Rivlin à Edelstein : ne laissez pas la crise « nuire au système démocratique »
Rechercher

Rivlin à Edelstein : ne laissez pas la crise « nuire au système démocratique »

Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz affirme que Kakhol lavan contestera la fermeture du Parlement à la Haute cour

Le président Reuven Rivlin (à gauche) et le président de la Knesset Yuli Edelstein à la Knesset lors d'une session plénière spéciale marquant le 50e anniversaire de l'édifice du Parlement, le 19 janvier 2016. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le président Reuven Rivlin (à gauche) et le président de la Knesset Yuli Edelstein à la Knesset lors d'une session plénière spéciale marquant le 50e anniversaire de l'édifice du Parlement, le 19 janvier 2016. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Lors d’une intervention extraordinaire, le président israélien a appelé mercredi le président de la Knesset et lui a demandé de rouvrir le Parlement suite à sa fermeture – une mesure qui a empêché toute forme de contrôle parlementaire du gouvernement concernant les mesures de grande envergure du gouvernement visant à lutter contre le virus.

Par sa démarche, le président a ainsi voulu s’assurer du bon fonctionnement de la démocratie israélienne durant l’épidémie et la crise politique que traverse le pays.

« Une Knesset qui n’est pas en activité nuit à la capacité de l’État d’Israël de fonctionner correctement et de manière responsable en cas d’urgence. Nous ne devons pas laisser cette crise, aussi grave soit-elle, nuire à notre système démocratique », a déclaré le président Reuven Rivlin à Yuli Edelstein par téléphone.

Rivlin a « imploré » Edelstein « d’assurer une activité parlementaire continue, même pendant la crise du coronavirus », a rapporté un communiqué du bureau du président.

« Nous devons tout faire pour faire face à la crise, en veillant à ne pas nuire gravement à notre système démocratique », a ajouté Rivlin.

Reuven Rivlin vote le 2 mars 2020 à Jérusalem. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Edelstein a annoncé plus tôt dans la journée qu’il fermait le Parlement – une annonce choc –, au moins jusqu’à la semaine prochaine, après que son parti du Likud et son rival, le parti Kakhol lavan, ne sont pas parvenus à un compromis sur la formation des comités de la Knesset.

Dans une déclaration rejetant les critiques au sujet de sa décision, Edelstein a déclaré que le « processus démocratique et le contrôle parlementaire » du pays ne seront rétablis que « lorsque nous y serons prêts », par inquiétude, a-t-il dit, au sujet de la crise sanitaire.

« J’ai passé un nombre non négligeable d’heures hier et aujourd’hui à essayer de parvenir à un accord entre les factions. J’ai proposé un compromis qui, selon moi, pourrait permettre d’accélérer les travaux de la Knesset, même à ce moment précis », a-t-il soutenu.

Edelstein, largement critiqué par ceux qui n’appartiennent pas au gouvernement intérimaire actuel dirigé par le Likud, a déclaré que la Knesset ne rouvrirait que lundi prochain au plus tôt, citant la nécessité de pourparlers d’unité entre le Likud et Kakhol lavan, et exprimant ses préoccupations concernant le coronavirus. Israël a interdit les rassemblements de plus de 10 personnes afin de tenter d’enrayer la propagation.

Outre la question de formation des comités, Kakhol lavan cherche à remplacer Edelstein à son poste de président du Parlement. Lundi, le législateur du Likud, qui occupe ce poste depuis 2013, a empêché la tenue d’un vote sur son remplaçant.

Par ailleurs, de nouveaux règlements à la Knesset empêcheront la plupart des employés d’entrer dans le bâtiment, à l’exception des députés et de certains assistants parlementaires. Un certain nombre de membres de la Knesset ont été mis en quarantaine après avoir été en contact avec un porteur confirmé de la maladie.

« Ce n’est pas non plus agréable pour moi de voir des membres de la Knesset qui ne peuvent pas venir en plénière, mais ce sont les directives. Sans aucun doute, tout le processus démocratique et parlementaire reprendra au moment où nous serons prêts. Je n’ai pas l’intention de faire traîner cela », a assuré Edelstein.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, lors d’un contrôle de température à l’extérieur de la Knesset, le 16 mars 2020. (Crédit : Bureau du porte-parole de la Knesset)

En réponse, le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz a déclaré mercredi que sa formation politique allait déposer une requête auprès de la Haute cour de Justice contre la décision prise par le président de la Knesset Yuli Edelstein de fermer le Parlement.

« Nous avons travaillé toute la journée par le biais de différents canaux de communication, notamment en rencontrant personnellement le député Edelstein, qui refuse de nous laisser nous réunir dans les couloirs de la démocratie pour travailler pour les citoyens et surtout, pour faire face au défi du coronavirus », a déclaré Gantz.

« À ce stade, nous n’avons plus d’autre choix que de nous tourner vers la Cour suprême », a-t-il ajouté.

Gantz s’est exprimé dans une circulaire adressée aux membres de Kakhol lavan, de la Liste arabe unie, d’Yisrael Beytenu et de l’Alliance travailliste-Meretz. Ce sont les partis qui l’ont recommandé comme Premier ministre et ensemble, ils représentent une majorité à la Knesset.

Dans la lettre, Gantz accuse Edelstein de travailler pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz tient une conférence de presse à Kfar Maccabiah, le 7 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Le nœud du désaccord entre le Likud et Kakhol lavan est lié à la taille du comité d’arrangements, Kakhol lavan souhaitant que le comité comprenne 17 membres, ce qui donnerait au bloc de 61 sièges dirigé par Kakhol lavan une majorité de 9 sièges – contre 8 pour l’opposition – au sein du comité. Le Likud, affirmant que les lignes directrices du ministère de la Santé ne permettent pas à plus de 10 personnes de se rassembler en même temps, souhaite que le comité soit limité à ce nombre, ce qui entraînerait un état de parité au sein du comité.

Le comité d’arrangements est le panel qui est censé soumettre à la Knesset la composition des différents comités permanents. Jusqu’à la création des comités permanents, le comité d’arrangements peut nommer des comités provisoires. En l’absence d’un comité d’arrangements, aucun comité provisoire ne peut être mis en place, ne permettant pas le moindre contrôle sur le travail du gouvernement.

Le député du Likud Avi Nissenkorn et le député de Kakhol lavan Zeev Elkin se sont rencontrés mercredi dans le cadre d’entretiens sur la composition du comité d’arrangements, mais ne sont pas parvenus à un accord.

Kakhol lavan a suggéré que le comité se réunisse dans un grand auditorium avec suffisamment de place pour tous ses membres afin de maintenir une distance de deux mètres les uns des autres – ce qui respecterait les directives du ministère de la Santé au sujet de la prévention de la propagation du coronavirus –, et a également suggéré que 10 membres pourraient être autorisés à se réunir dans la salle du comité, les autres y participant par vidéoconférence.

Le Likud et Edelstein ont été accusés d’avoir utilisé des détails de procédure afin d’entraver le contrôle parlementaire.

« Aujourd’hui, un drapeau noir plane sur la Knesset », a déclaré le député travailliste Itzik Shmuli. « À un moment où, plus que jamais, le peuple a besoin de ses représentants, la Knesset lui tourne le dos et ferme ses portes. Il s’agit d’une grave atteinte à la confiance de l’opinion, à un moment où le nombre de malades [du coronavirus] est sur le point d’augmenter et que l’économie menace de s’effondrer. Je suis convaincu que nous vaincrons le virus, mais je ne suis pas sûr que nous pourrons réparer cette tentative d’enterrement de la démocratie israélienne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...