Sara Netanyahu a un répit en plaidant coupable, estime une ex-procureure
Rechercher

Sara Netanyahu a un répit en plaidant coupable, estime une ex-procureure

Avia Alef souligne l'écart entre l''accusation initiale contre l'épouse du Premier ministre et l'accusation beaucoup moins grave pour laquelle elle a plaidé coupable

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive au tribunal de première instance de Jérusalem, le 7 octobre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive au tribunal de première instance de Jérusalem, le 7 octobre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une ancienne haute fonctionnaire du ministère public a critiqué un accord de négociation de peine signé entre son ancien département et Sara Netanyahu dans une affaire concernant des allégations selon lesquelles l’épouse du Premier ministre aurait illégalement fait appel à un traiteur à sa résidence officielle.

S’adressant au Times of Israel jeudi, Avia Alef a affirmé que bien que Sara Netanyahu ne soit pas Premier ministre mais seulement son épouse, elle est toujours une personnalité publique et devrait se voir appliquer des normes plus strictes. Mais l’accord de plaidoyer qu’elle a signé mardi était « plutôt indulgent », a dit Alef.

Mme Alef, qui a dirigé la Division des crimes économiques du ministère public de 2004 à 2012, a mis en évidence un « écart considérable » entre l’acte d’accusation initial contre Mme Netanyahu et la version mise à jour qui a été soumise à la suite de la négociation de peine.

L’acte d’accusation de juillet 2018 reprochait à Mme Netanyahu et Ezra Saidoff, ancien intendant à la résidence du Premier ministre, de fraude et d’abus de confiance pour avoir dépensé 100 000 $ en fonds publics pour des repas servis par un traiteur alors qu’il y avait un chef à plein temps parmi le personnel. Les deux ont été accusés d’avoir fait de fausses déclarations sur la présence du chef entre septembre 2010 et mars 2013 afin de revendiquer illicitement des fonds publics pour couvrir le coût des repas.

Avia Alef, ancienne chef du département des affaires économiques au bureau du Procureur général. (Autorisation)

Mais l’acte d’accusation mis à jour déposé mardi accuse seulement Mme Netanyahu d’avoir dépensé 49 000 $ en fonds publics et a également abandonné l’accusation de fraude. Au lieu de cela, l’entente relative au plaider coupable a permis à l’épouse du Premier ministre d’admettre qu’elle avait commis une infraction moins grave en profitant injustement d’une erreur, de payer une amende de 2 784 $ et de rembourser seulement 12 530 $ à l’État.

Alef a déclaré que le manque de turpitude morale dans l’acte d’accusation était également troublant étant donné qu’une telle classification est courante pour les délits pour lesquels Mme Netanyahu a été condamnée.

Elle a suggéré que le ministère public avait reconnu la « stigmatisation » qu’entraînerait la condamnation de l’épouse d’un Premier ministre et qu’il s’efforçait donc de minimiser autant que possible la gravité des accusations.

Alef, qui était chargé de l’enquête sur la corruption impliquant le président de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, il y a plus d’une décennie, a reconnu qu’une partie de l’objectif de l’accusation est de parvenir à des arrangements impliquant que l’accusé plaide coupable – un exploit considérable pour le procureur du district de Jérusalem dans cette affaire, considérant que jusqu’à mardi, Mme Netanyahu avait refusé d’admettre tout acte répréhensible.

« Cependant, tout au long de l’affaire, l’accusation a déclaré que sa condition pour clore l’affaire serait le remboursement de la totalité des frais engagés », a déclaré Alef, soulignant que l’épouse du Premier ministre ne rendrait qu’une petite fraction des fonds que l’Etat l’avait initialement accusée d’avoir utilisés de façon illégale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu étreint son épouse Sara devant les militants de son parti, le Likud, à Tel Aviv, tôt le 10 avril 2019, alors que les résultats des élections sont annoncés. (Thomas Coex/AFP)

De plus, elle se demande pourquoi le Premier ministre n’est pas lié à ces malversations.

« Dans tous ces cas, ce sont toujours les femmes qui sont jugées, comme si leurs maris n’étaient pas responsables de ce qui se passe dans la résidence », a déploré Alef.

Le ministère public a publié un communiqué dans lequel il exprimait sa satisfaction à l’égard de l’entente relative au plaidoyer, affirmant qu’il avait « tenu parole que l’affaire concernant Mme Netanyahu et M. Saidoff aboutirait à une condamnation pénale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...