Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Royaume-Uni : Rishi Sunak rappelle David Cameron au gouvernement

Le remaniement semblait inéluctable après les propos de Suella Braverman à l'encontre la police. Mais personne n'avait vu venir le retour de l'ancien Premier ministre

David Cameron (Crédit : Flash90)
David Cameron (Crédit : Flash90)

A la recherche d’un nouveau souffle à quelques mois des élections, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a créé la surprise lundi en rappelant au gouvernement son prédécesseur David Cameron, l’homme du référendum du Brexit, comme chef de la diplomatie.

Attendu depuis des mois, un changement du gouvernement conservateur semblait inéluctable pour renvoyer la très à droite ministre de l’Intérieur Suella Braverman, dont les critiques formulées à l’encontre de la police la semaine dernière ont constitué la provocation de trop.

Mais personne n’avait vu venir le retour au premier plan, à 57 ans, de David Cameron, qui avait convoqué le référendum du Brexit et milité pour le maintien dans l’Union européenne, son échec plongeant son parti et le Royaume-Uni dans plusieurs années de déchirements.

Sur X (ex-Twitter), celui qui a été Premier ministre de 2010 à 2016 a dit vouloir mettre son expérience au service des « défis vitaux » du moment, citant « la guerre en Ukraine et la crise au Moyen-Orient ».

« Même si j’ai pu être en désaccord avec certaines décisions en particulier, il est clair pour moi que Rishi Sunak est un Premier ministre fort et compétent, qui fait preuve d’un leadership exemplaire à un moment difficile », a-t-il assuré.

La ministre britannique de l’Intérieur Suella Braverman prend la parole lors du dîner annuel de collecte de fonds du Community Security Trust à Londres, au Royaume-Uni, le 29 mars 2023. (Crédit : CST

Autorité

Arrivé à Downing Street depuis un peu plus d’un an, après les scandales de l’ère Boris Johnson puis l’éphémère Liz Truss, Rishi Sunak, un ex-banquier d’affaires de 43 ans, avait bien besoin d’un coup pour se relancer. Les législatives prévues l’année prochaine – ou au plus tard en janvier 2025 – approchent et son parti, au pouvoir depuis près de 14 ans, est très largement distancé dans les sondages par les travaillistes.

Les événements se sont précipités la semaine dernière lorsque Suella Braverman, connue pour ses déclarations outrancières, a critiqué la police de Londres dans une tribune au Times, lui reprochant d’autoriser la marche pro-palestinienne qui s’est tenue samedi et l’accusant de partialité.

L’article n’avait pas reçu le feu vert de Downing Street, contrairement aux règles habituelles.

Outre un coup porté à l’autorité de Rishi Sunak, ces propos ont été considérés comme une atteinte à l’indépendance opérationnelle de la police.

Ces déclarations controversées s’ajoutaient à une série de polémiques ces derniers mois : elle a qualifié les arrivées de réfugiés d' »invasion » et a averti d’un « ouragan » migratoire, et avait plus récemment estimé que certains sans-abri dormaient dans des tentes conformément à un « mode de vie choisi ».

« Désespéré »

Elle est remplacée au Home Office par le chef de la diplomatie James Cleverly, qui lui-même cède sa place à David Cameron.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, arrivant à Downing Street, à Londres, le 17 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Alastair Grant)

Il s’agit d’un poste crucial alors que le gouvernement de Rishi Sunak a érigé en priorité la lutte contre les arrivées de migrants par la Manche sur des embarcations de fortune.

James Cleverly devra assumer une politique controversée et très restrictive sur le droit d’asile ainsi que le projet britannique critiqué par l’ONU de renvoyer les migrants illégaux, peu importe d’où ils viennent, vers le Rwanda.

Contestée devant la justice, cette mesure va connaître un test clé mercredi lorsque la Cour suprême se prononcera sur sa validité.

Le renvoi de Suella Braverman, figure de l’aile droite de la majorité aux ambitions politiques affichées, risque de renforcer les divisions internes au sein du parti conservateur. Certains députés la soutenant avaient menacé de démissionner si cette adepte des « guerres culturelles » quittait le gouvernement.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak quittant le 10 Downing Street pour assister à la session hebdomadaire des questions des Premiers ministres, au Parlement de Londres, le 25 octobre 2023. (Crédit : Frank Augstein/AP Photo)

Avec David Cameron, Rishi Sunak « veut quelqu’un avec une certaine influence sur la scène internationale mais c’est certainement aussi une distraction du renvoi de Braverman », relève Tim Bale, politologue à la Queen Mary University de Londres.

Cet expert, interrogé par l’AFP, se dit « très sceptique » quant au succès de la manœuvre : « Cela semble désespéré. »

Les Tories restent plombés par une économie qui stagne, la plus haute inflation des pays riches du G7 et la crise profonde du système public de santé. Un sondage publié ce week-end par l’institut Survation laisse présager que l’opposition remportera une majorité encore plus forte que celle de Tony Blair en 1997.

Le Labour, recentré sous son leader Keir Starmer, n’échappe cependant pas aux divisions. Plusieurs élus ont démissionné, jugeant sa position trop pro-israélienne, dont un député qui a claqué la porte de l’équipe dirigeante.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.