Rechercher

« Si vous restez à Istanbul malgré le danger, redoublez de vigilance » avise Israël

Le Conseil de sécurité nationale recommande la prudence dans les hôtels, alors que des agents iraniens circuleraient librement dans la ville, prêts à commettre des attentats

Passants prenant des photos à l'extérieur de la basilique Sainte-Sophie, l'une des principales attractions touristiques d'Istanbul, dans le quartier historique de Sultanahmet, le 11 juillet 2020. (Crédit: Emrah Gurel/AP)
Passants prenant des photos à l'extérieur de la basilique Sainte-Sophie, l'une des principales attractions touristiques d'Istanbul, dans le quartier historique de Sultanahmet, le 11 juillet 2020. (Crédit: Emrah Gurel/AP)

N’ouvrez pas la porte de votre chambre d’hôtel aux livreurs. Ne publiez pas vos trajets sur les réseaux sociaux. Ne vous rendez pas dans les mêmes « pièges à touristes » que tous les autres Israéliens.

Ce ne sont là que quelques-unes des recommandations émises jeudi par des responsables israéliens à l’intention des touristes israéliens d’Istanbul qui ont refusé d’écouter les appels de Jérusalem à quitter la ville.

Cette semaine, Israël a exhorté ses citoyens présents en Turquie à rentrer immédiatement chez eux, craignant que des agents iraniens ne prévoient de tuer ou d’enlever des Israéliens. Ces mises en garde ont été lancées alors que des informations non vérifiées parues dans la presse indiquaient que les services de renseignement israéliens et turcs avaient déjoué ensemble plusieurs projets d’attentats planifiés par un vaste réseau d’agents iraniens, et arrêté certains des suspects.

Dans un communiqué publié jeudi, le Conseil de sécurité nationale (CNS) a de nouveau appelé les Israéliens à quitter Istanbul, où l’alerte terroriste est la plus élevée, mais a déclaré qu’il offrait des conseils à ceux qui restaient dans la ville turque malgré les risques.

Outre le fait de se tenir constamment au courant des dernières mises en garde et informations provenant de sources officielles, le Conseil a préconisé aux touristes israéliens en Turquie de tenir leur famille informée de tout déplacement prévu, et en particulier les détails concernant l’hôtel dans lequel ils séjournent.

Les chambres d’hôtel doivent rester fermées à clef et la porte ne doit pas être ouverte à des inconnus qui pourraient se faire passer pour des membres du personnel ou des livreurs, a déclaré le CNS. Il convient également de prêter une attention particulière à toute activité inhabituelle dans le lobby.

Il a été conseillé aux Israéliens de dissimuler les signes extérieurs de leur nationalité, tels que les lettres hébraïques ou les symboles nationaux sur leurs vêtements ou leurs bagages, et de « faire profil bas », en évitant les zones connues pour attirer des foules de touristes israéliens.

Le CNS a demandé aux Israéliens de se méfier des offres ou des invitations, telles que les voyages organisés, et en particulier des offres faites sur les réseaux sociaux, qui pourraient être utilisées en vue d’une attaque.

Les itinéraires et les hébergements ne doivent pas non plus être publiés sur les réseaux sociaux, a déclaré le CNS.

« Attendez d’être rentré chez vous pour publier de telles informations », a déclaré le CNS.

Toute activité suspecte doit être signalée à la police locale, précise le communiqué, ou en cas d’urgence il faut contacter la ligne d’assistance israélienne au +972-25303155.

Un homme vérifiant ce qu’il vient d’acheter sur un marché d’Istanbul, en Turquie, le 11 avril 2022. (Crédit: Francisco Seco)

Haaretz a cité des sources israéliennes affirmant que ces derniers jours, plusieurs cellules iraniennes ont été arrêtées par les autorités turques. Les sources ont déclaré qu’il y a encore des équipes d’agents iraniens en liberté en Turquie.

Plusieurs attentats ont été déjoués au cours des deux dernières semaines, certains par des agents iraniens et d’autres par des locaux qui étaient sous les ordres d’Iraniens, a rapporté la Douzième chaîne sans citer de source. Aucune arrestation d’Iraniens ou de locaux liés à des complots n’a été annoncée.

La chaîne a cité une Israélienne qui venait de rentrer d’Istanbul. Elle a déclaré avoir échangé son numéro de téléphone avec un local qui lui a proposé de l’emmener faire un tour et l’a invitée à boire un verre, ce qui lui a fait penser que l’homme pourrait appartenir à un groupe d’agents iraniens.

Selon les informations, les Iraniens préparent des attentats depuis des mois, apparemment pour se venger des assassinats, entre autres, d’officiers supérieurs imputés à Israël.

Lundi, le Conseil de sécurité nationale a relevé le niveau d’alerte pour les voyages à Istanbul à son niveau le plus élevé, le plaçant aux côtés de l’Irak, du Yémen, de l’Afghanistan et de l’Iran comme des endroits que les Israéliens doivent quitter immédiatement et ne peuvent pas visiter jusqu’à nouvel ordre.

L’autorité a déclaré avoir relevé le niveau d’alerte en raison de « la menace permanente et de l’escalade des intentions iraniennes de nuire aux Israéliens en Turquie, en particulier à Istanbul ». Les autres parties de la Turquie ont conservé un niveau d’alerte légèrement inférieur, avec des recommandations d’éviter de visiter le pays pour des raisons non essentielles.

Photo d’illustration : Des voyageurs dans une file d’attente à l’aéroport international Ben Gurion, le 13 juin 2022. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

Les tensions entre Israël et l’Iran se sont considérablement accrues ces dernières semaines, suite à l’assassinat d’un officier iranien à Téhéran le mois dernier, aux frappes aériennes contre des cibles liées à l’Iran en Syrie, au discours menaçant des dirigeants iraniens et aux violations croissantes des accords nucléaires par l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...