Rassemblement contre l’immunité de Netanyahu : une « blague » pour le Likud
Rechercher

Rassemblement contre l’immunité de Netanyahu : une « blague » pour le Likud

Le parti au pouvoir a dénoncé le discours d'un leader d'un parti arabe-israélien "soutien du terrorisme" et noté la présence d'Olmert, "ex-condamné"

Les Israéliens participent à une manifestation anti-corruption organisée par les partis d'opposition aux abords du musée de Tel Aviv, le 25 mai 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Les Israéliens participent à une manifestation anti-corruption organisée par les partis d'opposition aux abords du musée de Tel Aviv, le 25 mai 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le parti du Likud a qualifié samedi de « plaisanterie » un rassemblement à Tel Aviv au cours duquel des dizaines de milliers d’Israéliens ont protesté contre les initiatives qui pourraient être prises par la prochaine coalition pour accorder au Premier ministre Benjamin Netanyahu une immunité judiciaire et limiter de manière radicale les pouvoirs de la Cour suprême.

Cette manifestation a été marquée, entre autres, par des prises de parole des leaders de Kakhol lavan, Benny Gantz et Yair Lapid, et du dirigeant du parti arabe israélien Hadash-Taal, Ayman Odeh. L’ex-Premier ministre Ehud Olmert, qui a purgé une peine de prison pour corruption, était aussi présent.

Dans un bref communiqué transmis après le rassemblement, le Likud a visiblement opté pour la dérision, sans évoquer les milliers de citoyens venus manifester.

« Ce soir au rassemblement de gauche de Tel Aviv : Ayman Odeh, soutien du terrorisme, fait un discours avec la bénédiction de Lapid et de Gantz et Olmert, ex-condamné, manifeste ‘contre la corruption’ : quelle
plaisanterie ! », a dit le communiqué.

L’événement avait été initialement organisé par le plus grand parti d’opposition – Kakhol lavan – aux côtés du Meretz et des travaillistes. Les deux partis arabes israéliens — Hadash-Taal et Raam-Balad — ont annoncé samedi qu’ils y participeraient également, après la controverse suscitée par l’échec présumé de Kakhol lavan à inclure des non-Juifs parmi les intervenants à la tribune.

Ce mouvement de protestation massif est survenu alors que les députés du Likud et Netanyahu tenteraient de garantir l’immunité au Premier ministre dans de multiples affaires de corruption et de faire adopter une législation amoindrissant les pouvoirs de la Haute Cour de justice.

L’opposition espère exercer une pression publique sur les députés du Likud et les autres partis susceptibles d’entrer dans la coalition et qui, pensent-ils, pourraient rechigner à soutenir une telle législation.

Au cours de son discours, Gantz, qui devrait devenir le prochain leader de l’opposition dans la future Knesset, a accusé Netanyahu d’avoir trompé ses électeurs et d’avoir placé ses intérêts propres au-dessus de ceux du pays.

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz s’exprime lors d’une manifestation aux abords du musée de Tel Aviv contre les initiatives prises par le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’éviter les poursuites dans trois affaires criminelles, le 25 mai 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Benjamin Netanyahu », a interpelé Gantz, s’adressant directement au Premier ministre, « au cours de la campagne électorale, vous avez évoqué la sécurité de l’Etat d’Israël ».

« Aujourd’hui, vous vous focalisez principalement sur votre propre sécurité, sur vos propres libertés personnelles. Vous avez trompé votre électorat », a-t-il clamé.

Gantz a également affirmé que son parti et lui-même ne laisseraient pas Israël « devenir la propriété d’une famille royale ou d’un sultanat ».

Lapid a également livré un discours féroce, disant que l’opposition ne laisserait pas Netanyahu se comporter comme Recep Tayyip Erdogan en Turquie, qui gouverne le pays à un poste ou à un autre depuis 2003.

Pour sa part, Odeh a expliqué dans son discours que les efforts visant à sauvegarder la démocratie israélienne ne seront possibles que lorsque Juifs et Arabes travailleront ensemble.

Odeh a déclaré que « je suis ici aujourd’hui parce que je crois que le partenariat entre Juifs et Arabes est le seul moyen de promulguer l’espoir et le changement ».

Il a été le dernier dirigeant de parti à s’exprimer lors du rassemblement après Gantz, de Kakhol lavan, Avi Gabbay, du Parti travailliste, et Tamar Zandberg, pour le Meretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...