Rechercher

Shaked : La coalition n’acceptera jamais Ayman Odeh comme partenaire

Le chef de la Liste arabe unie a appelé les Arabes israéliens à quitter la police, estimant que les agents arabes "humilient leur peuple" ; Yair Golan condamne aussi ces propos

Le ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked lors d'une conférence de presse à la Knesset, le 8 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked lors d'une conférence de presse à la Knesset, le 8 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Répondant à des propos controversés tenus par le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a rejeté, lundi, toute possibilité de partenariat entre la coalition au pouvoir actuellement en difficulté et la formation d’Odeh.

Le député arabe israélien avait déclaré, dimanche, que les Arabes israéliens travaillant dans les forces de sécurité à Jérusalem-Est « humiliaient » leur peuple et il les avait appelés à déposer les armes et à démissionner, affirmant que son objectif ultime était de voir le drapeau palestinien flotter à Jérusalem.

« Ayman Odeh se livre à des incitations contre l’État d’Israël et contre ses institutions. Nous ne conclurons aucun accord avec lui. Sa place est hors de l’enceinte de la Knesset israélienne », a écrit Shaked sur Twitter.

Les propos d’Odeh faisaient spécifiquement référence aux Arabes servant en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, où les tensions ont été vives ces dernières semaines, et non à ceux servant dans la police en Israël.

Le vice-ministre de l’Économie Yair Golan, du parti du Meretz, a indiqué lui aussi que les paroles d’Odeh signifiaient clairement que la Liste arabe unie ne pourrait jamais rejoindre le gouvernement.

« Il y a eu une chance, ici, d’élargir la représentation arabe au sein du gouvernement mais ce qu’il a dit ferme définitivement la porte à une telle perspective », a déclaré Golan.

Les propos tenus par Shaked et Golan se sont référés à des rumeurs qui avaient laissé entendre que le gouvernement pourrait s’appuyer sur le parti d’Odeh après avoir perdu sa mince majorité à la Knesset, la semaine dernière, après le départ de la députée Yamina Idit Silman. Le bruit court aussi que Shaked serait l’une des législatrices de Yamina qui serait le plus susceptible de quitter l’alliance au pouvoir.

Le député du parti du Meretz Yair Golan pendant une réunion de faction à Jérusalem, à la Knesset, le 31 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Avec Silman qui a quitté la coalition sans pour autant quitter la Knesset, le gouvernement s’appuie dorénavant sur 60 sièges au Parlement, fort de 120 membres. Il est difficile de dire quel sera l’avenir de l’alliance au pouvoir et du parlement actuel, et un nouveau scrutin semble être la perspective la plus probable.

Le parti Yamina du Premier ministre Naftali Bennett avait fait savoir samedi – avant qu’Odeh ne tienne ses propos – que « en dépit des rumeurs, la Liste arabe unie n’intégrera pas la coalition ou le gouvernement ». D’un autre côté, Odeh a également refusé de s’engager dans un possible vote de motion de censure qui signerait la fin du gouvernement actuel si cela devait signifier aider le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu.

Ayman Odeh, chef du parti de la Liste arabe unie, dans une vidéo dans laquelle il appelle les policiers arabes israéliens à démissionner, affirmant qu’ils  » humilient  » leur peuple, le 10 avril 2022 (Crédit : Capture d’écran/Facebook)

Les propos d’Odeh surviennent alors qu’Israël fait face à une vague récente d’attentats terroristes.

Parmi les victimes de ces attaques figurait un officier arabe israélien Amir Khoury, qui avait été salué comme un « héros » après avoir trouvé la mort lors d’un échange de tirs avec le terroriste qui a perpétré l’attentat de Bnei Brak.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, chargé des forces de police, a critiqué lundi la déclaration « dangereuse, scandaleuse et irresponsable » de la Liste arabe unie.

« Des Arabes israéliens au service de la police, c’est un symbole de la coexistence et d’intégration. Feu Amir Khoury est un héros israélien. C’était un Arabe israélien. Amir est un symbole de coexistence et d’intégration », a répété Bar-Lev.

« Les agents de police issus de la société arabe sont une part importante de la police dans la lutte contre le crime et contre le terrorisme », a-t-il dit.

Le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev assiste à une cérémonie au siège national de la police israélienne à Jérusalem, le 5 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dimanche, plusieurs députés du parti du Likud de l’opposition a appelé à ce qu’une enquête soit ouverte sur Odeh.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...