Shimon Peres toujours dans un état très grave
Rechercher

Shimon Peres toujours dans un état très grave

Son médecin a déclaré mercredi matin que ses chances de survie sont "plutôt bonnes"

Shimon Peres à Tel Aviv, le 30 novembre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Shimon Peres à Tel Aviv, le 30 novembre 2015. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

L’ex-président et prix Nobel de la paix Shimon Peres restait mercredi dans un état très grave après un accident vasculaire cérébral majeur qui, à 93 ans, fait craindre pour la vie de cette figure éminente en Israël comme à l’étranger.

« M. Peres a passé la nuit sans autre incident, il est dans un état stable mais encore grave », a déclaré le professeur Yitzhak Kreiss, directeur de l’hôpital Tel Hashomer de Ramat Gan, près de Tel-Aviv, où le neuvième président israélien a été admis en urgence mardi soir. Kreiss a ensuite parlé d’état « critique mais stable ».

« Nous allons le déplacer en soins intensifs de neurochirurgie », où il continuera à être examiné par une équipe pluridisciplinaire, a-t-il déclaré aux journalistes agglutinés devant l’hôpital.

Pour la première fois, Raphy Walden, médecin personnel et gendre de Peres, a osé un début de pronostic. « Les chances de survie sont plutôt bonnes ». Il a vu une « lueur d’espoir » dans le fait que Peres avait réagi et apparemment suivi ce qu’on lui disait quand l’équipe médicale a brièvement diminué l’administration des sédatifs.

« Il a serré ma main et écoutait et comprenait sans aucun doute ce qui se passait », a-t-il ajouté.

Les praticiens ont conservé le silence sur le pronostic alors que le pays tremble pour le dernier des pères fondateurs de l’Etat d’Israël encore en vie, qui est aussi l’un des grands artisans des accords d’Oslo synonymes d’espoir de paix avec les Palestiniens, mais aujourd’hui mal en point.

L'ancien président Shimon Peres s'adresse aux médias à sa sortie du centre médical Sheba, à Ramat Gan, le 19 janvier 2016 (Crédit : Flash90)
L’ancien président Shimon Peres s’adresse aux médias à sa sortie du centre médical Sheba, à Ramat Gan, le 19 janvier 2016 (Crédit : Flash90)

Le médecin personnel de Peres a rapporté un mince signe d’encouragement. « Lorsque nous avons brièvement interrompu l’administration des sédatifs, il a réagi et a apparemment suivi ce que nous lui disions », a déclaré Raphy Walden.

« La prochaine fois que nous essaierons de suspendre les sédatifs, j’espère que nous pourrons établir le contact avec lui », a-t-il ajouté.

‘Décisions difficiles’

Au cœur des grandes batailles de la courte histoire d’Israël et des farouches controverses d’un monde politique souvent féroce, Peres est devenu une personnalité consensuelle, considérée comme un sage de la nation, et son hospitalisation a causé un choc, bien qu’il s’agisse de la troisième en 2016.

L'ancien président Shimon Peres rencontre les Israéliens sauvés après un détournement à Entebbe il y a 40 ans, le 27 juin 2016. (Crédit : Gidi Levyatan)
L’ancien président Shimon Peres rencontre les Israéliens sauvés après un détournement à Entebbe il y a 40 ans, le 27 juin 2016. (Crédit : Gidi Levyatan)

Mardi, Peres a subi un accident vasculaire cérébral majeur, accompagné d’un saignement, selon le professeur Kreiss. Après son admission dans le plus grand établissement hospitalier du pays, il a été placé sous sédatifs et sous respirateur artificiel aux soins intensifs. Les médecins ont décidé de ne pas l’opérer pour le moment.

L’hémisphère droit du cerveau a été endommagé, a indiqué au quotidien Haaretz le chef de l’unité spécialisée de Tel Hashomer, David Orion. Mais « ces dommages ne sont pas le principal problème actuellement. Nous travaillons à faire en sorte que sa vie ne soit pas menacée ».

« Je reste optimiste mais nous vivons des heures difficiles », a déclaré son fils, Chemi Peres, devant l’hôpital. « Nous allons apparemment être appelés à prendre des décisions difficiles par la suite », a-t-il poursuivi sans préciser son propos.

Les proches de Peres reçoivent des messages de soutien du monde entier. « Je veux dire à tous que rien n’était plus important pour mon père qu’Israël et son peuple. Mon père est un être unique. Je prie pour lui et je demande à tous ceux qui prient de continuer à prier avec nous », a ajouté Chemi Peres.

L'ancien président Shimon Peres (au centre), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Reuven Rivlin pour la cérémonie de pose de la première pierre du Centre d'innovation israélien, le 21 juillet 2016. (Crédit : autorisation)
L’ancien président Shimon Peres (au centre), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Reuven Rivlin pour la cérémonie de pose de la première pierre du Centre d’innovation israélien, le 21 juillet 2016. (Crédit : autorisation)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rapidement réagi à la nouvelle de l’hospitalisation, survenue le jour anniversaire de la signature à Washington en 1993 des premiers accords d’Oslo.

‘Tout le peuple espère’

« Je souhaite un prompt rétablissement à l’ancien président. Shimon, la nation entière vous aime et prie pour que vous vous rétablissiez rapidement », a écrit Netanyahu sur sa page Facebook.

Je souhaite un prompt rétablissement à l’ancien président Shimon Peres שמעון פרס. Shimon, la nation entière vous aime et prie pour que vous vous rétablissiez rapidement.

Posted by Benjamin Netanyahou on Tuesday, 13 September 2016

Reuven Rivlin, qui a succédé à Peres à la présidence en 2014, a dit prier « avec le peuple tout entier pour le rétablissement de mon ami Shimon ».

Peres avait connu en janvier deux alertes cardiaques en dix jours. Il avait été hospitalisé le 14 janvier après un accident cardiaque qualifié de mineur, qui avait requis la pose d’un cathéter pour élargir une artère. Il était ressorti de l’hôpital au bout de cinq jours. Mais il y était retourné en raison d’une arythmie.

Pour son rôle dans les accords d’Oslo, Shimon Peres a reçu le prix Nobel de la paix en 1994, avec l’ex-Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, assassiné en 1995, et l’ex-président palestinien Yasser Arafat mort en 2004.

« Mes pensées et mes prières vont au président Shimon Peres et à son rétablissement. Un patriarche de la paix et du progrès », a twitté l’envoyé spécial de l’ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov.

Peres a été deux fois Premier ministre entre 1984 et 1986 et en 1995-96, puis président de 2007 à 2014. Présent sur la scène politique depuis la création d’Israël en 1948, il a exercé quasiment tous les postes à responsabilité.

A 93 ans, il est resté actif à travers son Centre Peres pour la paix, qui promeut la coexistence entre juifs et Arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...