Rue des Rosiers: la Norvège autorise l’extradition d’un suspect vers la France
Rechercher

Rue des Rosiers: la Norvège autorise l’extradition d’un suspect vers la France

Prise en conseil des ministres, la décision n'est pas susceptible d'appel et devra être exécutée sous dix jours

Des pompiers et des infirmières s'occupent d'un blessé derrière le comptoir d'un restaurant juif Jo Goldenberg, situé dans la rue des Rosiers à Paris, après l'attaque terroriste perpétrée par des hommes armés dans le restaurant, le 9 août 1982. L'attaque a fait six morts et de nombreux blessés. (AP Photo/ Aulnay)
Des pompiers et des infirmières s'occupent d'un blessé derrière le comptoir d'un restaurant juif Jo Goldenberg, situé dans la rue des Rosiers à Paris, après l'attaque terroriste perpétrée par des hommes armés dans le restaurant, le 9 août 1982. L'attaque a fait six morts et de nombreux blessés. (AP Photo/ Aulnay)

Le gouvernement norvégien a donné son feu vert vendredi à l’extradition d’un des auteurs présumés de l’attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982, a-t-on appris auprès des services de renseignement norvégiens (PST).

Prise en conseil des ministres, la décision n’est pas susceptible d’appel et devra être exécutée sous dix jours, a indiqué à l’AFP une porte-parole du PST.

Walid Abdulrahman Abou Zayed, aussi connu sous le nom d’Osman en Norvège, est recherché par la justice française pour sa participation présumée à l’attaque qui avait fait six morts et 22 blessés dans le quartier juif historique de la capitale française.

Palestinien naturalisé norvégien en 1997, le suspect s’opposait à son extradition vers la France. Validée par tous les échelons judiciaires du pays nordique, celle-ci devait encore recevoir le feu vert du gouvernement norvégien.

« La plainte d’Osman a été examinée en Conseil des ministres réuni devant le Roi. Elle a été rejetée », a déclaré à l’AFP Annett Aamodt, porte-parole du PST.

« Le ministère de la Justice a ordonné que l’extradition soit mise en oeuvre dans le cadre d’un accord entre les police norvégienne et française et la décision doit être exécutée dans les dix jours », a-t-elle ajouté.

Le 9 août 1982, un commando de trois à cinq hommes avait lancé une grenade dans le restaurant Jo Goldenberg dans le « Pletzl », quartier juif historique de Paris, puis ouvert le feu dans l’établissement et contre des passants.

L’opération avait rapidement été attribuée au Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d’Abou Nidal, groupe palestinien dissident de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...