagogue al-Firenj dans le centre de Damas, en Syrie, le 20 avril 2018. (AP Photo/Bassem Tellawi, File)
Des Juifs syriens célèbrent la fête de Pessah à la synagogue al-Firenj dans le centre de Damas, en Syrie, le 20 avril 2018. (AP Photo/Bassem Tellawi, File)

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé cette semaine que Moscou aide les Juifs syriens à rénover leurs lieux saints dans ce pays déchiré par la guerre.

« Nous aidons aussi les représentants du judaïsme, nous aidons aussi les juifs à restaurer leurs sanctuaires en Syrie, et nous coopérons en fait avec eux de façon constante », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Budapest. Il répondait à une question d’un journaliste sur ce que fait le Kremlin pour améliorer la situation des chrétiens au Moyen Orient.

Autrefois foyer d’une communauté juive prospère, la plupart des Juifs ont quitté la Syrie après la fondation de l’État d’Israël. Certains Syriens se souviennent encore qu’avant le déclenchement de la guerre civile, une poignée de Juifs s’étaient rassemblés dans la synagogue Eliyahu Hanavi, au centre de Damas. Mais aujourd’hui, il est difficile de savoir s’il reste des Juifs dans le pays.

Cependant, l’année dernière, un habitant de Qamishli, une ville du nord de la Syrie, a déclaré au Times of Israel qu’il étreindrait ouvertement tout Juif qui déciderait de revenir.

« Je ne comprends pas le problème », a dit un cordonnier local. « Les voisins de notre prophète Mahomet, que la paix soit avec lui, étaient aussi juifs, donc je ne vois pas pourquoi nous n’aurions pas de voisins juifs. Il y a des années, il y avait beaucoup de familles juives qui vivaient en paix avec nous. »

Il est difficile de savoir à quoi Poutine se référait exactement lorsqu’il parlait de coopérer avec les juifs locaux pour restaurer leurs sanctuaires.

Plus tôt cette année, la Russie a transféré à Israël les restes du commandant de char de Tsahal Zachary Baumel, permettant leur retour dans l’Etat juif près de 37 ans après sa disparition lors de la bataille du Sultan Yacoub en 1982, lors de la première guerre du Liban.

« Des soldats de l’armée russe ont trouvé le corps en coordination avec l’armée syrienne », a déclaré M. Poutine le 4 avril lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

En juin 2016, lors d’une visite à Moscou, Netanyahu reçut officiellement au nom d’Israël un char Magach-3 de Tsahal capturé par la Syrie lors de la même bataille où Baumel est tombé.

Youssef Jajati, un leader de la communauté juive en Syrie, montre des rouleaux de la Torah conservés dans un écrin en argent à la synagogue Jobar, à Damas, le 21 janvier 2000. (AP Photo/ Bassem Tellawi, File)

Au Moyen Âge, la Syrie abritait l’une des plus grandes communautés juives du monde, dont la plupart vivaient dans la région de Damas. La communauté remonte au séjour d’Elie à Damas, il y a près de 3 000 ans, mais la vie juive s’est réellement épanouie dans la ville après 1099, lorsque des armées chrétiennes ont conquis Jérusalem lors de la première croisade et massacré les habitants de cette ville.

Les historiens disent que 50 000 Juifs se sont réfugiés à Damas, ce qui fait que près d’un Juif de Damas sur trois a fui presque du jour au lendemain. Certains sont devenus ministres et conseillers du gouvernement, et la communauté a augmenté de près de 100 000 au tournant du 20e siècle.

Des dizaines de milliers de Juifs ont fui à la suite de la création d’Israël en 1948, tandis que d’autres détenus en Syrie contre leur gré ont finalement émigré, une fois qu’ils en ont reçu l’autorisation, ce qui s’est produit au début des négociations de paix au Moyen-Orient dans les années 90.

Ziv Genesove a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...