Israël en guerre - Jour 260

Rechercher
Les victimes du Hamas

Sergent Yaron Zohar, 19 ans : un footballeur prometteur qui n’était « jamais en colère »

Tué alors qu'il combattait le Hamas près du kibboutz Erez le 7 octobre

Sergent Yaron Zohar. (Autorisation)
Sergent Yaron Zohar. (Autorisation)

Le sergent Yaron Zohar, 19 ans, soldat de la brigade Golani de Kiryat Ata, a été tué le 7 octobre lors de l’invasion du sud d’Israël par le Hamas.

Avec ses camarades, il a repoussé des dizaines de terroristes qui tentaient d’envahir l’avant-poste de Tsahal situé à côté du kibboutz Erez, le long de la frontière nord de la bande de Gaza. Il a réussi à éliminer un certain nombre de terroristes avant d’être blessé par des éclats d’obus de mortier. Il est mort peu après sur le champ de bataille.

Il a été enterré le 9 octobre à Kiryat Ata. Il laisse derrière lui ses parents, Lihi et Ami, ainsi que ses sœurs Ofri, 23 ans, et Guy, 13 ans.

Il a été un joueur de football actif pendant la majeure partie de sa jeunesse, notamment pendant six ans dans l’équipe de jeunes de l’Hapoel Haifa. Parallèlement, il était un fervent supporter de l’équipe professionnelle Maccabi Haifa.

Sa tante, Galit, a déclaré à un site d’information sportive qu’ils se rendaient souvent ensemble aux matchs du Maccabi Haifa, faisant de l’occasion « toute une cérémonie ».

« Nous nous levions avec excitation… nous quittions la maison tôt : ‘Écoutez, je dois arriver au moins trois heures avant, pour m’imprégner de l’atmosphère’, disait-il. Juste avant de quitter la maison, il s’assurait que tout le monde était habillé en vert, surtout les écharpes », se souvient-elle. « Marcher du parking au stade… entrer dans les gradins, avec ce moment spécial où l’on s’imprègne de l’atmosphère avant le début du match… chanter avec les amis, puis le coup de sifflet d’ouverture. »

Sa petite sœur, a déclaré à la Quatorzième chaîne qu’après sa mort, ses camarades lui ont dit qu’il était « un mec drôle, qu’il était toujours là pour eux, qu’il aidait toujours – un enfant qui était le meilleur, il l’était vraiment. Tous ceux qui l’ont connu ont dit la même chose ».

Guy a déclaré qu’ils avaient « une relation très forte, nous étions très proches, chaque fois qu’il rentrait à la maison le week-end [de l’armée], nous passions du temps ensemble ».

La mère de Yaron, Lihi, a déclaré à la Radio militaire qu’il était « un garçon merveilleux, un garçon modeste, introverti, doux et agréable – il ne se battait jamais, ne jurait jamais, était rarement en colère ».

Dès son plus jeune âge, dit-elle, « il a fait preuve d’une très grande intelligence émotionnelle, qui n’a fait que s’intensifier en grandissant. C’était un garçon agréable d’élever, avec lequel on pouvait grandir, il ne se battait pas avec ses sœurs, il ne se disputait pas ».

Selon elle, il a commencé à jouer au football à l’âge de 7 ans et s’est consacré à ce sport pendant une décennie, jusqu’à ce qu’il décide, à l’âge de 17 ans, d’arrêter et de se consacrer entièrement à la préparation d’un rôle de combattant dans l’armée. « Il voulait vraiment faire partie d’une unité d’élite, alors il a remplacé le football par d’autres exercices. Golani n’était pas son rêve, dit-elle, mais il s’y est senti heureux, et ils l’ont vraiment vu, même avec son calme et son caractère introverti, il a laissé sa marque ».

« C’est un enfant merveilleux, il était le ciment de la famille, le ciment de ses amis, l’un des meilleurs soldats », a-t-elle déclaré, soulignant qu’il avait reçu plusieurs prix d’excellence au cours des neuf mois qu’il avait passés dans l’armée. « C’est ce que j’ai entendu de la part de tous ceux qui sont venus ici [pendant la période de deuil] – qu’il était l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur de sa compagnie.

Son père, Ami, a déclaré à Israel Hayom avant Yom HaZikaron, plus de six mois après la mort de Yaron, qu’il se rendait tous les jours sur la tombe de son fils et qu’il lui parlait.

« Je lui parle tout le temps, il est avec moi, même s’il ne peut pas me répondre, il est avec moi », a déclaré Ami. Malgré la douleur, il a choisi la vie et se consacre à ses deux filles.

« Yaron était très lié à ses sœurs, quand il rentrait à la maison, il jouait toujours avec sa petite sœur, c’était un enfant de l’amour. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.