Silence sur l’aide américaine à Israël après la rencontre entre Yaalon et Carter
Rechercher

Silence sur l’aide américaine à Israël après la rencontre entre Yaalon et Carter

Les ministres de la Défense israélien et américain ont convenu d'un renforcement de la coopération dans la cyberdéfense, a annoncé le Pentagone

Le secrétaire américain de la Défense, Ashton Carter, à gauche, parle avec Moshe Yaalon au Pentagone le 14 mars, 2016 (Crédit : Ariel Hermione / Ministère de la Défense)
Le secrétaire américain de la Défense, Ashton Carter, à gauche, parle avec Moshe Yaalon au Pentagone le 14 mars, 2016 (Crédit : Ariel Hermione / Ministère de la Défense)

Une rencontre entre le ministre de la Défense Moshe Yaalon et le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a pris fin lundi sans déboucher sur une annonce officielle quant à l’aide financière destinée à Israël, qui semblait pourtant être un objectif clé de la visite de Yaalon à Washington.

Les responsables américains et israéliens ont essayé de forger un protocole d’entente qui permettrait d’accroître l’aide militaire américaine à Israël pour les 10 prochaines années.

Yaalon a rencontré Carter et d’autres hauts fonctionnaires lundi après-midi pour aborder le sujet de l’aide à la défense. Même si Yaalon n’a pas voulu commenter sur l’avancement des négociations – qui seraient dans une impasse –, il a déclaré qu’il espérait que « les négociations seront conclues très prochainement ».

L’attaché de presse du Pentagone, Peter Cook, a déclaré que les deux hommes ont convenu « d’une amélioration de la coopération dans le domaine cyber-défense pour améliorer les capacités de leurs nations ».

« Le secrétaire Carter a réaffirmé l’engagement inébranlable des Etats-Unis envers la sécurité d’Israël et l’importance de la relation dans la défense entre les Etats-Unis et Israël », a déclaré Cook dans un communiqué.

Au cours d’une visite en Israël, la semaine dernière, le vice-président américain Joe Biden a fait de vagues commentaires à Tel Aviv à propos de son espoir de « faire des progrès » qui ont été rapidement interprétés par certains comme faisant allusion à une augmentation du montant proposé dans le « Mémorandum d’accord » pour un programme d’aide à la défense sur le long terme qui doit être renouvelé avant 2018.

La Maison Blanche s’est précipitée pour souligner que ses remarques ne devaient pas être considérées comme donnant une telle indication.

« Je vais être clair sur une chose – le vice-président Biden n’a pas l’intention et ne transporte pas avec lui la prochaine offre pour la négociation sur le protocole d’accord sur le soutien militaire des Etats-Unis à Israël », avait déclaré son attaché de presse, Josh Earnest, à l’époque.

« Il y a un canal séparé à travers lequel ces négociations se poursuivent », a déclaré Earnest.

Les États-Unis donnent actuellement à Israël 3,1 milliards de dollars par an en aide à la défense, un chiffre qu’Israël espère voir augmenter lorsque l’accord sera renouvelé pour une autre décennie. La Maison Blanche s’est impliquée dans les négociations intensives avec Jérusalem pour parvenir à un accord avant que le président Barack Obama ne quitte ses fonctions, bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait laissé entendre qu’il faudrait peur-être attendre le successeur d’Obama pour tenter d’obtenir un meilleur accord.

Lors de sa rencontre avec l’ancien président Shimon Peres au Centre Peres pour la Paix à Jaffa, la semaine dernière, Biden a promis à l’ancien président que « nous sommes clairement, absolument et totalement engagés dans la société d’Israël et nous espérons faire des progrès ».

Les responsables de la Maison Blanche ont souligné que les commentaires de Biden au sujet des progrès ne sont pas liés au protocole d’entente, mais plus généralement sur le fait de continuer à approfondir le lien et la relation entre les Etats-Unis et Israël.

« Le travail pour compléter le protocole d’entente est toujours en cours mais ces négociations ont eu lieu depuis plusieurs mois sans incident », a déclaré Earnest.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...