Scrutin ouvert aux femmes en Arabie: Washington salue une « étape historique »
Rechercher

Scrutin ouvert aux femmes en Arabie: Washington salue une « étape historique »

Au moins 20 Saoudiennes ont été élues aux élections municipales dans le royaume ultra-conservateur

John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)
John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)

Les Etats-Unis ont salué une « étape historique » dans les premières élections ouvertes aux femmes en Arabie saoudite.

Au moins 20 Saoudiennes ont été élues aux premières élections ouvertes aux femmes dans le royaume ultraconservateur où elles restent soumises à diverses restrictions, a indiqué lundi à l’AFP le porte-parole de la commission électorale.

« Les femmes élues sont, jusqu’à présent, au nombre de 20 », a déclaré à l’AFP Judaya al-Qahtani, en faisant le point sur le scrutin de samedi, le premier auquel les Saoudiennes ont participé en tant qu’électrices et candidates.

Selon lui, leur nombre pourrait s’élever à 21 élues. « Une candidate est arrivée ex-æquo avec un candidat de sa circonscription » et « un tirage au sort doit les départager dans les trois prochains jours, conformément aux règlements », a-t-il précisé.

Plus de 900 femmes figuraient parmi 6.440 candidats étaient en lice pour le scrutin. Près de 1,5 million de personnes âgées de 18 ans et plus étaient inscrites pour voter, dont environ 119.000 femmes.

La participation des femmes a atteint 80% dans certaines parties du pays, bien supérieure au taux de participation au niveau national qui était, selon le gouvernement, de 47,4%.

« La participation des femmes représente un important jalon en Arabie saoudite vers un processus électoral d’inclusion qui permettra à tous les citoyens d’être représentés dans un gouvernement représentant l’ensemble des Saoudiens », a affirmé le porte-parole du département d’Etat, John Kirby, dans un communiqué publié dimanche.

« L’intégration de tous les citoyens aux élections et à la gestion (du pays) est cruciale pour la prospérité, la stabilité et la paix des nations, et nous saluons cette étape historique », a-t-il ajouté.

Les femmes ont été toutefois confrontées à de nombreux obstacles. Les candidates n’ont pas pu rencontrer en face à face les électeurs mâles pendant la campagne, au cours de laquelle aucun candidat — qu’il soit homme ou femme — n’a pu publier sa photo.

Les électrices, qui ont représenté 10% des votants, ont fait part d’obstacles administratifs et de problèmes de transport, dans un pays où les femmes n’ont pas le droit de conduire.

Après une lutte de toute une vie, Salma devient la première femme élue en Arabie

Son oncle lui avait déconseillé de se présenter mais Salma bent Hizab al-Oteibi, institutrice bédouine, n’a pas tenu compte de son avis, devenant dimanche la première femme élue en Arabie saoudite, lors d’un scrutin historique.

« Toute ma vie a été une lutte », raconte Mme Oteibi dans une interview exclusive à l’AFP, juste après avoir été élue conseillère municipale dans la petite ville bédouine de Madrakah, près de La Mecque, le lieu le plus sacré de l’islam.

Salma bent Hizab al-Oteibi a dû faire face à une rude concurrence, y compris de la part de certains membres de sa famille, qui se présentaient pour un siège au conseil local, seule assemblée élue en Arabie saoudite. Mais elle a arraché la victoire, devançant son plus proche rival de 20 voix.

Si elle se dit sûre d’avoir bénéficié du soutien des femmes, autorisées à voter pour la première fois, elle souligne que son plus grand supporteur a été son mari, avec qui elle a eu deux garçons.

En revanche, son oncle qui remporta le siège lors des précédentes élections municipales de 2011, uniquement ouvertes aux hommes, fut loin de l’encourager.

« Quand il a entendu que je briguais un siège, il m’a dit combien ce serait dur », se souvient celle qui fait partie des au moins 14 femmes élues dans le pays lors des élections de samedi. 2.091 hommes ont remporté un siège.

Pour Mme Otiebi, son engagement caritatif envers les personnes défavorisées a convaincu les électeurs de même que sa persévérance.

Enfant, elle n’avait pas hésité à parcourir des kilomètres chaque jour pour aller à l’école à La Mecque. Elle a continué d’aller au lycée même après son mariage et la naissance de son premier enfant.

« J’excellais et j’ai obtenu un diplôme d’études arabes avec les honneurs », raconte-t-elle.

Bien que les pouvoirs des conseils municipaux soient limités, elle veut se battre pour améliorer l’état des routes menant de sa ville à La Mecque, créer des emplois pour les hommes et les femmes et développer le tourisme.

Et de conclure : « Je travaillerais dur pour développer Madrakah »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...