Rassemblement pour Rabin : son petit-fils est critiqué pour avoir parlé de politique
Rechercher

Rassemblement pour Rabin : son petit-fils est critiqué pour avoir parlé de politique

Le fils de l’ancien Premier ministre et les organisateurs ont déclaré qu’un appel pour un État palestinien était hors-sujet dans cet événement non-politique

Yonatan Ben-Artzi, petit-fils d'Yitzhak Rabin à un événement commémorant la mort de son grand-père (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Yonatan Ben-Artzi, petit-fils d'Yitzhak Rabin à un événement commémorant la mort de son grand-père (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Dimanche, le fils de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin a critiqué son neveu pour avoir incité à la reconnaissance d’un État palestinien samedi soir lors du rassemblement commémorant le 20e anniversaire de l’assassinat de Rabin.

Dimanche, les organisateurs ont également dénoncé les remarques de Yonatan Ben-Artzi, déclarant à la radio militaire que c’était une dérive grossière qui n’avait pas sa place dans ce rassemblement à but non-politique.

Environ 100 000 personnes ont assisté au rassemblement en mémoire de Rabin à Tel Aviv avec comme invités prestigieux l’ancien président des Etats-Unis Bill Clinton et le président israélien Reuven Rivlin.

Yuval Rabin a affirmé que le point de vue défendu par son neveu n’était en aucun cas représentatif de l’héritage de son père.

Ben-Artzi, le petit-fils de Rabin, a déclaré pendant le rassemblement qu’Israël devrait « immédiatement reconnaître un État palestinien sans pré-conditions » et ce, malgré les directives des organisateurs qui avaient exigé que les intervenants s’en tiennent à un discours apolitique.

« Ce n’est pas une affaire de droite ou de gauche. Il s’agit de notre futur. Si nous ne faisons pas changer les choses, nous ne pourrons plus exister en tant que démocratie. Nous serons contraints à l’inégalité et forcés de révoquer les droits de l’autre », a-t-il mis en garde.

En réponse à cela, Yuval Rabin a rétorqué que son neveu avait le droit de donner son avis mais que celui-ci ne représentait pas le point de vue politique de son père.

« Il a tout à fait le droit d’exprimer son opinion, c’est même très positif. Mais il n’y a rien dans sa déclaration qui n’ait de rapport avec mon père. Mon père était opposé à toute action unilatérale », a déclaré Rabin selon la Deuxième chaîne.

Les organisateurs Danny Hirschfeld (du mouvement du Bnei Akiva) et Roi Saeed (du mouvement HaNoar Ha’Oved) ont déclaré à la radio militaire qu’ils avaient fait confiance à Ben-Artzi pour respecter la volonté des organisateurs mais que celui-ci avait manqué à sa parole.

Hirschfeld a affirmé que les organisateurs avaient hésité à retransmettre pendant l’événement le discours du président des Etats-Unis Barack Obama sur écrans géants. Ils avaient finalement conclu que « quand le président du monde » veut s’exprimer lors d’un événement, on ne décline pas son offre », a-t-il précisé.

Dans le but d’emmener le rassemblement loin des sentiers politiques, les organisateurs ont demandé au président Shimon Peres de ne pas s’exprimer lors de l’événement. Peres a accepté cette requête et a été à la place un « invité d’honneur » au rassemblement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...