Rechercher

Ramat Gan: Des galeries présenteront les œuvres des artistes protestataires du musée

Après le tollé provoqué en décembre par le retrait de la peinture controversée de David Reeb, les galeries entendent manifester un "vote de confiance dans la liberté artistique"

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des artistes couvrent leurs œuvres d'art en décembre 2021 pour protester contre une querelle concernant une peinture controversée dans un musée de Ramat Gan. (Crédit : David Reeb Instagram)
Des artistes couvrent leurs œuvres d'art en décembre 2021 pour protester contre une querelle concernant une peinture controversée dans un musée de Ramat Gan. (Crédit : David Reeb Instagram)

Lorsque la peinture de l’artiste David Reeb, jugée offensante pour les ultra-orthodoxes, a été retirée du nouveau musée d’art contemporain de Ramat Gan, une tempête a secoué le monde de l’art le mois dernier.

La quasi-totalité des autres artistes exposants ont demandé que leurs œuvres soient également retirées. Dans la foulée, le conservateur a démissionné et le musée a été temporairement fermé.

Ce week-end, les 28 et 29 janvier, 17 galeries d’art de Tel Aviv exposeront les œuvres des artistes protestataires dans un élan de solidarité en faveur de l’art et de la liberté d’expression.

Daniel Milman, un Suisse résidant à Tel Aviv et collectionneur d’art passionné, a eu l’idée de placer les œuvres d’art dans les galeries locales.

« Les galeries ne sont pas des saints », a déclaré Milman, psychologue et psychanalyste de profession. « Elles le font avec un objectif mais qui correspond au mien, qui est de dire non à la censure. »

« Ce n’est pas une petite affaire israélienne », a-t-il ajouté. « Nous sommes confrontés à un conflit mondial entre la liberté d’expression et ce qui est politiquement correct. Quiconque se sent lésé dans son identité, de quelque manière que ce soit, fait désormais obstacle à la liberté de choix. »

Une œuvre de David Reeb qui sera accrochée dans la galerie Nissim-Landau lors d’un week-end de solidarité autour de l’art, les 28 et 29 janvier 2022. (Autorisation)

Le maire de Ramat Gan, Carmel Shama-Hacohen, avait demandé que la peinture de Reeb soit retirée. L’œuvre montre deux images d’un homme ultra-orthodoxe priant au Mur occidental, avec les mots « Jérusalem d’or », en référence à la capitale, écrits en hébreu et, à côté, les mots « Jérusalem de merde ».

Reeb, qui exposera maintenant ses œuvres dans plusieurs galeries ce week-end, dont la Gordon Gallery, a déclaré qu’il n’avait jamais anticipé un quelconque problème avec ses œuvres.

« J’ai été vraiment surpris, j’ai été pris de court par la façon dont le maire s’est comporté », a déclaré Reeb. « L’exposition n’avait rien à voir avec lui et c’était un comportement complètement illégitime de sa part. Les seuls à avoir agi correctement sont les artistes, dans la manière dont ils ont réagi à ses attaques contre le tableau et à son retrait. »

L’exposition, intitulée « L’institution », a ouvert ses portes le 23 décembre et présentait des œuvres de plus de 60 artistes israéliens rassemblées par la conservatrice en chef Svetlana Reingold, qui ont examiné de près le concept de critique institutionnelle dans l’art israélien.

L’œuvre de Zoya Cherkassky intitulée « Comme s’il n’y avait pas de lendemain » à la galerie Rosenfeld après avoir été retirée d’un musée de Ramat Gan à la suite de la manifestation de décembre 2021, suite à une querelle concernant une peinture controversée. (Autorisation de l’artiste et de la galerie Rosenfeld)

« L’institution » était l’exposition inaugurale du musée après une rénovation de plusieurs millions de dollars financée par la vente d’œuvres d’art de sa collection. Le directeur par intérim du musée est également le maire adjoint de Ramat Gan et siège au conseil d’administration du musée, a indiqué M. Reeb.

M. Milman était présent à l’inauguration du musée, célébrant le dévoilement du bâtiment rénové, destiné à se concentrer sur l’art contemporain. « Pendant cette nuit, quelque chose a mal tourné », a-t-il déclaré. « Quelqu’un a dit quelque chose au maire et il a saisi l’œuvre de David Reeb. »

https://graph.facebook.com/368992579826185/posts/4978824652176265/

Les autres artistes ont réagi en voilant leurs œuvres de noir, puis sont allés au tribunal pour régler l’affaire. Le président du tribunal a déclaré que l’affaire relevait du conseil d’administration du musée et a envoyé les deux parties en médiation, qui a finalement échoué.

À ce moment-là, les artistes ont quitté le musée, le conservateur a démissionné et le musée a fermé ses portes.

L’œuvre de l’artiste Yana Rotner sera exposée à la galerie Noga après avoir été retirée du musée de Ramat Gan en décembre 2021, suite à une querelle concernant une peinture controversée. (Autorisation : Noga Gallery)

Ce week-end, chacune des galeries participantes exposera au moins une œuvre d’art des 50 artistes qui ont retiré leurs œuvres du musée, a déclaré M. Milman.

Certaines galeries ont contacté des artistes qu’elles n’avaient jamais représentés auparavant, y compris des artistes qui n’avaient jamais été représentés par une galerie.

« Yana Rotner a maintenant son œuvre à la galerie Dvir et c’est sa première exposition en galerie », a déclaré Milman. « C’est le marché privé qui réagit à une situation politique. »

Quant à Reeb, il a réitéré son appréciation pour ses collègues artistes et les galeries participantes.

« La première chose, et la plus importante, a été la solidarité dont ont fait preuve les autres artistes et les institutions et galeries qui ont réalisé ce projet ce week-end », a-t-il déclaré. « C’est une importante démonstration de force et un vote de confiance dans la liberté artistique. J’espère que cela va évoluer. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...