Rue des Rosiers : « Un scandale d’Etat, » selon le député Meyer Habib
Rechercher

Rue des Rosiers : « Un scandale d’Etat, » selon le député Meyer Habib

Yves Bonnet, patron de la DST en 1982 a avoué avoir négocié directement avec Abou Nidal, responsable de l'attentat de la rue des Rosiers pour qu'il n'attaque plus la France

Le député français Meyer Habib à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2014. (Crédit : capture d'écran)
Le député français Meyer Habib à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2014. (Crédit : capture d'écran)

Les négociations initiées par la France avec le groupe terroriste palestinien Abou Nidal, responsable des attentats de la rue des Rosiers sont un « scandale d’Etat » pour le député français juif Meyer Habib, représentant les Français de l’étranger de la 8e circonscription, dont Israël.

« Les ordres auraient émané directement du sommet de l’Etat, actant au plus haut niveau cette compromission avec le groupe terroriste. Nous sommes bien face à un scandale d’Etat, écrivait-il sur son compte Facebook, le 19 novembre dernier. Ceci explique peut-être cela : plus de 36 ans après les faits, les terroristes coulent toujours des jours heureux ! ».

En 1982, la France a donné carte blanche au groupe terroriste palestinien Abou Nidal qui venait de commettre l’attentat dans la rue des Rosiers pour qu’il évolue librement sur son territoire contre l’assurance qu’il ne frapperait plus le pays.

C’est ce que dévoile le documentaire-choc de Patrick Rotman et Vincent Nouzille intitulé Histoire secrète de l’anti-terrorisme diffusé sur France 2 le 13 novembre et disponible sur le site en rediffusion.

« Le 1er juin dernier, j’étais reçu à l’Elysée avec le journaliste Yohann Taïeb, porte-parole de familles de victimes, par la cellule diplomatique, ajoute Meyer Habib. Le 17 juillet dernier encore, j’interrogeais en Commission des Affaires étrangères le Ministre Jean-Yves Le Drian sur ce scandale. Jusqu’à présent, il y a eu des paroles mais très peu d’actes et le scandale persiste ».

Plus récemment, Pierre Martinet, ex-agent de la Direction générale des renseignements extérieurs (DGSE), aujourd’hui directeur de la société Wincorp Security Defense expliquait sur I24 comment en 2000 les services secrets français ont formé des membres des services de sécurité palestinien et leur ont « livré du matériel sensible via la valise diplomatique ».

Il affirme que, de manière générale, des compétences apprises à certains groupes ont pu « se retourner contre nous par la suite ». Il évoque également cette culture de la « diplomatie souterraine » qui conduit, parallèlement à la lutte anti-terroriste classique à certaines compromissions afin d’éviter « qu’il y ait des morts sur notre territoire ».

En 2011, le général Philippe Rondot avait déjà évoqué ce sombre aspect de l’anti-terrorisme français. Il avait fait partie des membres de la direction de surveillance du territoire (DST) à négocier avec Abou Nidal – mais c’est la première fois que le directeur de la DST de l’époque, Yves Bonnet, nommé par le président de l’époque François Mitterrand, en charge de cette négociation dévoile officiellement cette opération.

Nous sommes en 1982 au lendemain de l’attentat de la rue des Rosiers qui a visé le restaurant de Jo Goldenberg et qui a fait 6 morts et 22 blessés. L’appareil judiciaire et policier français épargné jusqu’alors par ce genre d’attaques terroristes n’est pas encore prêt à affronter ce genre de menaces d’un genre nouveau.

Les secours et la police rue des Rosiers, à Paris, après un attentat qui a fait six morts et 22 blessés, le 9 août 1982. (Crédit : Jacques Demarthon/AFP)

« La France ne pouvait pas s’imaginer alors être attaquée par un autre Etat sur son propre territoire, » explique le journaliste Vincent Nouzille. Devant cette menace, le président français François Mitterrand choisit la voie de la « négociation ».

Suite à l’attentat, la police suit dans un premier temps la piste du groupe dit des Irlandais de Vincennes, puis celle d’un groupuscule néo-nazi, puis ses soupçons la portent sur le groupe terroriste palestinien.

« Nous avons pu établir à peu près d’une façon certaine qu’il s’agissait du groupe Abou Nidal, explique Jean-Louis Bruguières, juge anti-terroriste chargé de l’affaire de la rue des Rosiers dans le documentaire. L’arme retrouvée – un fusil mitrailleur WZ 63 – à proximité de la scène du crime était la même que celle utilisée dans d’autres affaires similaires dans des pays voisins qui étaient imputées au groupe Abou Nidal, » se souvient-il. Mais si le commanditaire est bien identifié, les exécutants eux jouiront – et pour certains jouissent – encore d’une certaine impunité. C’est en 2015 seulement, soit 33 ans après les faits que la France, via le juge Marc Trévidic émettra des mandats d’arrêt contre trois membres de l’organisation.

Sabri Khalil al banna dit Abou Nidal, mort le 16 août 2002 à Bagdad, est le fondateur du Fatah-Conseil révolutionnaire, un mouvement terroriste palestinien dissident du Fatah de Yasser Arafat. Il est responsable de plusieurs attaques meurtrières dans les années 1970-1980 qui ont tué plus de 300 personnes.

Abou Nidal est à la tête d’un groupe de terroristes palestiniens, mais c’est « avant tout un mercenaire au service de la Syrie [pays alors dirigé par Hafez al-Assad] qui ne supporte la présence française au Liban, » racontent les journalistes. Il décide alors de lui faire payer.

A cette époque, la lutte contre le terrorisme est encore balbutiante, chaque service travaille dans son coin. Et la DST le fera sans aucune coordination avec l’enquête judiciaire du juge Bruguières.

Vincent Nouzille@vincentnouzille

Alain Marsaud (ancien magistrat antiterroriste) parle des « années de plomb » des attentats de 82-86 et raconte comment la police lui mentait (!!!), ce soir sur @France2tv

Nommé par François Mitterrand, le préfet Yves Bonnet prend la direction de la DST fin 1982 soit quelques semaines après le drame. Il adapte le service et crée la première division antiterroriste de la DST. Il en donne la direction à Jean-François Clair, ce dernier confiant à Louis Caprioli les « affaires moyen-orientales » incluant le cas du groupe Abou Nidal.

La DST, tout comme le juge Bruguières remonte rapidement jusqu’à Abou Nidal. Mais au lieu de le traquer, ils prennent contact avec lui à Vienne et Alger.

Souriant, énigmatique, Yves Bonnet raconte face caméra et pour la première fois ce que fut l’attitude officielle de la France : « Nous sommes rentrés en relation avec l’organisation Abou Nidal. A partir de ce moment-là nous avons passé une sorte de marché non-écrit qui voulait que les gens d’Abou Nidal ne commettraient plus d’attentats en France, et en revanche je leur garantissais qu’ils pourraient venir en France ».

Le général Philippe Rondot a raconté à Giacomo Battiato un scénariste italien les détails de cette histoire, qui sont venus alimenter la trame du film L’Infiltré avec Jacques Gamblin.

Ainsi « par l’intermédiaire d’un officier français des renseignements, un accord est conclu avec le terroriste aux termes duquel il s’engage à ne pas frapper la France ni ses intérêts. En retour, poursuit La Dépêche, la France libère des terroristes prisonniers et accueille à ses frais des étudiants dans ses universités »

Le juge Jean-Louis Bruguières (Crédit: Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons)

Confrontés à cette déclaration par les journalistes, Jean-Louis Bruguières, à l’instar des anciens subordonnés de Bonnet apparaissent un peu abasourdis par l’audace de leur ancien collègue et supérieur.

En rigolant, Caprioli répond : « eh bien, le préfet Bonnet vous en a parlé, moins je ne vous le dirai pas ». Et Jean-François Clair : « il s’est exprimé, il a dit ce qu’il a envie de dire. C’était le patron, je n’ai rien à dire sur le sujet ».

Pourtant sur le même ton badin l’ancien préfet Bonnet affirme : « Disons que Clair était très au courant ».

Louis Caprioli dément en revanche que ces négociations aient pu être à l’initiative seule de Yves Bonnet : « toutes les décisions qui sont prises dans la lutte anti-terroriste sont des décisions politiques, raconte-t-il au début du reportage. Les services ne s’engagent pas dans une opération s’ils n’ont pas le feu vert des autorités. Donc dans ces opérations, puisque le préfet Bonnet vous en a parlé, le président de la République était informé, tout cela était une décision politique ».

Grâce à ces marchandages secrets, le groupe Abou Nidal ne frappera plus la France. Mais le 27 décembre 1985, le groupe terroriste revendique les attentats perpétrés dans les aéroports de Rome et de Vienne dans lesquels des ressortissants israéliens sont visés. A l’aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino quatre hommes armés ouvrent le feu sur le comptoir de la compagnie d’El Al, tuant 16 personnes et en blessant 99 autres. Quelques minutes plus tard, à l’aéroport de Vienne-Schwechat, trois hommes lancent des grenades sur les passagers d’un vol pour Tel Aviv, tuant 4 personnes et en blessant 39 autres.

En 2017, à la veille du 35e anniversaire de l’attentat, des associations ont demandé aux autorités françaises de se mobiliser pour obtenir l’extradition des suspects de l’attentat de la rue des Rosiers.

En 2015, le juge anti-terroriste Marc Trévidic avait délivré quatre mandats d’arrêts contre l’organisateur présumé de l’attentat et trois membres possibles du commando qui avait mené cet assaut.

« Ces demandes n’ont pas été satisfaites. 35 ans après les faits, les victimes restent donc dans l’attente d’un procès », regrettaient dans un communiqué le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...