Sharansky “profondément préoccupé” par la vague d’attaques antisémites aux USA
Rechercher

Sharansky “profondément préoccupé” par la vague d’attaques antisémites aux USA

Le président de l'Agence juive appelle à l'union au-delà des clivages partisans pour lutter contre ces actes

Natan Sharansky, le président de l'Agence juive, s'adresse au Conseil des gouverneurs de l'agence, des dirigeants juifs venus du monde entier, à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Nathan Roi/Agence juive pour Israël)
Natan Sharansky, le président de l'Agence juive, s'adresse au Conseil des gouverneurs de l'agence, des dirigeants juifs venus du monde entier, à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Nathan Roi/Agence juive pour Israël)

Natan Sharansky, le président de l’Agence juive pour Israël, a exprimé mercredi sa « profonde préoccupation » après les récentes vagues d’attaques antisémites aux Etats-Unis.

« Je suis profondément préoccupé par la vague d’attaques et de menaces antisémites qui déferle sur les Etats-Unis depuis des jours et des semaines », a dit Sharansky, à la tête de cette organisation qui a joué un rôle central pour peupler l’Etat d’Israël à sa fondation.

« Je fais confiance aux autorités américaines pour traquer avec détermination les coupables, les traduire en justice et empêcher que ce genre d’incidents se reproduisent », a-t-il ajouté dans un communiqué.

« S’il a jamais existé une frontière entre l’antisémitisme de l’extrême-droite et l’anti-israélisme de la gauche radicale, la diabolisation des Juifs et la diabolisation de leur Etat, elle n’existe plus », a déclaré Sharansky dans un communiqué officiel.

« Il s’agit de deux phénomènes hideux qui s’alimentent mutuellement et s’attaquent aux fondements des sociétés démocratiques en Europe et en Amérique », a-t-il affirmé.

« Il est grand temps que tous ceux à qui les valeurs démocratiques sont chères de placer leurs différences politiques de côté et de s’unir pour combattre ces expressions de haine et de violence », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...