Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Rouen: un homme armé tentant de mettre le feu à une synagogue tué par la police

Les policiers sont "intervenus sur un signalement de dégagement de fumée près de la synagogue" ; L'homme était visé par une obligation de quitter le territoire, "non exécutable"

La synagogue de Rouen, en 2011. (Crédit : Giogo / CC BY-SA 3.0)
La synagogue de Rouen, en 2011. (Crédit : Giogo / CC BY-SA 3.0)

Des policiers ont abattu vendredi matin un homme armé notamment d’un couteau qui tentait de mettre le feu à une synagogue et les menaçait à Rouen, dans le nord-ouest de la France, a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Vers 6h45 locales (04H45 GMT), les policiers sont « intervenus sur un signalement de dégagement de fumée près de la synagogue », située dans le centre historique de cette ville de Normandie, a détaillé une source policière à l’AFP.

« Un individu a mis le feu à la synagogue de Rouen. Il aurait pris à partie les policiers et les pompiers », a pour sa part indiqué à l’AFP le procureur de Rouen, Frédéric Teillet. « Ensuite, il aurait menacé un policier d’un couteau et ce dernier a fait usage de son arme et l’individu est décédé », a précisé le procureur.

Selon la version policière, la police nationale a vu sur les lieux « un individu debout sur le mur d’enceinte de la synagogue, porteur d’une barre de fer et d’un couteau de 25 centimètres. Il brandit le couteau et se dirige vers les policiers qui tirent ».

Une première enquête a été ouverte pour « incendie volontaire » visant un lieu de culte et « violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique », a fait savoir le parquet.

Un autre enquête a été ouverte sur les circonstances du décès de l’individu armé.

L’homme était visé par une obligation de quitter le territoire (OQTF), « non exécutable », a indiqué une source proche du dossier.

L’homme était sous le coup de cette mesure depuis « moins d’un an », mais elle n’a pas pu être exécutée car l’homme « avait engagé un recours devant les juridictions administratives », a précisé cette source.

« A Rouen, les policiers nationaux ont neutralisé tôt ce matin un individu armé souhaitant manifestement mettre le feu à la synagogue de la ville. Je les félicite pour leur réactivité et leur courage », a écrit M. Darmanin sur X.

L’homme abattu par les forces de l’ordre n’avait pas de pièce d’identité sur lui et n’a pas été identifié à ce stade, a-t-on précisé de source policière.

Une riveraine, Elias Morisse, qui habite en face de la synagogue, dit « avoir entendu aux alentours de 6H50 (4H50 GMT) des coups de feu, des détonations. Au moment de partir, je décide d’ouvrir les volets de mon appartement, et effectivement j’ai vu de la fumée sortir de la synagogue, la police, les pompiers et vraiment à droite dans la rue un corps, celui de l’assaillant qui a été abattu à ce moment-là ».

« Choc absolu »

« C’est l’effroi, c’est le choc absolu », a réagi le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, arrivé sur place.

Interrogé par les médias sur les éventuels dégâts, le rabbin Chmouel Lubecki dit espérer « que les rouleaux de la Torah n’ont pas été touchés. C’est le plus important qu’il y ait dans la synagogue ».

https://x.com/JeremBenhaim/status/1791412337984893059

« La communauté est bouleversée. On est une petite communauté et malheureusement, ça peut nous arriver aussi », a-t-il ajouté faisant référence à la montée des actes antisémites. Il a précisé que près de 150 à 200 familles composent la communauté juive de la ville.

Sollicité par l’AFP, le Parquet national antiterroriste indique être en train d’évaluer s’il se saisit du dossier.

« Tenter de brûler une synagogue, c’est vouloir intimider tous les Juifs. Une nouvelle fois, on veut faire peser un climat de terreur sur les Juifs de notre pays. Combattre l’antisémitisme, c’est défendre la République », a affirmé sur X le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Yonathan Arfi.

https://x.com/HaimKorsia/status/1791359057413988591

Gérald Darmanin avait demandé le 14 avril dernier aux préfets de renforcer la sécurité devant les lieux de culte juifs ainsi que devant les écoles confessionnelles, au lendemain de l’attaque menée par l’Iran contre Israël.

Les opérations militaires lancées par l’Etat hébreu contre la bande de Gaza, en représailles à l’attaque des combattants du Hamas contre Israël le 7 octobre dernier ont provoqué une forte hausse des actes d’antisémitisme en France.

Début mai, le Premier ministre Gabriel Attal avait annoncé que « 366 faits antisémites » avaient été enregistrés au premier trimestre 2024, soit « une hausse de 300% par rapport aux trois premiers mois de l’année 2023 ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.