Querelle sur la parité démographique qui existerait entre Juifs et Palestiniens
Rechercher

Querelle sur la parité démographique qui existerait entre Juifs et Palestiniens

3 M de Palestiniens de Cisjordanie ajoutés aux résidents de Gaza et de Jérusalem-Est équivaudrait au nombre de Juifs vivant entre le Jourdain et la Méditerranée

Illustration : Des éclaireurs et des groupes dans les rues de Ramallah, en Cisjordanie, la veille de l'Aïd al-Adha, le 11 septembre 2016.  (Crédit : flash 90)
Illustration : Des éclaireurs et des groupes dans les rues de Ramallah, en Cisjordanie, la veille de l'Aïd al-Adha, le 11 septembre 2016. (Crédit : flash 90)

Un débat qui a eu lieu lundi au sein d’une commission organisée en urgence à la Knesset concernant les actions industrielles entreprises par des fonctionnaires en Cisjordanie et dans la bande de Gaza a dégénéré, laissant place à une vive querelle après qu’il a été affirmé que le nombre de Palestiniens vivant entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée égaliserait dorénavant le nombre de Juifs.

Les employés de l’Administration civile, qui gère les affaires quotidiennes en Cisjordanie, avaient lancé un mouvement de grève mercredi dernier demandant l’amélioration de leurs conditions de travail.

Alors qu’ils se trouvaient en grève, les fonctionnaires se sont encore rendus à leur travail au siège de ce département dépendant du ministère de la Défense au sein de l’implantation de Beit El, refusant toutefois d’offrir des services – et particulièrement les permis d’entrée pour les Palestiniens et les permis de construire pour les habitants d’implantations.

Le député Likud Avi Dichter dirige une réunion de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 22 février 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Lors d’une rencontre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense organisée lundi, le directeur-adjoint des Activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), Guy Goldstein, a expliqué que tandis que l’Administration civile a bénéficié de moins de fonds ces dernières années, la population de Juifs et de Palestiniens en Cisjordanie n’a cessé de croître, avec pour résultat qu’il n’est plus possible de fournir des services adéquats à tous.

Pour renforcer son discours, Uri Mendes, vice-chef du COGAT, a déclaré que selon le registre de la population tenu par les Palestiniens qui répertorie les naissances et les décès, ce sont presque trois millions de Palestiniens qui vivent actuellement en Cisjordanie – ils étaient un million il y a 25 ans – en plus de deux millions dans la bande de Gaza.

Ce chiffre ne comprend pas les Israéliens arabes ou les résidents palestiniens de Jérusalem-Est, a-t-il continué.

Les membres de la commission n’ont pas tardé à ajouter les cinq millions de Palestiniens vivant en Israël pour comprendre cette implication que les populations juive et arabe/palestinienne se trouveraient dorénavant à égalité et qu’il n’existerait plus de majorité juive entre le fleuve et la mer.

Selon un rapport établi en 2017 par le Bureau central des statistiques, les Juifs, dans le même secteur, sont actuellement 6,5 millions.

Ces données se recoupent avec une affirmation faite en 2016 par le bureau central des Statistiques palestinien qui avait statué qu’à la fin de l’année 2017, le nombre de Palestiniens vivant en Israël, en Cisjordanie et à Gaza égaliserait le nombre de Juifs dans la même zone, avec 6,58 millions de personnes.

La démographie est au coeur d’un débat plus large autour du futur caractère de l’Etat d’Israël dans un contexte d’appels à l’annexion par l’Etat juif de certaines parties de la Cisjordanie. Si les Palestiniens sont plus nombreux que les Juifs, alors l’Etat ne pourra rester Juif qu’en cessant d’être démocratique.

Des membres Juifs de la commission, de droite comme de gauche, sont entrés en lice.

Demandant que le ministère de la Défense présente les chiffres dans un document officiel, le président de la commission Avi Dichter (Likud), ancien chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, a déclaré : « Je ne me souviens pas que les Palestiniens aient présenté un tel chiffre… Si c’est vrai, c’est surprenant et inquiétant. Si c’est inexact, nous désirons, bien entendu, connaître le vrai chiffre ».

Moti Yogev, député du parti HaBayit HaYehudi. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Moti Yogev du parti pro-implantations HaBayit HaYehudi a accusé l’Autorité palestinienne de mentir sur les chiffres.

« L’information de cinq millions de Palestiniens entre la mer Méditerranée et le fleuve Jourdain est inexacte, c’est le moins qu’on puisse dire », a-t-il indiqué, accusant l’AP d’avoir enregistré « dix fois plus » de naissances en Cisjordanie que de décès.

La députée Tzipi Livni de l’Union sioniste a, pour sa part, utilisé les chiffres pour affirmer sur Twitter qu’il était temps que les Israéliens comprennent les implications de la parité démographique.

La députée Tzipi Livni de l’Union sioniste (ex-ministre des Affaires étrangères) lors d’une réunion de faction du parti à la Knesset le 16 janvier 2017. (Hadas Parush/Flash90)

« Si nous ne nous réveillons pas face aux illusions générées par l’annexion [de la Cisjordanie, telle qu’elle est prônée par la droite israélienne], nous perdrons la majorité juive. C’est simple ».

Le député Nachman Shai, de l’Union sioniste, a déclaré sur Twitter que « l’égalité dans le nombre de Juifs et d’Arabes entre le Jourdain et la mer » est « un appel de dernière minute lancé à ceux qui s' »inquiètent de l’avenir d’un état juif et démocratique. Le moment est venu ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...