Rechercher

Sans aide depuis janvier, le Premier ministre de l’AP se rend à Bruxelles

Shtayyeh rencontrera des hauts fonctionnaires de l'UE pour discuter de l'absence de soutien budgétaire européen et des problèmes fiscaux actuels de l'AP

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, lors d'une conférence de presse à Ramallah, le 27 février 2021 (Crédit : WAFA).
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, lors d'une conférence de presse à Ramallah, le 27 février 2021 (Crédit : WAFA).

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP) Mohammad Shtayyeh rencontrera à Bruxelles de hauts responsables de l’Union européenne cette semaine pour discuter de l’aide étrangère à son gouvernement à court d’argent, qui n’a reçu aucun financement de l’UE depuis le début de 2021.

« Shtayyeh rencontrera des responsables à Bruxelles mardi et mercredi. Il rencontrera la cheffe du Parlement européen et la présidente de l’UE [Ursula von der Leyen], ainsi que plusieurs autres décideurs de l’UE », a déclaré dimanche un responsable diplomatique au Times of Israel.

« Ce voyage est important pour des raisons politiques, ainsi que pour la question financière, dont Shtayyeh discutera avec les responsables », a ajouté le fonctionnaire, qui a parlé sous couvert d’anonymat.

Le responsable diplomatique a exprimé l’espoir qu’une partie de l’aide de l’UE à l’AP pourrait recommencer à être versée après la visite de Shtayyeh : « Nous nous attendons à voir une tranche de fonds dans les semaines à venir, mais les choses seront plus claires après son voyage. »

Un porte-parole du Premier ministre de l’AP n’a pas répondu à une demande de commentaire.

L’Union européenne est le principal donateur de l’Autorité palestinienne. Mais, invoquant des « difficultés techniques », l’Union européenne n’a pas versé d’aide à l’Autorité palestinienne depuis le début de l’année. Les fonds européens contribuent à payer les salaires des nombreux fonctionnaires de l’Autorité palestinienne, qui représentent une part importante de l’économie de la Cisjordanie.

« Il s’agit d’une procédure bureaucratique complexe qui s’est éternisée, ainsi que des désaccords sur ce que chaque pays devrait recevoir », a déclaré un diplomate occidental à Ramallah au Times of Israel en septembre.

Les observateurs internationaux ont exprimé leur inquiétude quant au risque d’effondrement financier d’un Ramallah de plus en plus à court d’argent. Selon les Nations unies, l’AP devrait connaître un déficit budgétaire de près de 800 millions de dollars en 2021.

« La situation budgétaire de l’AP atteint un point de rupture. Les dépenses dépassent largement les recettes, et l’écart se creuse. Le soutien des donateurs, y compris le soutien budgétaire direct, continue de diminuer depuis plusieurs années », a déclaré la semaine dernière l’émissaire de l’ONU au Moyen-Orient, Tor Wennesland.

Selon les déclarations publiques de l’AP, Ramallah a reçu 31,7 millions de dollars de soutien budgétaire étranger total depuis le début de l’année. Ce chiffre contraste fortement avec 2019, où l’AP avait reçu 446 millions de dollars à la fin du mois d’août.

« Dans le passé, nous n’avons jamais vu l’aide étrangère s’arrêter de cette manière », a déclaré l’ancien chef de l’Autorité monétaire palestinienne, Azzam al-Shawa, au Times of Israel lors d’un récent appel téléphonique.

La majeure partie du financement de l’AP provient des taxes douanières qu’Israël perçoit pour son compte. L’aide étrangère a historiquement comblé le manque à gagner – entre 20 et 30 % du budget annuel – bien que de plus en plus de pays aient hésité à fournir un soutien budgétaire ces dernières années.

Sur cette photo d’archives du 23 juin 2016, un ouvrier sur un ascenseur ajuste les drapeaux de l’UE devant le siège de l’UE à Bruxelles. (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo, File)

Israël a également confisqué 600 millions de shekels des taxes qu’il transfère à Ramallah en juillet. En vertu d’une loi israélienne de 2018, Israël confisque régulièrement l’argent de ces recettes pour pénaliser Ramallah pour sa politique de versement d’allocations aux prisonniers de sécurité palestiniens détenus en Israël, et aux familles des Palestiniens tués lors de confrontations violentes avec les forces israéliennes – y compris ceux qui ont commis des attaques terroristes contre des Israéliens.

Toutefois, alors que la perspective d’une crise budgétaire palestinienne se profilait à la fin du mois d’août, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a annoncé qu’Israël allait prêter 500 millions de shekels, contournant ainsi la loi.

« La situation est assez grave. S’il n’y a pas d’intervention étrangère, nous pourrions bientôt voir de véritables défis sur le terrain », a déclaré al-Shawa.

Les dirigeants de l’AP ont été confrontés à des critiques internationales croissantes au cours des derniers mois. Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, est actuellement à 16 ans d’un mandat de quatre ans qui devait expirer en 2009. Depuis 2007, Abbas gouverne par décret exécutif et impose des restrictions croissantes à la société civile palestinienne.

En janvier, M. Abbas a publié un décret ordonnant la tenue des premières élections palestiniennes depuis 2005. L’Union européenne a largement soutenu cet effort. Mais Abbas a ensuite annulé le scrutin après que les sondages ont indiqué que son propre mouvement Fatah, divisé en interne, risquait de subir une défaite humiliante face à son rival du Hamas, rejetant la responsabilité de l’annulation sur Israël.

L’AP a été encore plus critiquée après la mort, en juin, de Nizar Banat, un célèbre militant de l’opposition. Banat aurait été battu à mort par les forces de sécurité de l’AP lors d’un raid nocturne dans sa cachette à Hébron. Sa mort a déclenché des manifestations éparses appelant à la démission d’Abbas, qui ont été brutalement réprimées par la police de l’AP.

Maryam Banat, 67 ans, mère de Nizar Banat, critique de l’Autorité palestinienne, tient une affiche avec sa photo lors d’un rassemblement protestant contre sa mort, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 3 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Les responsables de l’UE ont toujours nié que le retard de l’aide budgétaire soit lié à l’annulation des élections et aux préoccupations relatives aux droits de l’homme.

« Il y a eu un retard dans l’allocation globale de l’UE pour la région en général, les allocations de 2021 pour non seulement la Palestine, mais la Jordanie, la Syrie, etc. ont été retardées », a déclaré le diplomate occidental à Ramallah au Times of Israel.

Selon le diplomate, une fois les « questions techniques » résolues, l’aide de l’UE à l’Autorité palestinienne ne rencontrera probablement pas de tels obstacles pour les trois prochaines années.

« Ce qui est à l’étude, c’est le budget 2021-2024. Vous ne serez donc pas confrontés au même problème l’année prochaine, car le cadre financier à moyen terme aura été approuvé », a déclaré le diplomate.

Un homme se tient debout, la poitrine dénudée, lors d’affrontements entre des manifestants palestiniens et les forces de sécurité palestiniennes dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 26 juin 2021, à la suite d’une manifestation contre la mort du militant des droits de l’homme Nizar Banat alors qu’il était détenu par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) plus tôt dans la semaine. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

Mais les pays donateurs sont aussi de plus en plus épuisés par ce qu’ils perçoivent comme un déversement de fonds dans le conflit israélo-palestinien stagnant, ce qui fait craindre à Ramallah que le robinet de l’aide ne soit un jour fermé.

« Avec un conflit aussi ancien et prolongé qu’il l’est, il serait surprenant qu’il n’y ait pas de lassitude », a déclaré un autre diplomate à Ramallah, sous couvert d’anonymat.

Le diplomate a toutefois souligné que son gouvernement restait engagé dans des projets de développement pour les Palestiniens de Cisjordanie.

D’autres donateurs étrangers ont fait part de leurs préoccupations concernant la corruption présumée en Cisjordanie, qui, selon eux, limite leur capacité à aider le développement économique palestinien.

« Si nous voulons être en mesure de soutenir complètement le développement économique, nous ne pouvons évidemment pas avoir un niveau de corruption tel qu’il existe en Palestine », a déclaré la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, au radiodiffuseur public suédois mardi, avant ses réunions avec des responsables à Ramallah.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, rencontre la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, le 19 octobre 2021 (Crédit : WAFA).

Le ministère suédois des Affaires Etrangères a ensuite déclaré dans un communiqué que la réduction de la corruption était un objectif du plan de développement quinquennal de la Suède en Cisjordanie et à Gaza.

« La lutte contre la corruption est un élément important de la coopération au développement de la Suède avec tous les pays partenaires, et pas seulement avec la Palestine », a déclaré le service de presse du ministère des Affaires étrangères.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...