Rechercher

Salman Zarka : Israël pourrait enregistrer jusqu’à 20 000 cas de COVID par jour

Le responsable de la lutte contre le virus a rappelé l’importance des masques en intérieur et indiqué que la souche BA.5 prenait rapidement le pas sur Omicron

Le responsable de la lutte contre le coronavirus Salman Zarka lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le responsable de la lutte contre le coronavirus Salman Zarka lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

On estime de 15 000 à 20 000 le nombre de nouveaux cas de COVID-19 chaque jour en Israël, a déclaré mercredi le responsable chargé de superviser l’action du gouvernement en la matière. Des experts de la santé envisagent même de rétablir le port du masque en intérieur afin d’endiguer la nouvelle vague épidémique.

La moyenne des infections quotidiennes confirmées est passée de 2 400 par jour, le lundi 6 juin, à 7 661 le mardi 14 juin.

Devant la commission de la santé de la Knesset, Salman Zarka a expliqué que le nouveau variant du coronavirus, mutation d’Omicron connue sous le nom de BA.5, gagnait rapidement du terrain et se montrait plus résistant aux vaccins que les souches précédentes.

« La souche BA.5 représente actuellement environ 50 % des cas », a-t-il précisé.

« La souche cause une maladie relativement bénigne chez les jeunes, mais le nombre des hospitalisations est en hausse. »

Il a ajouté que le BA.5 était sur le point de supplanter Omicron comme variant dominant et qu’il continuerait à gagner du terrain.

« Le vaccin fonctionnait à 90 % contre Delta et 30 % des personnes vaccinées étaient infectées par Omicron. Sur la nouvelle souche, le vaccin est moins efficace pour prévenir l’infection, mais il protège contre les maladies graves », a expliqué Zarka.

Il a réitéré sa recommandation de porter un masque facial dans les espaces publics clos. Les masques ne sont actuellement obligatoires que dans les établissements médicaux.

« Certains envisagent de revenir à des réglementations qui rendent obligatoire le port du masque », a-t-il déclaré. « Nous devons peser la décision et choisir le bon moment. »

Une femme portant un masque se promène dans le centre-ville de Jérusalem, le 16 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël a levé l’obligation du port du masque en intérieur en avril dernier, suite à la forte baisse du nombre d’infections. Les masques en extérieur ont, eux, cessé d’être obligatoires dès avril 2021.

Salman Zarka a également déclaré que, sous certaines conditions, les Israéliens pourraient bientôt être officiellement reconnus comme atteints de COVID-19 sur la seule base d’un test effectué à domicile, ce qui n’empêche pas le ministère de la Santé de préparer le renforcement des infrastructures de test.

« Lundi prochain, nous demanderons au comité d’approuver des règlements permettant que le résultat des tests effectués à domicile, sous supervision téléphonique, soit enregistré dans les bases de données du ministère de la Santé », a-t-il annoncé.

Il y a actuellement 34 275 cas actifs confirmés en Israël, dont 119 cas graves, selon le ministère. Il y a six jours, seuls 74 cas graves étaient enregistrés.
Le bilan s’élève à 10 882 morts, dont six au cours de la dernière semaine.

Le taux R, qui a légèrement baissé mais reste très élevé, à 1,46, mesure le nombre moyen de personnes que chaque porteur du virus infecte. Un taux supérieur à 1 signifie que la propagation de la COVID-19 augmente. Il a commencé à dépasser 1 à la mi-mai, après être resté en-deçà de ce seuil pendant près de deux mois.

Le taux de positivité des 22 306 tests effectués mardi 14 juin s’est élevé à 34,35%.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...