Shimron “salue” l’enquête sur l’affaire de l’achat des sous-marins
Rechercher

Shimron “salue” l’enquête sur l’affaire de l’achat des sous-marins

L'avocat personnel de Netanyahu est soupçonné de conflit d’intérêts et de corruption pour avoir promu les intérêts du constructeur naval allemand

David Shimron, l'avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 17 février 2015. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)
David Shimron, l'avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 17 février 2015. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)

David Shimron, l’avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré mercredi qu’il était certain qu’une nouvelle enquête policière sur les suspicions de conflit d’intérêts et de corruption l’innocenterait.

Le procureur général Avichai Mandelblit avait annoncé mercredi qu’il avait demandé à la police d’ouvrir une enquête sur les accusations selon lesquelles Shimron avait utilisé sa proximité avec Netanyahu pour promouvoir les intérêts du constructeur naval allemand ThyssenKrupp, quand le ministère israélien de la Défense envisageait d’acheter de nouveaux sous-marins.

« Je salue la décision du procureur général d’ouvrir une enquête », a-t-il déclaré mercredi dans un communiqué de presse.

« Je suis certain qu’après l’examen des faits par des professionnels objectifs, je serais innocenté une bonne fois pour toute des malversations présumées dans mes actes, et qu’il sera montré que tout a été mené en accord avec la loi et les accords sur les conflits d’intérêts. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et son avocat personnel, David Shimron, à gauche. (Crédit : Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et son avocat personnel, David Shimron, à gauche. (Crédit : Flash90)

Il a ajouté qu’il « va sans dire que je coopèrerai avec l’enquête au besoin. »

L’enquête ne cible pas directement Netanyahu, selon les médias. Le Premier ministre dément avoir eu connaissance des relations de Shimron avec l’entreprise qui a remporté le contrat gouvernemental à l’instruction du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...