Rencontre Iran-Hamas pour dénoncer les projets américains au Proche-Orient
Rechercher

Rencontre Iran-Hamas pour dénoncer les projets américains au Proche-Orient

Les deux parties sont convenues de la nécessité de lutter contre "les défis et dangers provoqués par l'insistance du gouvernement américain à vouloir imposer l'accord du siècle"

Le chef politique adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, après avoir signé un accord de réconciliation avec un haut responsable du Fatah, Azzam al-Ahmad, lors d'une brève cérémonie au centre égyptien du renseignement, le 12 octobre 2017 au Caire, Égypte. (AP/Nariman El-Mofty)
Le chef politique adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, après avoir signé un accord de réconciliation avec un haut responsable du Fatah, Azzam al-Ahmad, lors d'une brève cérémonie au centre égyptien du renseignement, le 12 octobre 2017 au Caire, Égypte. (AP/Nariman El-Mofty)

Téhéran et le Hamas ont réaffirmé leur opposition au plan de paix américain pour le Proche-Orient, lors d’une rencontre entre le ministre des Renseignements iranien Mahmoud Alavi et des responsables du groupe terroriste islamiste palestinien, a rapporté lundi l’agence officielle iranienne Irna.

La rencontre a eu lieu samedi à l’ambassade d’Iran à Beyrouth, a indiqué à l’AFP un responsable du Hamas au Liban.

Selon Irna, la délégation du Hamas comprenait Saleh al-Arouri, le numéro deux du mouvement, Ossama Hamdane, chargé des relations internationales, ainsi que Ahmed Abdouhadi, son représentant au Liban.

Durant la rencontre, les deux parties sont convenues de la nécessité de lutter contre « les défis et dangers provoqués par l’insistance du gouvernement américain à vouloir imposer l’accord du siècle », selon Irna.

Le plan américain pour résoudre le conflit israélo-palestinien se fait attendre depuis des mois et a été repoussé à plusieurs reprises. Il fait face à un grand scepticisme quant aux chances du président Donald Trump de parvenir à ce qu’il a appelé « l’accord (diplomatique) ultime ».

Le conseiller du président américain Donald Trump pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt, a déclaré dimanche que la présentation du plan américain pourrait avoir lieu en novembre après la formation d’un nouveau gouvernement israélien.

Les Palestiniens ont rejeté d’avance le plan, estimant qu’il ne pourra être qu’un cadeau fait par l’Amérique à Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...