Israël en guerre - Jour 259

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Settha Homsorn, 36 ans : ouvrier thaïlandais, qui subvenait seul aux besoins de sa fille

Assassiné au kibboutz Kfar Aza le 7 octobre

Settha 'Tom' Homsorn (Facebook)
Settha 'Tom' Homsorn (Facebook)

Settha « Tom » Homsorn, 36 ans, un travailleur agricole thaïlandais de la province de Nakhon Phanom, dans le nord-est de la Thaïlande, a été assassiné par des terroristes du Hamas le 7 octobre au Kibboutz Kfar Aza.

Il laisse derrière lui son père, Phaeng Homsorn, une sœur aînée, Netnapha, et deux frères cadets, Jessada et Anuwat, ainsi que sa fille de 8 ans, déjà orpheline de mère depuis août. Son corps a été rapatrié en Thaïlande pour la crémation le 9 novembre.

Son ami, le travailleur thaïlandais Wayo Yama, a décrit le moment de l’attaque dans une interview poignante publiée par la chaîne de télévision publique Kan.

Lorsqu’ils ont entendu les missiles, a raconté Yama, ils ont couru vers leur abri. Peu après, a-t-il dit, « quatre hommes sont arrivés, ils sont venus directement chez nous, ils étaient en civil, mais ils avaient des armes, des grenades et des couteaux », a raconté Yama.

« Tom n’avait aucune idée de pourquoi les gens couraient, c’est pourquoi il a ouvert sa porte. Et ils étaient juste devant sa chambre. Il a été capturé là. Il a dit ‘Je viens de Thaïlande, je viens de Thaïlande’, mais ils n’ont pas écouté. Ils ont emmené Tom », a-t-il dit.

Ils ont également emmené Yama et lui ont attaché les bras et couvert la tête. Ils les ont conduits chez quelqu’un d’autre dans le kibboutz. Lorsque les terroristes gardant Yama ont détourné le regard, il a saisi une opportunité et « a sauté par la fenêtre ».

Yama s’est échappé, mais Homsorn a été tué aux côtés de leur autre ami, Nitikorn « Lee » Seawang, tandis que d’autres ont été pris en otage.

« Je suis désolé de ne pas avoir pu les sauver », a-t-il dit. « J’ai tout vu, mais je ne pouvais rien faire. Je suis tellement désolé pour cela. Et je veux leur dire que je les aime et qu’ils me manquent beaucoup. »

La page Facebook de Homsorn montre qu’il travaillait en Israël depuis au moins janvier 2020. Il a publié des photos de lui-même visitant la mer Morte, travaillant sur un tracteur, récoltant des produits et posant avec des soldats de l’armée israélienne. En mai 2021, pendant l’opération Gardien des Murs, Homsorn a partagé des photos d’interceptions du Dôme de fer ainsi qu’un incendie dans un champ causé par une roquette ou des éclats.

Le 27 septembre, deux jours après Yom Kippour et un peu plus d’une semaine avant sa mort, il a posté une image de lui portant une petite kippa tricotée.

Son frère, Jessada Homsorn, qui travaillait également en Israël et est rentré chez lui après le début de la guerre, a déclaré à un média local thaïlandais qu’il est « très triste d’avoir perdu quelqu’un dans la famille. Mais si la guerre se termine, je veux retourner travailler là-bas, car je crois que ce sera le seul moyen de pouvoir construire un avenir meilleur. »

Son ami Piak Saiyopo a écrit sur Facebook : « L’un des travailleurs thaïlandais décédés est un frère que je connais… nous regardions toujours des films ensemble, mangions ensemble. J’allais toujours te voir et j’étais bien accueilli… que tu deviennes une étoile au paradis. »

La sœur de Homsorn, Netnapha, a écrit sur Facebook : « Tu me manques tellement… chaque baht, chaque satang, tu les envoyais à la maison, à papa, à maman, à ton enfant, pour prendre soin d’eux… c’est dommage pour la sueur, c’est dommage pour le rêve que tu sortirais du tracteur, reviendrais et achèterais un jardin pour vivre avec ton enfant. Chaque fois que j’y pense, mon cœur se brise. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.