Rechercher

Sderot : Une maison touchée par une roquette

Aucun blessé n'a été signalé suite à la deuxième attaque de cette semaine, mais quatre personnes ont été soignées pour anxiété ; la maison a été légèrement endommagée

Des flammes et de la fumée montent lors des frappes aériennes israéliennes dans le centre de la bande de Gaza, le 21 avril 2022. (Crédit: Bashar Taleb / AFP)
Des flammes et de la fumée montent lors des frappes aériennes israéliennes dans le centre de la bande de Gaza, le 21 avril 2022. (Crédit: Bashar Taleb / AFP)

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza mercredi soir a atterri dans la ville méridionale de Sderot, causant de légers dégâts, ont indiqué des responsables.

Il s’agissait de la deuxième roquette tirée par des terroristes à Gaza sur Israël depuis lundi. Tsahal a confirmé qu’une seule roquette avait été lancée depuis l’enclave côtière dirigée par le Hamas, sans expliquer pourquoi le système de défense aérienne du Dôme de fer ne s’était pas activé pour l’intercepter.

Des images de la scène ont montré une voiture et l’un des murs endommagés, ainsi que des débris de roquette. « Des policiers ont manipulé l’engin afin de l’évacuer en toute sécurité », a déclaré la police israélienne dans un bref communiqué.

La roquette est apparemment tombée à l’extérieur de la ville, mais une grande partie de celle-ci a ricoché et touché la maison. Selon les médias israéliens, des centaines de roulements à billes chargés dans la roquette ont été trouvés sur les lieux.

Quatre personnes ont été soignées pour anxiété, dont un homme de 70 ans qui a été transporté à l’hôpital, mais aucune blessure physique n’est à déplorer, a rapporté le service d’ambulance du Magen David Adom.

Des sirènes de roquettes entrantes ont également retenti dans les villes adjacentes d’Ibim et de Nir Am, près de la frontière avec la bande de Gaza. Le conseil régional de Shaar Hanegev a déclaré qu’il n’y avait aucun changement dans les instructions pour les résidents.

La roquette a été lancée à la fin d’une journée chargée de tension à Jérusalem, où la police a empêché des nationalistes israéliens de marcher vers la porte de Damas de la Vieille Ville, où les Palestiniens convergent pour le Ramadan. Le Hamas, le groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza, avait menacé d’attaquer si la marche avait lieu.

Aucun groupe de Gaza n’a revendiqué l’un ou l’autre des lancements de la nuit, comme cela avait été le cas après le premier lancement de roquettes de la semaine lundi soir. Cependant, plusieurs médias citant des responsables de la sécurité israélienne ont désigné le Jihad islamique palestinien, rival du Hamas, comme responsable des tirs de roquettes de lundi.

Quoi qu’il en soit, Tsahal a répondu au premier lancement de roquettes de la semaine par un raid aérien visant un certain nombre de sites militaires du Hamas à Gaza, dont un utilisé par le Hamas pour fabriquer des armes.

De violents affrontements ont eu lieu ces derniers jours entre émeutiers palestiniens et policiers sur le mont du Temple à Jérusalem, faisant des dizaines de blessés palestiniens et plusieurs policiers.

Le Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza ont à plusieurs reprises invoqué le lieu saint comme une ligne rouge. La « Marche du drapeau » de la Journée de Jérusalem de l’année dernière a eu lieu juste avant que le Hamas ne tire des roquettes sur Jérusalem, favorisant le début d’un conflit de 11 jours entre Israël et le Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...