Rechercher

Secure Community Network : un meurtre antisémite en Arizona aurait pu être évité

Le groupe de sécurité juif affirme que l'université de l'Arizona a ignoré les avertissements avant que l'agresseur ne tue un professeur qu'il croyait juif

Des fleurs en hommage au professeur Thomas Meixner, tué par balles, à l'Université de l'Arizona devant le bâtiment du département d'hydrologie et de sciences atmosphériques de l'école à Tucson, Arizona, le 14 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Terry Tang)
Des fleurs en hommage au professeur Thomas Meixner, tué par balles, à l'Université de l'Arizona devant le bâtiment du département d'hydrologie et de sciences atmosphériques de l'école à Tucson, Arizona, le 14 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Terry Tang)

JTA – Un consultant en sécurité de la communauté juive américaine a accusé l’université d’Arizona d’avoir ignoré l’antisémitisme comme un signe d’alerte dans une affaire qui a abouti à la fusillade d’un professeur.

« Le professeur Thomas Meixner a perdu la vie parce que l’antisémitisme n’est pas pris suffisamment au sérieux », a écrit Michael Masters, le PDG de Secure Community Network, dans une tribune publiée mardi dans l’Arizona Republic.

Masters a déclaré que les menaces antisémites explicites de l’agresseur présumé auraient dû être un signal d’alarme pour la police du campus, qui, selon Masters, n’a pas engagé de poursuites pénales, et pour le bureau du procureur du comté de Pima, qui n’a pas engagé de poursuites. Dans un texte adressé à un enseignant, l’agresseur souhaitait « la mort de tous les Juifs ».

« Trop souvent, les menaces antisémites violentes signalées comme celles-ci sont rejetées comme un sous-produit d’une déficience mentale et ne sont pas traitées avec les précautions nécessaires », écrit Masters. « On aurait pu et dû en faire plus pour empêcher un meurtre insensé. »

Le groupe de Masters coordonne la sécurité des organisations juives à travers le pays.

La semaine dernière, il a alerté les autorités de la ville de New York au sujet d’un message en ligne d’une personne qui disait vouloir « tirer sur une synagogue » ; la police a appréhendé l’homme présumé avoir fait ce message, qui avait une arme, des munitions et un brassard nazi.

Par le passé, les personnes ayant suivi la formation du Security Community Network ont reconnu qu’elle avait permis d’atténuer les attaques, notamment lors de la prise d’otages dans une synagogue du Texas en janvier dernier.

Murad Dervish, le suspect de la tuerie du 5 octobre sur le campus de l’université de l’Arizona à Tucson, croyait que Meixner était Juif et qu’il l’avait pris en grippe parce qu’il était musulman, selon les collègues de Meixner.

Murad Dervish. Photo non datée fournie le 7 octobre 2022 par le bureau du shérif du comté de Pima.

Dervish, un étudiant diplômé du département d’hydrologie et de sciences atmosphériques, avait reçu une mauvaise note et avait été renvoyé le semestre dernier en tant qu’assistant du professeur, bien qu’il ait été autorisé à rester à l’école en tant qu’étudiant.

Meixner, le chef du département, était un catholique romain, mais, selon Eyad Atallah, un autre enseignant que Dervish a menacé, Dervish a refusé de le croire.

« Tu es un sale amant des youpins qui a été trompé par eux, mais je ne peux vraiment pas te blâmer, ils sont très trompeurs », a déclaré Dervish dans un texte adressé à Atallah, qui s’était un temps lié d’amitié avec lui.

Dans un message adressé à la Jewish Telegraphic Agency, Masters a déclaré que le meurtre de Meixner montrait comment la violence antisémite provoque des dommages collatéraux.

« Nous devons prendre les menaces au sérieux – quelle que soit leur motivation – et nous efforcer d’y répondre de manière globale et coordonnée », a-t-il déclaré. « Si cela avait été le cas, on peut se demander si la victime, dans ce cas, serait encore en vie et si nous tirerons la leçon pour garder les prochaines victimes potentielles en sécurité et en vie. »

L’université a expulsé Dervish et lui a interdit l’accès au campus, mais n’a pas mis en place de mécanismes pour l’empêcher d’entrer dans le bâtiment.

Le bureau du procureur du comté a déclaré que les textes de Dervish n’atteignaient pas le niveau d’une menace recevable. Ses menaces n’ont pas « satisfait aux exigences de preuve pour l’inculper du crime de menaces et d’intimidation », a déclaré le bureau dans un communiqué.

Atallah a déclaré à l’Arizona Daily Star qu’il pensait que Dervish avait soigneusement formulé ses textes afin de pouvoir prétendre de manière plausible qu’il ne menaçait pas directement la personne à laquelle ils étaient adressés. Dans l’un des messages adressés à Atallah, Dervish disait : « J’espère que quelqu’un te fera sauter ta p***** de cervelle ».

Atallah, qui a acquis un gilet pare-balles et a réduit son temps sur le campus après les menaces, pense que Dervish l’aurait tué aussi s’ils s’étaient rencontrés le jour de la fusillade.

On ignore comment Dervish, qui avait été inculpé et condamné à la prison dans d’autres États pour des actes de violence, a pu acheter une arme. Il a plaidé non coupable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...