Selon l’ONU, un cinquième des réfugiés palestiniens a fui la Syrie en guerre
Rechercher

Selon l’ONU, un cinquième des réfugiés palestiniens a fui la Syrie en guerre

560 000 Palestiniens s'y étaient réfugiés, vivant principalement dans des camps ; entre 110 et 120 000 d'entre eux auraient quitté le pays

La file interminable de réfugiés lors d'une distribution de nourriture organisée par l'ONU, dans les ruines du camp de réfugiés de Yarmouk, au sud de Damas (Crédit : AFP Photo/HO/UNRWA)
La file interminable de réfugiés lors d'une distribution de nourriture organisée par l'ONU, dans les ruines du camp de réfugiés de Yarmouk, au sud de Damas (Crédit : AFP Photo/HO/UNRWA)

Plus de 20 % des réfugiés palestiniens ont quitté la Syrie ces cinq dernières années en raison de la guerre, a affirmé jeudi à Damas le chef de l’Agence des Nations unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA).

« Il y avait avant la guerre 560 000 réfugiés palestiniens en Syrie. Nous estimons que 110 à 120 000 d’entre eux ont quitté le pays », a déclaré à la presse Pierre Krähenbühl, lors d’une visite à Damas.

« Parmi eux, environ 45 000 sont allés au Liban et 15 000 en Jordanie. Le reste, soit environ la moitié de ceux qui sont partis, ont rejoint, nous supposons, à travers la Turquie d’autres pays », a-t-il ajouté.

« Certains seraient en Europe. Nous savons que d’autres Palestiniens ont gagné l’Asie et certains même sont partis en Amérique latine », a-t-il précisé aux journalistes.

Selon l’UNRWA, il existe 12 camps de réfugiés à travers toute la Syrie, dont trois non officiels.

Pierre Krähenbühl à l'ONU, le 10 novembre 2015 (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Pierre Krähenbühl à l’ONU, le 10 novembre 2015 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Le plus grand camp, celui de Yarmouk, qui comptait avant guerre 160 000 habitants, dont beaucoup de Syriens, est presque entièrement détruit.

Récemment le groupe djihadiste État islamique (EI) y a chassé le Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda. Depuis avril 2015, les deux groupes occupaient 70 % du camp et le reste était aux mains des organisations palestiniennes et du régime. Il ne reste plus que 6 000 civils et la situation à l’intérieur « est extrêmement désespérée », selon M. Krähenbühl.

L’UNRWA n’a pas accès au camp pour distribuer de l’aide « mais nous n’allons pas baisser les bras et nous allons poursuivre nos efforts pour y entrer. En attendant nous concentrons nos efforts pour fournir de l’aide aux localités autour du camp », où se sont déplacés de nombreux habitants de Yarmouk.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...