Rivlin remercie Erdogan pour son aide contre les incendies
Rechercher

Rivlin remercie Erdogan pour son aide contre les incendies

Le président turc a souligné que les relations entre les deux états, récemment restaurées, se réchauffaient rapidement

Elie Leshem is a news editor at The Times of Israel. When he isn't in the newsroom, he translates books and plays jazz guitar.

Le président Reuven Rivlin avec les pilotes de lutte contre le feu à Nataf, près de Jérusalem, qui a été touché par un important incendie quelques jours auparavant. Le 27 novembre 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO via Flash 90)
Le président Reuven Rivlin avec les pilotes de lutte contre le feu à Nataf, près de Jérusalem, qui a été touché par un important incendie quelques jours auparavant. Le 27 novembre 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO via Flash 90)

Le président Reuven Rivlin a appelé dimanche son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, pour le remercier de l’aide d’Ankara dans la lutte contre les incendies qui ont ravagé Israël la semaine dernière.

Erdogan a répondu que, « dès que j’ai appris que le feu se propageait, j’ai demandé que nous envoyions nos hélicoptères et nos équipes pour aider, et j’espère et prie pour que la mission se termine de la meilleure manière possible. »

Selon une transcription de la conversation des deux présidents, le dirigeant turc a ajouté que les relations récemment restaurées entre les deux pays se réchauffent rapidement.

Il a également souligné qu’un nouvel ambassadeur turc serait bientôt en poste à Tel Aviv.

« La normalisation des relations entre la Turquie et Israël est de la plus haute importance pour toute la région, a déclaré Erdogan. Je sais que nous pouvons continuer à travailler ensemble dans le domaine du gaz naturel, et que les conversations entre nos ministres de l’Energie porteront leurs fruits. »

Le président turc s’est également opposé à un projet de loi actuellement examiné à la Knesset, qui assourdirait les appels à la prière musulmane dans les mosquées du pays.

Rivlin a répondu que le sujet serait « examiné avec sensibilité, comme tout sujet de liberté d’expression et de culte devrait l’être. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...