Sanders : être juif, l’un des deux facteurs qui ont façonné sa vision des choses
Rechercher

Sanders : être juif, l’un des deux facteurs qui ont façonné sa vision des choses

Interrogé sur son identité juive à la mairie du New Hampshire, le candidat démocrate a raconté comment il avait appris le sort de sa famille et des Juifs lors de la Shoah

Le candidat à la présidentielle, le Sen. Bernie Sanders, s'exprime lors d'un débat des primaires, le 20 novembre 2019, à Atlanta. (Crédit : AP Photo/John Bazemore)
Le candidat à la présidentielle, le Sen. Bernie Sanders, s'exprime lors d'un débat des primaires, le 20 novembre 2019, à Atlanta. (Crédit : AP Photo/John Bazemore)

WASHINGTON (JTA) – Bernie Sanders a déclaré que sa judéité était l’un des deux principaux facteurs qui ont façonné sa vision des choses.

Le sénateur du Vermont, qui apparaissait dans un événement de CNN pour les candidats démocrates à la présidence, diffusé jeudi depuis le New Hampshire, a été interrogé par une femme de la région sur son identité juive.

« Cela me touche très profondément », a-t-il répondu. « Quand j’essaie de réfléchir aux opinions que j’ai pu avoir, il y a deux facteurs. Le premier est que j’ai grandi dans une famille qui n’avait pas beaucoup d’argent… et le second est d’être juif ».

Sanders se souvient qu’enfant, il lisait « les grands livres de la Seconde Guerre mondiale » et « les larmes coulaient sur mes joues » lorsqu’il apprenait le sort des Juifs. Il se souvient également avoir vu des survivants de la Shoah dans son quartier de Brooklyn avec des numéros tatoués sur les bras, et d’une visite récente dans la ville natale de son père en Pologne, où les habitants l’ont emmené avec son frère sur un site où les nazis ont exterminé des Juifs en masse.

Une grande partie de la famille étendue de Sanders a péri dans la Shoah.

Il a expliqué que ces expériences avaient façonné ses opinions, notamment son opposition au président américain Donald Trump et à la « division raciale » qu’il a, selon lui, encouragée.

Le sénateur de 78 ans a longtemps été réticent à parler de son éducation juive, mais a commencé à s’ouvrir bien avant sa campagne de 2016 pour l’investiture présidentielle démocrate lorsqu’il est devenu le premier candidat juif à remporter la primaire d’un grand parti.

Il a fait de son identité juive un facteur central de sa campagne de 2020, bien qu’il se soit également attiré des critiques pour avoir accepté comme délégués la militante Linda Sarsour et la représentante démocrate du Michigan Rashida Tlaib, lesquelles ont été accusées de colporter des mythes antisémites.

Les primaires du New Hampshire se dérouleront mardi prochain. Les caucus de l’Iowa, qui a eu lieu lundi, n’ont pas encore produit de résultats définitifs, mais Sanders semble à égalité en tête avec l’ancien maire de South Bend, dans l’Indiana, Pete Buttigieg.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...