Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Ramaphosa parle du « génocide qu’Israël commet » à une rencontre sur l’antisémitisme

"Une réunion convoquée pour discuter de l'antisémitisme est devenue en réalité une réunion où des actes d'antisémitisme ont été commis", a déploré la communauté juive

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa écoutant la décision de la Cour internationale de justice qui a critiqué la guerre d'Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, depuis Johannesburg, en Afrique du Sud, le 26 janvier 2024. (Crédit : AP)
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa écoutant la décision de la Cour internationale de justice qui a critiqué la guerre d'Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, depuis Johannesburg, en Afrique du Sud, le 26 janvier 2024. (Crédit : AP)

WASHINGTON-JTA – Peu après l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, les dirigeants de la communauté juive sud-africaine ont demandé à rencontrer le président Cyril Ramaphosa pour discuter de la montée de l’antisémitisme.

La réunion a eu lieu en décembre, et la tournure qu’elle a prise a surpris le SAJBD – ou South African Jewish Board of Deputies (Conseil des députés de la communauté juive d’Afrique du Sud) : au lieu de discuter des préoccupations de ses citoyens juifs en matière de sécurité, Ramaphosa a passé la majeure partie de la réunion à attaquer Israël, qu’il a accusé d’avoir commis un « génocide ». Il a ensuite cité la réunion au cours de laquelle l’Afrique du Sud a accusé Israël de « génocide » devant la Cour internationale de justice (CIJ).

« C’était une trahison totale de la communauté », a déclaré Wendy Kahn, directrice du SAJBD, lors d’une interview accordée cette semaine à la Jewish Telegraphic Agency.

Ramaphosa avait programmé la réunion pour le 13 décembre, après le début des vacances d’été du pays, de sorte qu’un certain nombre des sept responsables juifs présents ont dû interrompre leurs projets de voyage estival pour se rendre à la réunion dans la capitale, Pretoria.

Selon Kahn, le dérangement en valait la peine. L’antisémitisme a grimpé en flèche en Afrique du Sud et le vote massif du Parlement en faveur de la rupture des liens diplomatiques avec Israël et de la fermeture de son ambassade a créé des problèmes pour les Sud-Africains qui ont de la famille en Israël.

Pourtant, au lieu de se concentrer sur ces questions, selon le bureau de Ramaphosa, le président sud-africain a profité de la réunion pour accuser Israël de « génocide ». La déclaration qu’il a faite à la suite de la réunion mentionne bien la « dénonciation par son gouvernement des comportements antisémites à l’égard du peuple juif en Afrique du Sud, y compris le boycott des entreprises appartenant à des Juifs, et de l’islamophobie ».

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa (3e à gauche) et les membres du Conseil uni des oulémas d’Afrique du Sud (UUCSA), lors de la conférence de presse conjointe, à Johannesburg, le 18 décembre 2023. (Crédit : Roberta Ciuccio/AFP)

Mais la majeure partie de la déclaration concerne les critiques de l’Afrique du Sud à l’égard de l’opération militaire d’Israël à Gaza contre le Hamas. Ramaphosa a expliqué que son gouvernement « condamne le génocide qui est infligé au peuple de Palestine, y compris les femmes et les enfants, par la punition collective et le bombardement continu de Gaza ».

Selon Kahn, les dirigeants juifs ont été surpris par la tournure qu’a prise la réunion.

« Nous lui avons parlé de l’antisémitisme, nous lui avons parlé des boycotts », a-t-elle expliqué. Mais dans la réponse du président, se souvient Kahn, « il est soudain venu avec toutes ces informations sur le génocide, le génocide qu’Israël commet, parce que, vous savez, il devait nous dire qu’il y avait ce génocide ».

L’organisation de Kahn n’a compris pourquoi Ramaphosa avait ressenti le besoin d’évoquer l’accusation de « génocide » que quelques semaines plus tard, lorsque l’Afrique du Sud a déposé sa plainte auprès de la CIJ, accusant Israël de génocide.

Dans la treizième section du document, où il est demandé à l’Afrique du Sud de démontrer « qu’Israël a été pleinement informé des graves préoccupations exprimées par la communauté internationale […] et par l’Afrique du Sud en particulier », la réunion avec le SAJBD est citée comme preuve.

La communauté a interprété cela comme signifiant que Ramaphosa les considérait effectivement comme des agents d’Israël, a déclaré Kahn.

« Une réunion convoquée pour discuter de l’antisémitisme est devenue en réalité une réunion où des actes d’antisémitisme ont été commis », a-t-elle déclaré cette semaine. « Nous avons été absolument bouleversés de voir que le SAJBD était inclus, cité dans l’affaire devant la CIJ. »

Le bureau de Ramaphosa n’a pas répondu à une demande de commentaire ni à la question de savoir s’il considérait les Juifs d’Afrique du Sud comme des « agents israéliens ». Certains hommes politiques sud-africains ont explicitement défendu ce point de vue, comme un législateur du Cap qui a demandé en vain qu’un lycée juif soit pénalisé l’année dernière parce qu’un diplômé sur cinq s’engage dans l’armée israélienne.

Wendy Kahn, présidente du SAJBD. (Crédit : Autorisation)

« Le SAJBD a clairement indiqué qu’il n’était pas le représentant de l’État d’Israël et qu’il n’était pas l’intermédiaire entre les deux pays », a déclaré le Conseil des députés lorsqu’il s’est rendu compte que la réunion était instrumentalisée dans le cadre de l’accusation de « génocide ». « Nous sommes des citoyens sud-africains comme les autres, avec des préoccupations valables concernant nos droits humains en tant que citoyens de ce pays. »

Cette rencontre s’inscrit dans le droit fil de l’hostilité que la communauté a subie de la part de certains secteurs de l’establishment politique sud-africain, a déclaré Kahn. Elle a rappelé que le ministre de la Justice, Ronald Lamola, qui comparaissait à La Haye en janvier lors des audiences sur le « génocide », avait été interrogé sur l’antisémitisme dans son pays.

« En Afrique du Sud, un certain nombre de Juifs font des affaires, vivent avec nous et fréquentent leurs églises en paix », avait déclaré Lamola.

Le SAJBD a remis au ministère un rapport sur l’antisémitisme, a dit Kahn.

« C’est vous qui devriez protéger les Juifs sud-africains contre la haine », a-t-elle dit à Lamola. « Et vous dites qu’il n’y a pas d’antisémitisme. Vous n’avez même pas pris la peine de chercher à savoir quelles sont les informations réelles. » Depuis le 7 octobre, au moins huit affaires impliquant des allégations de haine antisémite ont été portées devant les tribunaux sud-africains.

L’Afrique du Sud critique depuis longtemps Israël et, en janvier, le capitaine juif de son équipe de cricket des moins de 19 ans a été démis de ses fonctions à la suite de manifestations anti-Israël. Un rapport publié en 2019 par l’Institut de recherche sur les politiques juives a révélé que sur les quelque 52 000 juifs du pays, plus de 40 % « déclarent avoir envisagé de quitter définitivement l’Afrique du Sud au cours de l’année écoulée ».

Kahn, qui était à Washington cette semaine dans le cadre d’un voyage organisé par le Congrès juif mondial, a souligné que l’antisémitisme n’était pas omniprésent dans le pays. Elle a indiqué que la communauté entretenait des liens amicaux avec les partis d’opposition au Congrès national africain de Ramaphosa, ainsi qu’avec les églises chrétiennes, dont les membres se comptent par dizaines de millions. Elle entretient également de bonnes relations avec les forces de l’ordre.

Elle a entendu dire que le nombre de Juifs cherchant à quitter le pays avait augmenté, mais elle estime que cela est davantage lié à l’instabilité politique et économique. Les rapports faisant état d’une recrudescence de l’antisémitisme peuvent être un facteur, mais pas le seul, dans le désir de partir, a-t-elle souligné.

Des manifestants brandissant des pancartes et un drapeau israélien lors d’une manifestation organisée par le South African Jewish Board of Deputies à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes dénonçant le silence du gouvernement sud-africain sur les mauvais traitements infligés aux otages détenus par le Hamas, à Johannesburg, le 8 mars 2024. (Crédit : OLYMPIA DE MAISMONT/AFP)

Elle a également ajouté que les Juifs ne cachent pas les symboles visibles de leur identité.

« Nous avons un bijoutier dans notre communauté, il a une bijouterie dans l’un des grands centres commerciaux près de la communauté juive » à Johannesburg, a-t-elle déclaré. « Il raconte qu’il n’arrive pas à répondre à la demande de Magen [d’étoiles de] David. Elles se vendent comme des petits pains. »

La représentation la plus poignante de la sympathie de la population pour Israël, dit-elle, a eu lieu le 27 octobre. Sans demander l’autorisation de la police, la communauté a collé des affiches d’otages enlevés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le long des remparts du pont Nelson Mandela. Ils ont également placé 221 ballons rouges le long du pont, un pour chacune des personnes dont on savait à l’époque qu’elles étaient retenues en captivité.

Kahn a déclaré que la communauté avait l’intention de laisser les affiches en place pendant une heure, afin d’éviter les confrontations avec des acteurs hostiles ou la vue de la police en train d’enlever les affiches.

Au lieu de cela, la communauté a laissé les affiches en place toute la journée, remarquant la curiosité et l’empathie qu’elles suscitaient chez les passants, et il n’y a pas eu de confrontations. Elle a partagé avec la JTA une vidéo de passants s’accroupissant pour lire les histoires des otages, certains joignant les mains en signe de prière silencieuse.

« Les gens priaient, pleuraient et étaient tout simplement captivés », a-t-elle déclaré, se laissant gagner par l’émotion à l’évocation de ce souvenir.

« Finalement, nous les avons laissées en place toute la journée. Aucune de ces affiches n’a été arrachée. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.