Rechercher

Procès Netanyahu : Raz Nizri met en garde contre un discours « extrémiste »

L'adjoint au procureur général sortant soutient une négociation de peine et maintient que les accusations n'auraient pas dû inclure la corruption&

Le procureur général adjoint sortant, Raz Nizri, dans une interview accordée à la Treizième chaîne, diffusée le 16 juillet 2022. (Capture d'écran/Channel 13)
Le procureur général adjoint sortant, Raz Nizri, dans une interview accordée à la Treizième chaîne, diffusée le 16 juillet 2022. (Capture d'écran/Channel 13)

Le procureur général adjoint sortant s’est prononcé en faveur d’une négociation de plaidoyer dans le procès de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant que les deux parties ont intérêt à y parvenir et que tous les Israéliens en bénéficieraient, compte tenu du discours public « extrémiste » et « dangereux » que la procédure suscite.

Raz Nizri a annoncé qu’il quittait le ministère de la Justice en janvier, après avoir été écarté de la liste des candidats au poste de procureur général.

Dans deux interviews télévisées accordées à la Treizième chaîne et à la chaîne publique Kan diffusées samedi, Nizri a déclaré que le discours polarisé concernant le procès en cours compromettait la confiance du public dans les institutions israéliennes.

« J’ai toujours appelé cela une discussion entre les adorateurs de Netanyahu et ses détracteurs. Pour ses adorateurs, Netanyahu est innocent et persécuté dans toutes les situations. D’autre part, les détracteurs de Netanyahu pensent qu’une enquête n’a jamais été nécessaire et qu’il aurait dû être mis en prison immédiatement », a-t-il déclaré à la Treizième chaîne.

« Ce sont des approches populistes qui rendent le discours public plus extrémiste et augmentent la critique des forces de l’ordre tout en diminuant la confiance du public dans ces dernières. C’est dangereux, bien sûr », a-t-il ajouté.

Nizri a suggéré que la conclusion d’un accord de plaidoyer dans le procès en cours de l’ancien Premier ministre serait dans l’intérêt de la défense et de l’accusation.

« Cela constituerait une bonne gestion des risques par les deux parties », a soutenu Nizri. « Ce serait également bénéfique pour le grand public et l’État », a-t-il ajouté, notant qu’une autre raison en faveur d’un accord serait de limiter la nature extrême et souvent violente du débat public entourant le procès.

L’ex-Premier ministre et député Benjamin Netanyahu arrive pour une audience dans son procès, au tribunal de Jérusalem, le 17 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Netanyahu, 72 ans, est jugé dans trois affaires distinctes de corruption : pour fraude et abus de confiance dans les affaires 1000 et 2000, et pour corruption, fraude et abus de confiance dans l’affaire 4000.

Il nie toutes les allégations portées contre lui et affirme que les accusations ont été fabriquées de toutes pièces par un service de police et un ministère public partiaux, supervisés par un procureur général faible, de concert avec des opposants politiques et les médias de gauche.

Nizri a déclaré à Kan qu’il maintenait sa position selon laquelle Netanyahu n’aurait pas dû être accusé de corruption dans l’affaire 4000, et n’aurait pas dû être accusé du tout dans l’affaire 2000.

Toutefois, il a refusé d’entrer dans les détails au cours des interviews et a déclaré que le procureur général de l’époque, Avichai Mandelblit, avait pris sa décision sur la base de « discussions complètes et sérieuses ». Nizri a ajouté que « la décision a été prise, sur certaines questions mon opinion a été acceptée, sur certaines questions elle ne l’a pas été. C’est tout à fait correct, c’est ainsi que les choses se passent ».

En mai, Netanyahu aurait déclaré qu’il n’envisagerait aucune négociation de plaidoyer dans son procès pour corruption en cours. Une négociation de plaidoyer inclurait probablement une condamnation pour des délits, ce qui obligerait l’ancien Premier ministre à quitter ses fonctions publiques.

Nizri a également déclaré que certaines des déclarations de Netanyahu concernant le système judiciaire israélien étaient « extrêmement dangereuses ».

Nizri a été impliqué dans de nombreuses procédures judiciaires qui ont conduit à l’inculpation de Netanyahu et à son procès en cours dans trois affaires de corruption, et a fait l’expérience directe des agressions verbales de l’ancien Premier ministre sur le système judiciaire israélien.

Benjamin Netanyahu, alors Premier ministre, faisant une déclaration avant d’entrer dans la salle d’audience du tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020, pour le début de son procès pour corruption. À ses côtés, depuis la gauche, des députés et des ministres du Likud, dont Amir Ohana, Miri Regev, Nir Barkat, Israel Katz, Tzachi Hanegbi et Yoav Gallant. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Outre les allégations formulées par Netanyahu selon lesquelles il était piégé par un ministère public israélien corrompu, « nous avons commencé à voir des attaques de la droite contre le système judiciaire, des attaques dangereuses qui tentaient de diffamer politiquement [le système] en l’accusant d’être piégé », a déclaré Nizri à la Treizième chaîne dans l’interview à l’occasion de son départ.

« Si j’avais pensé que des gens étaient piégés, je ne serais pas resté dans le système, même une minute, et je ne l’aurais pas défendu », a-t-il déclaré.

« Nous avons certainement atteint des situations où nous aurions dû dire : « Monsieur le Premier ministre, vous ne pouvez pas faire quelque chose comme ça ». »

Se présentant au tribunal pour le début de son procès pour corruption en mai 2020, Netanyahu a attaqué la police, les procureurs et le système judiciaire dans son ensemble, qualifiant le procès de « coup politique contre la volonté du peuple ».

« Des éléments de la police et du bureau du procureur de l’État se sont alliés à des journalistes de gauche… pour fabriquer des dossiers sans fondement contre moi », accusait-il à l’époque et continue-t-il de soutenir.

En avril de l’année dernière, le Premier ministre de l’époque, M. Netanyahu, a ouvertement défié les avertissements énergiques du procureur général de l’époque, Avichai Mandelblit, et a tenté de faire passer la nomination du député du Likud, Ofir Akunis, au poste de ministre de la Justice, bien que cette décision fut illégale.

Cette tentative a finalement été stoppée par la Haute Cour de justice.

Selon Nizri, certaines des déclarations de Netanyahu étaient « fausses, dangereuses et incitatives, car elles sapaient les fondements de l’État de droit et de la démocratie ». « Ne pas respecter la position du procureur général est une pente glissante au regard des dommages qu’elle cause à l’État de droit et au système démocratique en Israël », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...