Procès en diffamation : la Cour rejette l’appel de Yair Netanyahu
Rechercher

Procès en diffamation : la Cour rejette l’appel de Yair Netanyahu

Le fils de l'ex-Premier ministre est condamné à verser une compensation au journaliste Avi Alkalay et à couvrir les frais de justice

Yair Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive pour une audience au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 10 mars 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Yair Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive pour une audience au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 10 mars 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le tribunal de première instance de Tel Aviv a rejeté lundi l’appel de Yair Netanyahu, le fils de l’ancien Premier ministre, qui souhaitait faire annuler une décision de justice rendue contre lui pour diffamation, et l’a condamné à payer des centaines de milliers de shekels de compensation et à couvrir les frais de justice.

Netanyahu avait affirmé que la décision à son encontre est de mauvaise foi car il n’a jamais reçu la notification du tribunal concernant le procès en diffamation intenté par l’ancien rédacteur en chef du site d’information Walla, Avi Alkalay.

À l’époque, Netanyahu vivait avec ses parents à la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, plutôt que dans l’appartement familial dans la capitale ou dans leur maison de Césarée. Bien que la lettre ait été envoyée à la résidence officielle, elle n’a finalement pas été remise à Netanyahu, en raison, semble-t-il, de protocoles interdisant au personnel d’accepter des lettres recommandées sur place.

Comme Netanyahu n’a jamais présenté de défense, le tribunal a automatiquement statué en faveur d’Alkalay. Cependant, la juge Kohava Levy a rejeté l’argument de Netanyahu en disant que la lettre recommandée avait été envoyée au bon endroit dans les circonstances et a demandé au fils de l’ancien premier ministre de dédommager Alkalay de 250 000 shekels et de payer 29250 shekels de frais de justice.

L’avocat de Netanyahu, Yossi Cohen, avait fait valoir que la lettre recommandée n’avait pas été remise à la résidence du Premier ministre, rue Balfour à Jérusalem, car elle n’avait pas été signée. Il a affirmé que personne à la résidence n’est autorisé à signer pour les lettres recommandées et que toute communication de ce type doit être envoyée au bureau du Premier ministre.

Dans sa décision, la juge Levy a noté que selon les registres du ministère de l’Intérieur, Netanyahu, 29 ans, vit à la résidence officielle et, étant donné qu’il est « un adulte vivant avec ses parents dans la résidence du Premier ministre », c’était le bon endroit pour envoyer la lettre.

Une déclaration au nom de Netanyahu a déclaré que le tribunal « a ignoré les faits et la loi » en ne prenant pas en compte le fait que la lettre n’a jamais atteint son destinataire. Netanyahu avait alors annoncé qu’il ferait appel de la dernière décision.

Alkalay a poursuivi Yair Netanyahu pour avoir partagé un message sur les réseaux sociaux qui qualifiait le journaliste de « taupe infiltrée de la Fondation Wexner » – un groupe que la famille Netanyahu accuse de financer des organisations et des campagnes de gauche – et qui prétendait qu’il était en connivence avec le ministère public contre le Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...