Rechercher

Ronen Bar: l’incitation à la haine sur les réseaux « est un nouveau champ de bataille »

Selon le chef du Shin Bet, l'agence doit préserver la démocratie et ne pas nuire à la liberté d'expression tout en contrant les algorithmes qui se font l'écho de contenus incitatifs

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef du Shin Bet Ronen Bar lors de la conférence annuelle de l'Institut de politique antiterroriste (ICT) à l'Université Reichman de Herzliya, le 11 septembre 2022. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Le chef du Shin Bet Ronen Bar lors de la conférence annuelle de l'Institut de politique antiterroriste (ICT) à l'Université Reichman de Herzliya, le 11 septembre 2022. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, a déclaré dimanche que l’incitation à la haine sur les réseaux sociaux constitue un défi majeur pour l’agence de sécurité intérieure car il est difficile d’empêcher les algorithmes de se faire l’écho de contenus incitatifs qui atteignent des jeunes facilement influençables.

« C’est un nouveau champ de bataille pour les agences de sécurité. Il fait entrer davantage de personnes dans le terrorisme et remet en question les outils dont nous disposons pour lutter contre le terrorisme. Les groupes terroristes l’ont identifié, et ils savent comment provoquer des attaques copiées, et influencer les autres », a déclaré Bar lors d’une conférence à l’université Reichman d’Herzliya.

Selon Bar, la lutte contre l’incitation à la haine en ligne est particulièrement difficile, car l’agence doit préserver la démocratie israélienne et ne pas nuire à la liberté d’expression.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...