Raphael Enthoven regrette l’annulation de la publication des écrits de Céline
Rechercher

Raphael Enthoven regrette l’annulation de la publication des écrits de Céline

"Je crois que la republication telle qu’elle est envisagée par Gallimard n’est pas dangereuse," explique le professeur de philosophie officiant sur Europe 1

Raphael Enthoven dans l'ex-matinale de Thomas Sotto (Crédit : Capture d'écran : Europe 1)
Raphael Enthoven dans l'ex-matinale de Thomas Sotto (Crédit : Capture d'écran : Europe 1)

A l’occasion d’un entretien accordé à l’hebdomadaire Actualité juive, suite à la sortie de son recueil de chroniques philosophiques sur Europe 1, Morales provisoires, Raphaël Enthoven revient sur le débat ayant accompagné l »annonce de la publication par Gallimard des pamphlets de Céline, pour laquelle il militait. Depuis la maison d’édition est revenue sur cette décision, et a reporté cette réédition accompagnée d’un important appareil critique à des jours plus propices.

Interrogé sur la pertinence de permettre un accès facilité à ses écrits racistes en ces temps de regain d’antisémitisme le professeur de philosophie réplique : « Y a-t-il eu un moment en Europe ou dans le monde, où l’antisémitisme a cessé ? Cet argument lié au contexte historique ne me semble pas recevable. Il y aura toujours une recrudescence opportune d’actes antisémites pour justifier la non-publication de ces textes ».

Il rappelle qu’une appréhension bien plus grande avait précédé la réédition de Mein Kampf : « De même, ceux qui invoquent leur ‘dangerosité’ pour les interdire, présentaient les mêmes arguments lors de la republication de Mein Kampf. Or la catastrophe qu’ils prédisaient n’a pas eu lieu. Je crois que la republication telle qu’elle est envisagée par Gallimard n’est pas dangereuse. En revanche, l’existence de ces textes disponibles au tout venant sur Internet et sans appareil critique, elle, est délétère. Le fait de déposer sur eux un voile pudique a seulement pour effet de les rendre croustillants aux yeux des profanes. C’est tout à fait contre-productif ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...