Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Référence à Eichmann : le gouvernement va « porter plainte » contre Mélenchon

Sylvie Retailleau a estimé que "les propos de Jean-Luc Mélenchon, qui ont traité de nazi le président (de l'université de Lille), c'est une injure publique"

Adolf Eichmann lors de son procès, à Jérusalem. (Crédit : Domaine public)
Adolf Eichmann lors de son procès, à Jérusalem. (Crédit : Domaine public)

La ministre de l’Enseignement supérieur Sylvie Retailleau a annoncé dimanche une plainte contre Jean-Luc Mélenchon pour « injure publique », après que le leader de LFI a dressé un parallèle entre le président de l’université de Lille et le nazi Adolf Eichmann.

L’ex-candidat à la présidentielle avait évoqué le criminel de guerre nazi le 18 avril lors d’un meeting à Lille, organisé en pleine rue après deux refus de salles du préfet et du président de l’université.

« ‘Moi je n’ai rien fait’ disait Eichmann. ‘Je n’ai fait qu’obéir à la loi telle qu’elle était dans mon pays’. Alors ils disent qu’ils obéissent à la loi et ils mettent en oeuvre des mesures immorales qui ne sont justifiées par rien ni personne », avait-il alors déclaré.

Interrogée sur BFMTV dimanche soir, Sylvie Retailleau a estimé que « les propos de Jean-Luc Mélenchon, qui ont traité de nazi le président (de l’université de Lille), c’est une injure publique ». « Mon ministère va porter plainte pour injure publique devant un agent public », a-t-elle annoncé.

Sylvie Retailleau, ministre française de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. (Crédit
: MEHDI FEDOUACH / AFP)

« La majorité des débats, des conférences sont tenus dans nos universités où les présidents sont là pour assurer la sécurité de tous », a-t-elle ajouté. « Pourquoi la conférence a été annulée à l’université de Lille, après l’avoir permise, parce qu’il y avait aussi des manifestations qui allaient se passer et que le président (de l’université, ndlr) a eu l’information qu’il y avait un risque à l’ordre public », selon elle.

Son ministère a précisé à l’AFP que « 19 conférences LFI se sont tenues depuis le début de l’année dans les établissements d’enseignement supérieur français sous tutelle du ministère » et que « trois ont été annulées pour risque de troubles à l’ordre public, trois ont été non autorisées pour les mêmes raisons ou pour non respect du cadre interne à l’université ».

Dans un entretien à L’Opinion dimanche, le président de l’université de Lille Régis Bordet a pour sa part affirmé que « le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le rectorat et la préfecture (les ont) contactés pour s’informer sur la situation. A aucun moment, il n’y a eu de leur part la moindre volonté d’influencer la décision », dit-il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.