Selon l’assistante d’Arnon Milchan, Netanyahu demandait personnellement des cigares
Rechercher

Selon l’assistante d’Arnon Milchan, Netanyahu demandait personnellement des cigares

Dans les extraits d'un témoignage qui ont fuité, l'assistante du milliardaire israélien aurait déclaré que le Premier ministre aurait employé un code - le mot 'feuilles' - lorsqu'il désirait des cigares

Benjamin Netanyahu vu avec un cigare à Jérusalem le 2 juillet 1997 (Crédit : Flash90)
Benjamin Netanyahu vu avec un cigare à Jérusalem le 2 juillet 1997 (Crédit : Flash90)

L’assistante du magnat de Hollywood, né en Israël et au centre d’une enquête criminelle impliquant Benjamin Netanyahu, aurait indiqué que le Premier ministre demandait explicitement des cigares onéreux, ce qui semble entrer en contradiction avec la défense du Premier ministre qui a toujours affirmé qu’il ne s’agissait que de « cadeaux » entre amis.

« Il est arrivé que Netanyahu demande personnellement [des cigares] », aurait déclaré, selon la chaîne Hadashot, Hadas Klein, l’assistante d’Arnon Milchan, aux enquêteurs de la police.

Netanyahu pouvait l’appeler directement, a-t-elle ajouté selon le reportage diffusé à la télévision. « Il appelait les cigares des ‘feuilles’. Milchan ne fumait pas, mais j’avais notifié au type qui travaillait avec lui que c’est lui qui les payait ».

Le reportage a également cité un extrait du témoignage livré aux enquêteurs par Milchan, disant : « Ce n’était pas des cadeaux. C’était une demande. Vous ne demandez pas de cadeaux. Cela me dégoûtait ».

Hadas Klein (Capture d’écran : Twitter)

Un porte-parole de Netanyahu a indiqué que le reportage entrait dans le cadre d’une campagne visant à renverser le Premier ministre et a répété le mantra souvent avancé par Netanyahu, qui n’a cessé d’affirmer qu’aucun méfait n’avait été commis et « qu’il n’y aura rien parce qu’il n’y a rien ».

Les témoignages, rapportés par Hadashot, entrent en contradiction avec la principale défense de Netanyahu avancée dans cette enquête de corruption concernant des cadeaux onéreux. Selon le Premier ministre, ces cigares luxueux et les bouteilles de champagne reçus au fil des années étaient des cadeaux faits par des amis et non des pots-de-vin.

Dans les extraits d’un témoignage publié au début du mois, Klein avait également indiqué à la police que Sara Netanyahu l’appelait régulièrement pour demander des cigares et du champagne.

« Il y avait des codes pour le champagne et les cigares », disait-elle. « Cela a duré pendant des années. Il y avait un accord selon lequel Arnon devait approvisionner le couple Netanyahu en leur donnant ce qu’ils voulaient. Les cigares étaient demandés par[Benjamin] Netanyahu.”

La Dixième chaîne a également fait savoir que le chauffeur de Milchan a déclaré aux enquêteurs qu’il avait été obligé de quitter son domicile pendant le Seder de Pessah pour livrer du champagne à la demande de Sara Netanyahu.

Tandis que des fuites d’informations issues de l’enquête de police avaient indiqué que Milchan avait dépensé environ 400 000 à 600 000 shekels pour du champagne et des cigares livrés à Benjamin et Sara Netanyahu pendant presque une décennie, le Premier ministre et son épouse avaient expliqué que les sommes impliquées étaient bien inférieures et que les cadeaux étaient quelconques, Milchan étant leur meilleur ami.

Concernant les affirmations que Milchan aurait approvisionné Netanyahu en cigares luxueux – la part du lion dans des cadeaux présumés qui auraient dans l’ensemble coûté des dizaines de milliers de shekels – Netanyahu aurait expliqué aux enquêteurs qu’il était simplement un « fumeur social » et que lorsque son ami Milchan venait le voir, il amenait systématiquement trois à six cigares, d’une valeur d’environ 10 dollars chacun.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, son épouse Sara (au centre) et leur fils Yair aux côtés de l’actrice Kate Hudson lors d’un événement organisé au domicile du producteur Arnon Milchan (à droite), le 6 mars 2014 (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash90)

Tentant d’étayer les soupçons de corruption, la police aurait également interrogé le Premier ministre au sujet d’un certain nombre de « faveurs » qu’il aurait octroyées à Milchan en échange.

Interrogé sur des informations selon lesquelles il aurait demandé à trois reprises en 2014 au secrétaire d’Etat américain John Kerry d’arranger un visa à long terme pour que Milchan, citoyen israélien, puisse vivre aux Etats-Unis, Netanyahu a admis avoir fait cette requête mais affirmé qu’elle était indépendante des cadeaux reçus.

En plus du visa américain, la police enquêterait pour savoir si Netanyahu est intervenu dans une vente d’actions de la Dixième chaîne au bénéfice de Milchan et pour déterminer si le Premier ministre a aidé le producteur à obtenir une participation majeure dans la Deuxième chaîne.

Dans le cadre de l’investigation, la police israélienne, en coopération avec les autorités australiennes, a également interrogé le milliardaire australien James Packer, après des mois de tentatives manquées d’organiser une rencontre, ont rapporté les médias en hébreu mercredi.

Selon un reportage diffusé sur la chaîne Hadashot, Packer a répondu mardi aux questions des enquêteurs australiens qui avaient été informés des faits par les responsables de la police israélienne, tandis que les Israéliens écoutaient.

Le témoignage de Packer a été reçu en lien avec une enquête criminelle appelée « Affaire 1 000 », portant sur des cadeaux illégaux dont aurait bénéficié Netanyahu de la part d’hommes d’affaires. Le Premier ministre aurait, en retour, fait avancer leurs intérêts.

Les hommes d’affaires en question comprennent Packer et Milchan. Packer, président de Crown Limited, l’un des groupes de loisirs et de tourisme les plus importants d’Australie, est considéré comme une personnalité déterminante dans l’enquête en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...