Rechercher

Qatar: la sénatrice française espionnée fait un lien avec son travail sur l’islam radical

Nathalie Goulet fait partie de personnalités ciblées par des hackers embauchés afin de protéger la réputation du Qatar dans le cadre du Mondial-2022

La sénatrice française Nathalie Goulet en 2014. (Crédit : Wikimedia)
La sénatrice française Nathalie Goulet en 2014. (Crédit : Wikimedia)

« Quand vous travaillez sur l’islam radical, vous percutez forcément le Qatar », a réagi lundi la sénatrice française Nathalie Goulet, qui fait partie de personnalités ciblées par des hackers embauchés afin de protéger la réputation du Qatar dans le cadre du Mondial-2022 selon une enquête du Sunday Times.

« C’est ma boîte personnelle, c’est très choquant et très désagréable », a affirmé celle qui a l’intention de porter plainte après les révélations de piratage dimanche dans le Sunday Times.

Outre Mme Goulet, des journalistes, des avocats – dont celui de Mme Goulet à Londres, selon la sénatrice – ou encore l’ancien patron du foot européen Michel Platini ont été les cibles de ces hackers.

La sénatrice raconte avoir reçu « il y a à peu près huit ou dix mois » un appel téléphonique d’un « Monsieur se disant enquêteur mais qui ne s’est pas présenté » et qui connaissait son mot de passe de boîte Gmail. Il lui a alors dit que son compte avait été « piraté » et l’a invitée à prendre les dispositions nécessaires.

La sénatrice a changé tous ses mots de passe et s’est équipée d’un boîtier de cryptage.

« Je ne suis quand même qu’un modeste sénateur rural, qui fait son travail et qui travaille sur l’islam radical », souligne la sénatrice centriste. Très active contre l’organisation « Les Frères musulmans », elle a notamment publié au printemps dernier « L’Abécédaire du financement du terrorisme ».

La sénatrice rappelle encore s’être exprimée et avoir voté contre des conventions signées par la France avec le Qatar, dont le partenariat sur la sécurité de la Coupe du monde de football.

« J’ai aussi rappelé chaque fois que j’ai pu que le Qatar, grâce à une convention fiscale avantageuse, fait de la France un paradis fiscal », a-t-elle ajouté. « Je suis probablement un peu irritante, mais ce n’est pas une raison pour me piquer ma boîte mail ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...