Sarcelles souhaite créer un programme anti-radicalisation
Rechercher

Sarcelles souhaite créer un programme anti-radicalisation

La ville socialiste, abritant une grande communauté juive, a lancé un appel d'offres qui se clôturera le 30 mai prochain

Vue sur une place à Sarcelles après les émeutes (Crédit : Cnaan Liphshiz)
Vue sur une place à Sarcelles après les émeutes (Crédit : Cnaan Liphshiz)

Depuis plusieurs mois, le gouvernement français a accentué les initiatives et les mesures contre l’augmentation de l’antisémitisme et du racisme en instituant notamment des Comités Opérationnels de lutte contre le Racisme et l‘Antisémitisme (CORA) partout en France.

De plus, le président François Hollande avait lancé, en mars dernier, la ‘Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme‘ pour promouvoir le dialogue et les principes républicains, le respect de la dignité humaine en sensibilisant les élèves depuis la primaire jusqu’au lycée contre « le racisme, l’antisémitisme et toutes les formes de discriminations ».

Le Gouvernement tente ainsi d’adopter une série de mesures pour une protection renforcée des citoyens en réaffirmant les valeurs républicaines.

C’est dans ce contexte que la ville de Sarcelles a lancé un appel d’offres pour la mise en place d’un programme de prévention à la radicalisation disponible sur le site Centraldesmarchés.com, rapporte le Parisien.

L’appel d’offres rappelle que Sarcelles a été touchée par la multiplication des actes antisémites depuis plusieurs années. La communauté juive de Sarcelles est, en effet, très importante.

En septembre 2012, un acte terroriste antisémite visait une épicerie casher. Pendant l’opération Bordure protectrice, les manifestations à la fois pro-palestinienne et antisémite avaient profondément atteint la communauté juive de Sarcelles.

Enfin, Yohan Cohen, originaire de Sarcelles a été assassiné lors des attentats de l’Hyper Cacher en janvier 2015.

La structure aura pour mission l’ouverture d’un lieu spécialisé dans la prévention contre la radicalisation avec des intervenants spécialisés et à la mise en place d’un contre-discours.

Le programme prévoit également la « prise en charge et le suivi pluridisciplinaire des jeunes détectés dans la phase d’endoctrinement et d’isolement social en vue d’un rétablissement des liens familiaux, sociaux et économiques ».

La date de clôture de l’appel d’offres est prévu le 30 mai prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...