Reprise des manifestations anti-Netanyahu : « Non à une cinquième élection »
Rechercher

Reprise des manifestations anti-Netanyahu : « Non à une cinquième élection »

Dans un contexte d'impasse politique, les manifestants réclament du "changement" aux chefs des partis

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à un carrefour situé aux abords de Tlalim, dans le sud d'Israël, le 10 avril 2021. (Autorisation : Drapeaux noirs)
Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à un carrefour situé aux abords de Tlalim, dans le sud d'Israël, le 10 avril 2021. (Autorisation : Drapeaux noirs)

Les manifestants réclamant le départ de son poste du Premier ministre Benjamin Netanyahu se sont rassemblés dans tout l’État juif, samedi soir, demandant aux politiciens de s’unir face au chef du Likud et de mettre en place un nouveau gouvernement pour éloigner la perspective d’un cinquième scrutin dans le pays.

Les principaux regroupements ont eu lieu aux abords de la résidence du Premier ministre à Jérusalem et à proximité de l’habitation privée de Netanyahu, qui se trouve dans la ville côtière de Césarée. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées sur ces deux sites, tandis que des regroupements plus modestes ont eu lieu sur les ponts des autoroutes et aux carrefours de tout le pays.

Le slogan adopté pour les manifestations de samedi a été « Oui au gouvernement du changement – Non au gouvernement des incitations à la violence », a fait savoir le groupe de protestation des Drapeaux noirs dans un communiqué.

« Après quatre élections qui ont meurtri la population israélienne, il n’y a qu’une seule issue évidente – la population a déterminé qu’elle voulait un gouvernement du changement », a noté le groupe.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’entrée de Beer sheva, le 10 avril 2021. (Autorisation : Drapeaux noirs)

Alors que les résultats du vote du mois de mars ne permettent pas de sortir de l’impasse politique qui a persisté au cours des trois scrutins organisés au cours des deux dernières années, il est impossible de savoir si le bloc pro-Netanyahu ou si le bloc désireux de renverser le Premier ministre seront en mesure de mettre en place une majorité.

« Nous appelons tous les chefs de parti qui ont promis le changement à la population d’Israël à faire tout ce qui sera en leur pouvoir pour présenter un gouvernement du changement – un cinquième vote n’est pas une option », ont poursuivi les Drapeaux noirs.

Un autre groupe à la tête du mouvement de protestation, Ein Matzav (« Pas moyen » en hébreu), qui avait démantelé son camp de manifestation dressé aux abords de la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem quelques jours avant le scrutin, a indiqué au quotidien Haaretz qu’il allait réinstaller rapidement ses chapiteaux.

Les manifestations qui ont eu lieu samedi à Jérusalem ont été majoritairement pacifiques et les protestataires ont défilé depuis la résidence du Premier ministre jusqu’à celle du président. Des images filmées montrent les forces de police tentant d’évacuer les participants aux abords de la résidence officielle du président.

Vendredi, 15 personnes ayant appelé le procureur-général Avichai Mandelblit à écarter Netanyahu de ses fonctions, qui s’étaient regroupées à quelques dizaines de mètres de l’habitation de Mandelblit, ont été arrêtées pour « troubles à l’ordre public » présumés à l’intérieur d’un quartier résidentiel, a fait savoir Haaretz.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, près de la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem le 20 mars 2021, trois jours avant les élections. (Yonatan Sindel / Flash90)

Cela fait des mois que les manifestants se rassemblent régulièrement pour dénoncer Netanyahu, réclamant son départ dans le contexte de son procès pour corruption, pour fraude et pour abus de confiance.

A l’apogée du mouvement, pendant l’été 2020, les regroupements avaient compté des dizaines de milliers de personnes qui étaient descendues dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem, et des milliers d’Israéliens de plus avaient pris d’assaut les ponts et les carrefours de tout le pays.

L’un des rassemblements les plus importants jamais enregistrés avait eu lieu le 20 mars, dans ce qui avait été le dernier mouvement de protestation organisé avant le plus récent scrutin à la Knesset. Les Israéliens avaient été des dizaines de milliers à se retrouver à Jérusalem en cette soirée de samedi.

Les manifestants mettent aussi en cause la gestion de la pandémie de coronavirus par le gouvernement.

Pour sa part, Netanyahu n’a cessé de clamer son innocence, affirmant que ses mises en examen résultent d’une initiative prise par ses adversaires politiques, par les médias, par la police et par le parquet visant à l’écarter du pouvoir.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...