Raids de la police israélienne aux alentours de Duma
Rechercher

Raids de la police israélienne aux alentours de Duma

Les forces de sécurité ont fouillé sept maisons et arrêté au moins neuf personnes ; davantage d'incarcérations sans procès sont attendues

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

La police et les agents du service de sécurité Shin Beit ont perquisitionné plusieurs maisons dans les implantations de Cisjordanie dimanche matin et arrêté au moins neuf personnes.

L’un des avant-postes ciblés était Adei Ad, une partie du bloc d’implantations de Shiloh. L’avant-poste se trouve à plusieurs kilomètres du village palestinien de Duma, la scène d’une maison incendiée par un cocktail Molotov, le 31 juillet, qui a tué un bébé palestinien et son père.

Selon l’organisation d’aide juridique d’extrême droite Honenu, dans un autre raid à Kohav Hashahar et au poste à proximité Givat Habaladim, également dans la région de Duma, sept personnes ont été arrêtées par les forces de sécurité.

Les détails complets sur les raids sont sous ordonnance de non-publication, bien selon des rapports initiaux après l’attaque au cocktail Molotov, les tueurs auraient rejoint Duma depuis des blocs de peuplement à proximité.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a autorisé aux forces de sécurité de détenir des militants d’extrême-droite sans procès.

Un haut responsable de la défense a déclaré à Kol Israël dimanche qu’il n’y aurait pas de relâchement de la pression sur les groupes extrémistes israéliens.

L’application de la mesure de détention de suspects sans procès, connue sous le nom de « détention administrative », est destinée à limiter la liberté d’action des groupes terroristes juifs, selon le responsable.

Pendant ce temps, dimanche, les forces de sécurité se préparent à une escalade de la violence en Cisjordanie après que Saad Dawabsha, le père d’Ali Dawabsha, le bébé palestinien tué dans l’attaque, a succombé à ses blessures samedi.

Le haut-responsable de la défense a déclaré à la radio israélienne que l’armée israélienne et d’autres forces de sécurité travaillaient en coordination avec l’appareil de sécurité de l’Autorité palestinienne et restent en état d’alerte en vue d’éventuelles attaques de représailles de groupes palestiniens, notamment du Hamas.

La source a statué que le président de l’AP Mahmoud Abbas n’est pas intéressé par une escalade des tensions et prend des mesures pour apaiser la colère des Palestiniens de Cisjordanie.

Israël a renforcé son déploiement militaire en Cisjordanie depuis l’attaque au cocktail Molotov.

Des Palestiniens portent le corps de Saad Dawabsha, le père du bébé palestinien tué par une attaque au cocktail Molotov sur leur maison le 31 juillet. Dawabsha est décédé dans un hôpital de la ville du sud d'Israël Beersheba où il était traité pour brûlures au troisième degré tandis que sa femme Riham et son fils de quatre ans luttent encore pour leur vie. Il a été enterré le 8 aôut. (Flash 90)
Des Palestiniens portent le corps de Saad Dawabsha, le père du bébé palestinien tué par une attaque au cocktail Molotov sur leur maison le 31 juillet. Dawabsha est décédé dans un hôpital de la ville du sud d’Israël Beersheba où il était traité pour brûlures au troisième degré tandis que sa femme Riham et son fils de quatre ans luttent encore pour leur vie. Il a été enterré le 8 aôut. (Flash 90)

A l’enterrement de Dawabsha samedi ont assisté des milliers de gens, qui ont appelé à la « vengeance » et ont scandé « Un million de martyres marchent sur Jérusalem ». Sa femme et son fils de quatre ans, sont toujours hospitalisés dans un état critique.

Au milieu des craintes accrues de représailles palestiniennes, trois soldats israéliens par une attaque à la voiture-bélier perpétrée par un Palestinien, non loin de Duma jeudi après-midi. Deux des soldats étaient toujours dans un état grave à l’hôpital dimanche matin.

Après l’attaque sur la maison de Duma, qui a été largement condamnée en Israël, le ministre de la Défense a approuvé l’utilisation d’ordres de détention administrative à l’encontre de militants juifs d’extrême-droite.

La détention administrative est souvent utilisée par les forces de sécurité pour détenir des suspects palestiniens en Cisjordanie pendant des périodes prolongées sans jugement.

Lundi dernier, Meir Ettinger, le petit-fils l’Israélo-américain ultranationaliste rabbin Meir Kahane, a été arrêté et maintenu en détention sous des accusations de connexions à une activité extrémiste. Plusieurs autres militants juifs sont également détenus sans procès dans le sillage de l’attaque de Duma.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...