Israël en guerre - Jour 201

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Rony Levy, 80 ans : Un arrière-grand-père qui n’a jamais cessé de faire du vélo

Assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas dans sa maison du kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023

Rony Levy, assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas dans sa maison du kibboutz Beeri le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Rony Levy, assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas dans sa maison du kibboutz Beeri le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Rony Levy, 80 ans, a été assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas dans sa maison du kibboutz Beeri le 7 octobre.

Rony et son épouse Noa se sont cachés dans leur mamad – la pièce sécurisée –  après le début des tirs de roquettes, réalisant rapidement que les terroristes avaient envahi le kibboutz. Selon Maariv, deux terroristes ont fait irruption dans leur maison, et Rony a réussi à abattre l’un d’eux, mais l’autre a tué Rony et blessé Noa, qui a saigné à côté du corps de son mari pendant huit heures avant d’être secourue.

Il a été enterré le 22 octobre au kibboutz Revivim, dans une tombe provisoire.

Rony laisse dans le deuil Noa, leurs enfants Yuval et Eldad, et leurs enfants adoptifs Einat et Yaron, ainsi que de nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants. Quelques jours seulement après sa mort, une nouvelle arrière-petite-fille, prénommée Rony, est née.

Ses amis et sa famille ont déclaré qu’il était un père de famille dévoué qui restait très actif, notamment en faisant régulièrement du vélo, et qu’il faisait partie intégrante du paysage du kibboutz.

Selon l’éloge funèbre d’un kibboutz, Rony est né en Algérie, a déménagé en France et est arrivé en Israël à l’âge de 12 ans. Il s’est d’abord installé au kibboutz Reïm, puis à Beeri dans son enfance pour fréquenter l’école de ce kibboutz. C’est à Beeri qu’il a rencontré Noa, à l’âge de 17 ans, alors qu’elle fréquentait l’école d’agriculture. Ils se sont mariés à 21 ans et se sont installés à Beeri, où il est devenu l’électricien du kibboutz.

Au fil des ans, le couple a travaillé à deux reprises comme émissaires dans le sud de la France. Plus tard, Rony a étudié le design et l’architecture et a travaillé pour l’imprimerie de Beeri pendant de nombreuses années. Lorsque ses amis proches ont été tués dans un accident de voiture, le couple a adopté leurs deux enfants, Einat et Yaron.

La star de la téléréalité Einav Booblil, a décrit son oncle, Rony comme « l’un des fondateurs du kibboutz Beeri, le sel de la Terre, qui a participé à toutes les guerres d’Israël avec bravoure, un homme comme les autres ».

Son petit-fils, Erick Lopez, a décrit dans le West Australian sa visite du kibboutz quelques semaines auparavant pour célébrer le 80e anniversaire de Rony, qui était « en pleine forme et continuait sa tradition de parcourir le même nombre de kilomètres que son âge ».

« Rony est mort en héros, armé d’un pistolet ; son héroïsme est la seule raison pour laquelle sa femme est encore en vie pour raconter l’histoire », a écrit Lopez.

« Le pistolet utilisé a une grande signification historique. Le père de Noa a combattu les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et a confisqué ce pistolet nazi pendant le combat. Il a gardé le pistolet comme souvenir avant de le donner, avant sa mort, à son gendre, Rony. Il était loin de se douter que cette arme gravée par les nazis sauverait sa fille de la mort tant d’années plus tard. »

Un éloge funèbre lu lors de ses funérailles au nom de Yuval, qui était trop ému pour parler lui-même, a rendu hommage à « un père d’une famille nombreuse et aimante, un père qui faisait tout pour tout le monde et qui savait répondre à presque toutes les questions quelque soit le sujet. Un père qui répondait présent en quelques minutes à chaque appel, qui pouvait percer un trou dans le mur et y accrocher une étagère correctement (…) Cela prendra du temps, mais nous nous relèverons de cette épreuve comme des lions. Nous nous reconstruirons à nouveau et nous prendrons soin de maman ».

Le kibboutz a noté que Rony avait écrit dans le livre marquant les 60 ans de la création de Beeri, en 2006 : « Lorsque je repense à ma vie, je suis reconnaissant à mes deux frères qui ont ouvert la voie vers Israël et le kibboutz, et à mes parents qui ont eu le courage de faire l’alyah sur leurs traces. Il m’est difficile d’imaginer que j’aurais pu m’épanouir dans un autre endroit et y exercer autant d’activités. La phrase qui illustre ma vie est ‘veni, vidi, vici’ – je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. Je vise toujours haut et j’ai le sentiment d’avoir atteint ce que je voulais. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.