Rivlin s’excuse d’avoir proposé de changer le statu quo religieux
Rechercher

Rivlin s’excuse d’avoir proposé de changer le statu quo religieux

En suggérant que les questions d’ordre religieux soient confiées aux mairies, le président a déclenché la fureur des ultra-orthodoxes

Reuven Rivlin (Crédit : Flash 90)
Reuven Rivlin (Crédit : Flash 90)

Le président Reuven Rivlin a présenté ses excuses aux juifs ultra-orthodoxes jeudi, après avoir proposé de confier la gestion des questions religieuses aux conseils municipaux, plutôt que de les gérer à l’échelle nationale.

Cette suggestion avait déplu aux dirigeants Haredi, et avait valu au président une pluie de critiques.

Mercredi, le président avait suggéré que les questions d’ordre religieux, telles que le Shabbat, les restrictions alimentaires de la casheroute, et la mixité, soit gérée en fonction des populations locales.

« La casheroute, le ‘hametz (pain levé interdit à la consommation durant la Pâque juive), le Shabbat et la mixité pourraient gérées à l’échelle municipale, et même en fonction de quartiers spécifiques, et non pas à l’échelle nationale », avait proposé Rivlin.

Le président était d’avis que « lorsque l’on évoque la société israélienne sur le Shabbat comme un sujet d’envergure nationale, nous sommes entraînés dans un match nul entre « l’État de Tel-Aviv » et « l’État de Bnei Brak ».

Cet appel au changement du statu quo sur les questions de religion a agacé certains membres des communautés ultra-orthodoxes, dont le chef du parti Shas, Aryeh Deri, qui a qualifié ces propos de « sérieux », et qui, selon lui, « ne contribuent pas à un discours fédérateur ».

Rivlin s’est excusé jeudi, en expliquant qu’il cherchait à « exprimer ses inquiétudes sur la difficulté des controverses sur les sujets de religion et d’État, et avait l’intention de faire la paix » entre les communautés juives israéliennes.

Illustration : un homme ultra-orthodoxe crie dans les rues de Mea Shearim, alors que la police disperse les manifestants au moyen de canons à eau. Cette manifestation, en août 1996, demandait la fermeture d'axes de circulation pendant Shabbat. (Crédit : Nati Shohat Flash90)
Illustration : un homme ultra-orthodoxe crie dans les rues de Mea Shearim, alors que la police disperse les manifestants au moyen de canons à eau. Cette manifestation, en août 1996, demandait la fermeture d’axes de circulation pendant Shabbat. (Crédit : Nati Shohat Flash90)

« À mon grand regret, les tensions ont été exacerbées. J’en suis désolé et je m’en excuse », dit-il.

Le président a également souligné qu’il est en faveur du statu quo actuel.

« Je l’ai déjà dit dans le passé, et je le répéterais : Le statu quo garde les juifs plus que les juifs ne gardent le statu quo », affirme Rivlin, paraphrasant un adage talmudique sur le Shabbat.

« Je pense qu’on ne peut porter atteinte au statu quo à l’échelle nationale…et certainement pas au sujet de quelque chose d’aussi important que le Shabbat, qui fait d’Israël l’État juif. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...